Coteaux-d'ancenis

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Muscadet.
Coteaux-d'ancenis
Image illustrative de l'article Coteaux-d'ancenis
Vignes à Bouzillé

Désignation(s) Coteaux-d'ancenis
Appellation(s) principale(s) coteaux-d'ancenis
Type d'appellation(s) AOC
Reconnue depuis 2011
Pays Drapeau de la France France
Région parente vallée de la Loire
Localisation Blason département fr Loire-Atlantique.svg Loire-Atlantique et Maine-et-Loire
Climat tempéré océanique
Sol terrains schisto-argileux, avec quelques secteurs granitiques
Superficie plantée 166 hectares en 2008[1]
Cépages dominants gamay noir, pinot gris,cabernet franc et chenin blanc
Vins produits rouges, blancs et rosés
Production 10 001 hectolitres[1]
Rendement moyen à l'hectare 40 hl/ha

Le Coteaux d'Ancenis[2] est un vin d'appellation d'origine contrôlée produit à cheval sur une partie de la Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire.

Il s'agit surtout de vins rouges, ainsi que de quelques blancs et rosés secs. Cette appellation VDQS depuis le est devenue AOC le [3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les origines[modifier | modifier le code]

L’empereur romain Probus qui autorise la culture de la vigne dans la région.

Une étude admet la présence de vignes sauvages genre Vitis dans l'aire des coteaux d'Ancenis qui remonterait aux environs de 6000 av. J.-C. L'espèce Vitis vinifera est quant à elle importée d'Aquitaine dans la région pendant l'Antiquité, il y a un peu moins de 2000 ans. La vigne est alors cultivée en treilles aux abords des villes dont celle d'Ancenis[4].

La tradition de la viticulture, dans la région nantaise où est produit le coteaux-d'ancenis, date d’un décret de l’Empereur romain Probus dont les soldats plantèrent les premières vignes sur le territoire[5],[6]. Les plantations progressent alors le long de la Loire. Cependant les vignobles seront souvent victimes des raids Normands au cours des invasions successives par l'estuaire du fleuve[4].

Plus tard, l’expansion du christianisme est l’occasion pour le vignoble nantais de se développer. Sous l’impulsion des moines des abbayes du Pays nantais, dont Saint-Martin-de-Vertou des vignes sont plantées dans tout le sud Loire de la région nantaise[7].

Il est difficile de définir précisément les cépages qui constituent alors le vignoble local. Il semblerait qu'on rencontre majoritairement du pinot gris (localement appelé malvoisie) ainsi que du pineau de loire (chenin blanc). Les vins alors produits sont généralement des blancs secs et moelleux ou rosés secs[4].

Renaissance[modifier | modifier le code]

Le Port d'Ancenis se développe grâce à sa position frontalière avec la barrière d'Ingrandes[8] évitant ainsi la taxe douanière à sa frontière à l'exportation. Les vins du pays nantais, exportés depuis les ports de Nantes et Ancenis sont plus rentables que leurs voisins angevins ou tourangeaux[7]. Avec L'intégration de duché de Bretagne à la France, Ancenis continue de jouer le rôle de plate-forme commerciale entre Nantes et Angers[4].

Période moderne[modifier | modifier le code]

Ce n'est qu'au XVIIe siècle que ces vins sont mentionnés pour la première fois. Le melon de bourgogne est implanté dans la région pendant cette période. Plus tard le cabernet franc provenant du vignoble bordelais fait son apparition ainsi que le gamay noir bourguignon[4].

Période contemporaine[modifier | modifier le code]

Un syndicat viticole de la région d’Ancenis est créé en 1907[4]. Ce vignoble gagne son Appellation d'origine vin délimité de qualité supérieure en 1954. Il compte 4 appellations distinctes : Coteaux d'Ancenis Pinot, Coteaux d'Ancenis Gamay, Coteaux d'Ancenis Cabernet et Coteaux d'Ancenis Malvoisie[9]. En 2011, Le Coteaux d'Ancenis est promu Appellation d'origine contrôlée[3].

Étymologie[modifier | modifier le code]

L'appellation tire son nom du lieu où est établi le vignoble, sur des coteaux de bord de Loire qui entourent la ville d'Ancenis.

Situation géographique[modifier | modifier le code]

Les coteaux-d'ancenis sont situés dans le vignoble nantais sur les bords de la Loire entre Nantes et Ancenis dans le département de la Loire-Atlantique et déborde sur le département de Maine-et-Loire

Vignobles de la vallée de la Loire

Orographie[modifier | modifier le code]

Les vignes sont pour la plupart implantées sur les coteaux aux abords du fleuve, à une altitude comprise généralement entre 20 et 70 mètres[4].

Géologie[modifier | modifier le code]

Vignoble sur terroir schisteux

La nature du terrain sur lequel le vignoble est implanté est constitué de formations schisteuses (schisto-gréseuses et micaschistes) ainsi que les formations gneisseuses datant du Précambrien au Paléozoïque supérieur[4]. On trouve aussi quelques secteurs granitiques[10].

Ce sont des terrains bien drainants qui évacuent l'eau en excès. Leur fertilité réduite freine le développement de la vigne, créant les conditions à l'élaboration de bons vins.

Climatologie[modifier | modifier le code]

Le secteur géographique couverte par la zone de l'AOC est principalement sous influence du océanique tempéré. Climatologie de Nantes sur la période 1961 - 1990 :

Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) 2,4 2,8 4 5,9 9 11,9 13,9 13,5 11,8 8,9 5,1 3 7,7
Température moyenne (°C) 5,4 6,2 8,1 10,4 13,6 16,9 19,1 18,7 16,8 13,1 8,6 6 11,9
Température maximale moyenne (°C) 8,4 9,6 12,2 14,9 18,2 21,9 24,4 24 21,8 17,3 12 9 16,1
Ensoleillement (h) 72 99 148 187 211 239 267 239 191 140 91 70 1 956
Précipitations (mm) 86,6 70,2 69,1 49,9 64,1 45 46,4 44,8 62,2 79,2 86,9 84,1 788,5
Nombre de jours avec précipitations 12,8 11 11,1 8,9 11 7,7 6,7 7 8,4 10,4 11,1 11,5 117,6
dont nombre de jours avec précipitations ≥ 5 mm 6,1 4,8 4,9 3,6 4,5 2,9 2,7 3,1 3,9 5 6,2 6,1 53,7
Humidité relative (%) 88 84 80 77 78 76 75 76 80 86 88 89 81
Source : Relevés 1961-1990

Les hivers sont doux (min -−5 °C / max 10 °C) et pluvieux. Quoique relativement beaux et doux également (min 17 °C / max 35 °C), les étés connaissent chaque année au moins un épisode chaud de quelques jours. Sur l'ensemble de l'année, les pluies sont fréquentes mais peu intenses. Les chutes de neige y sont exceptionnelles.

La situation un peu plus éloignée de l'Océan Atlantique modère le climat océanique. Les températures sont plus élevées l'été qu'à Nantes, l'ensoleillement y est plus important, le vent moins présent et les précipitations plus modérées. (entre 650 et 750 mm par an, avec une moyenne de 688 entre 1951 et 1980) Le climat se révèle intermédiaire entre ceux qui influencent les vignobles du muscadet (AOC) et de l'Anjou. Les vins sont fortement influencés par l'effet millésime, en particulier par la pluviométrie des mois d'août et de septembre[11].

Carte de l'AOC coteaux-d'ancenis

Vignoble[modifier | modifier le code]

Présentation[modifier | modifier le code]

Seuls ont droit à l'appellation coteaux-d'ancenis les vins récoltés sur les terroirs des communes de Bouzillé, Champtoceaux, La Chapelle-Saint-Florent, Drain, Landemont, Liré, Le Marillais, Le Mesnil-en-Vallée, Saint-Florent-le-Vieil, Saint-Laurent-du-Mottay et La Varenne en Maine-et-Loire ainsi que Ancenis, Anetz, Barbechat, Le Cellier, Couffé, Ligné, Mauves-sur-Loire, Mésanger, Mouzeil, Oudon, Saint-Géréon, Saint-Herblon, Saint-Sébastien-sur-Loire, Teillé, Thouaré-sur-Loire et Varades dans la Loire-Atlantique.

Encépagement[modifier | modifier le code]

Grappe de gamay N en cours de maturation
chenin B mûr


Les vins blancs secs sont vinifiés à partir des cépages chenin et pinot gris (appelé localement malvoisie).

Les vins rouges et rosés sont vinifiés à partir des cépages cabernet-sauvignon N, cabernet franc N et gamay N. Les cépages teinturiers gamay de Chaudenay N et gamay de Bouze N ne peuvent pas excéder 5 % dans l'encépagement[12].

Méthodes culturales et réglementation[modifier | modifier le code]

Le vignoble est planté à une densité minimale de 7 000 pieds par hectare. Cette densité plutôt haute, est favorable à une bonne concentration des constituants qualitatifs du raisin. Les vignes sont généralement conduites en taille guyot[11].

Le rendement à la récolte est limité à 40 hectolitres par hectare. Au-delà d'un certain volume, le vin risque de présenter une couleur et des arômes dilués. Les vignes doivent avoir au moins quatre ans pour que le produit de leur récolte puisse prétendre à être classé en coteaux-d'ancenis.

Les vins blancs doivent présenter un titre alcoométrique naturel de 9 % vol. et le moût doit présenter une richesse en sucre de 136 g/l ; les vins rouges et rosés doivent présenter un titre alcoométrique naturel de 9 % vol. et le moût doit présenter une richesse en sucre de 144 g/l. Lorsque l'enrichissement est autorisé, les vins enrichis ne peuvent pas dépasser 12,5 % de volume et les vins blancs 12 % de volume[11]. Il n'existe pas de limite pour les vins non enrichis.

Terroir et vins[modifier | modifier le code]

Dégustation des trois couleurs

Les vins blancs sont secs, mais peuvent donner des vins moelleux les années favorables. Les vins rouges sont légers, vifs et fruités avec une couleur rouge sombre aux nuances violacées[11]. Ce rosé, de type sec, est élaboré uniquement à base de gamay N. Il se déguste entre 14° et 16°C[13].

En 2008, 80 % de la production sont représentés par le gamay N[1].

Structure des exploitations[modifier | modifier le code]

En 2005[11], 70 opérateurs étaient recensés par l'INAO. Parmi eux, sont comptabilisés 66 viticulteurs et 47 vinificateurs. (43 caves particulières, 2 caves coopératives et 2 négociants)

Type de vins et gastronomie[modifier | modifier le code]

Coteaux-d'ancenis blanc accompagnant fromage et noix

Les vins rouges peuvent trouver un accompagnement local avec la volaille d'Ancenis[14].

Commercialisation[modifier | modifier le code]

La production est de 12 606 hl en 2005[15]. Les vins sont obligatoirement commercialisés avec le nom du cépage[11].

Le coteaux-d'ancenis, et plus généralement le vignoble nantais, sont membres de l'organisme interprofessionnel « Interloire » qui regroupe une grande partie des professionnels de la viticulture ligérienne. Ainsi, Interloire représente 46 appellations situées de Nantes à Blois[16].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Le Guide Hachette des vins 2010, page 932.
  2. Références sur la façon d'orthographier les appellations d'origine
  3. a et b Décret n° 2011-1825 du 7 décembre 2011 relatif à l'appellation d'origine contrôlée « Coteaux d'Ancenis »
  4. a, b, c, d, e, f, g et h Avis relatif à l'ouverture d'une procédure nationale d'opposition pour la demande de reconnaissance de l'appellation d'origine contrôlée Coteaux-d'ancenis sur www.inao.gouv.fr, consulté le 24 février 2010
  5. Culinaire Saisonnier, hiver 2006/07
  6. The Nantais sur www.thewinedoctor.com, consulté le 24 février 2010
  7. a et b Avis relatif à l'ouverture d'une procédure nationale d'opposition pour la demande de reconnaissance de l'appellation d'origine contrôlée « Gros plant du pays nantais » sur www.inao.gouv.fr, consulté le 18 décembre 2009
  8. Michel Mastrojanni 1992, p. 170
  9. Les vins de Loire - Coteaux d'Ancenis sur www.vinsdeloire.fr consulté le 24 février 2010.
  10. Guide Vert Solar : Vins de France. (Page n°78 sur Coteaux d'ancenis)
  11. a, b, c, d, e et f Fiche de l'AOVDQS Coteaux d'Ancenis sur le site de l'INAO, consulté le 7 mai 2010.
  12. décret de l'AOVDQS Coteaux d'Ancenis sur le site de l'INAO, consulté le 7 mai 2010.
  13. Le coteau-d'ancenis rosé
  14. Dégustation du gamay N du domaine du Haut-Fresne dans Le guide Hachette des vins 2010, page 933
  15. « Fiche produit - Coteaux d'Ancenis blanc », sur inao.gouv.fr,
  16. « Vendange de Nouvel An », Presse-Océan,‎ (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Robert Blin, Christophe Prouteau et Jean-Marie Durivault, Pays de la Loire, des côtes du Forez au pays Nantais, Paris, Éditions Solar, coll. « Guide des vins Gilbert et Gaillard », (ISBN 2-263-01747-X)
  • Benoît France, Grand Atlas des Vignobles de France, Paris, Éditions Solar, (ISBN 2-263-03242-8)
  • Pierre Galet, Cépages et Vignobles de France, Paris, Édition Lavoisier, (ISBN 2-7430-0680-3)
  • Michel Mastrojanni, Les Vins de France, Paris, Éditions Solar, coll. « Guide vert solar », (ISBN 2-263-01942-1)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]