Chaume (AOC)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chaume.
Coteaux-du-Layon Chaume
Image illustrative de l'article Chaume (AOC)
Dans la vallée du Layon, le parcellaire du Chaume, vue depuis le hameau d'Ardenay.

Désignation(s) Coteaux-du-Layon Chaume
Appellation(s) principale(s) Coteaux-du-Layon Chaume
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 1950[1]
Pays Drapeau de la France France
Région parente vallée de la Loire
Sous-région(s) Anjou
Localisation Maine-et-Loire
Climat tempéré océanique dégradé
Sol schistes et poudingues du carbonifère[2].
Superficie plantée 70 hectares[1]
Cépages dominants chenin B
Vins produits blancs liquoreux
Production 1 500 hectolitres[1]
Pieds à l'hectare minimum 4 000 pieds par ha
Rendement moyen à l'hectare 25 à 30 hl/ha[3]

Le chaume est un vin blanc liquoreux produit sur les communes de Rochefort-sur-Loire, au bord du Layon en Maine-et-Loire. Il s'agit d'une dénomination géographique au cœur de l'appellation Coteaux-du-layon, faisant partie du vignoble de la vallée de la Loire.

D'abord créée comme AOC de dénomination communale Coteaux-du-Layon Chaume en parallèle avec l'AOC régionale Coteaux-du-Layon dans un décret commun du 18 février 1950, il devient l' AOC Chaume, créée en 2003, puis en mars 2009, mais les chaumes sont rétrogradés comme AOC communale par une décision du conseil d'État sur un conflit avec l'AOC Quarts-de-Chaume.

Son nom actuel est l'initial AOC Coteaux-du-Layon Chaume. Il est appelé à devenir bientôt[Quand ?], selon une décision de l'INAO fin septembre 2011, « AOC Coteaux-du-Layon 1er cru - lieu-dit "Chaume" », c'est-à-dire supérieur aux Coteaux-du-Layon (suivi ou non d'une mention communale) et inférieur à l'AOC Quarts-de-Chaume "grand cru".

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Période moderne[modifier | modifier le code]

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Ce vin a déjà une histoire tourmentée. Le décret du instituant l'appellation « Chaume suivi de la mention Premier cru des Coteaux-du-layon » a été annulé par le Conseil d'État par une décision[4] du car il a été considéré que l'appellation Chaume - premier cru des coteaux du Layon « permet à cette nouvelle appellation de bénéficier de la notoriété du quarts-de-chaume tout en profitant exclusivement de la mention « premier cru » [et], qu'ainsi, l'appellation Chaume - premier cru des coteaux du Layon [était] de nature à susciter une confusion dans l'esprit du consommateur, à créer l'apparence d'une hiérarchisation des vins favorable à la nouvelle appellation et, par conséquent, à détourner ou affaiblir la notoriété de l'appellation Quarts-de-Chaume».

Un nouveau décret, en date du , crée à nouveau l'appellation Chaume mais, cette fois-ci, suivie de la mention « Val de Loire ». Ce décret est modifié le pour réduire le rendement à l'hectare.

À noter 
AOC Côteaux du Layon - Chaume
Les décrets du et du abroge les dispositions du décret modifié du concernant l'appellation Coteaux-du-Layon Chaume.

Le , ce dernier décret du est à nouveau annulé[5] par le Conseil d'État qui lui reproche d'affaiblir la notoriété de l'AOC Quarts-de-Chaume, surtout que les deux appellations sont sur la même commune (Rochefort-sur-Loire).

Ainsi prend fin, pour le moment du moins, l'existence de l'AOC chaume. À partir du millésime 2009, les vins seront à nouveau produits sous l'AOC locale Coteaux-du-Layon Chaume.

Afin de clarifier la position du Quarts-de-Chaume et offrir une solution, l'INAO, lors de sa réunion de septembre 2011 [6], a validé la hiérarchie suivante (de style bourguignon) :

  • l' «AOC Quarts-de-Chaume » pourra être complétée de la mention « grand cru » ;
  • on crée l' «AOC Coteaux-du-Layon premier cru » complétée de la dénomination géographique complémentaire « Chaume » .

La publication au Journal Officiel a eu lieu le [7].

Étymologie[modifier | modifier le code]

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Ce vignoble, anciennement classé AOC, couvre une superficie de 70 hectares sur la commune de Rochefort-sur-Loire.

Orographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Climatologie[modifier | modifier le code]

Vignoble[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Ce vignoble, anciennement classé AOC, couvre une superficie de 70 hectares sur la commune de Rochefort-sur-Loire.

Ce vin est issu à 100 % du chenin et bénéficie de l'action de la pourriture noble (Botrytis cinerea) : le grain est récolté manuellement à surmaturité par tries successives. Sa robe est jaune soutenu à dorée.

Le chaume peut se garder une dizaine d'années et beaucoup plus les bonnes années[8].

Voir[modifier | modifier le code]

Sources, Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Mastrojanni : Les Vins de France (guide vert solar). Éditions Solar, Paris 1992 - 1994 - 1998, (ISBN 2-263-02796-3)
  • Légifrance, Décret du 19 septembre 2003 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Chaume-Premier cru des Coteaux du Layon »
  • Légifrance, Décret du 21 février 2007 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Chaume »

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c [1] Passion Vin : page sur Chaume
  2. Guide Vert Solar : Vins de France. (Page n°84 sur Chaume)
  3. Décret du 9 octobre 2009
  4. [2] Lexinter : Décision no 261989 du 27 juillet 2005 du Conseil d'État
  5. [3] Légifrance, Décret du 21 février 2007 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Chaume », version consolidée du 30 mars 2009
  6. INAO, Principales conclusions de la Commission permanente et du Comité national des AOC viticoles (28 et 29/09/2011), sous-titre "AOC Quarts de Chaume et Coteaux du Layon Chaume", publié 04/10/2011
  7. Site du ministère de l'agriculture Cahier des charges de l’appellation d’origine contrôlée « COTEAUX DU LAYON » homologué par le décret no 2011-1619 du 23 novembre 2011, JORF du 24 novembre 2011
  8. [4] Vitis : page sur Chaume