Charles Ier (duc de Savoie)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Charles Ier de Savoie)

Charles Ier
Illustration.
Représentation de Charles Ier de Savoie, extraite de la miniature de l'Ecce Homo, Les Très Riches Heures du duc de Berry, vers 1485-1486.
Titre
Duc de Savoie

(7 ans, 5 mois et 19 jours)
Prédécesseur Philibert Ier
Successeur Charles-Jean-Amédée
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Date de naissance
Lieu de naissance Carignano (Savoie)
Date de décès (à 21 ans)
Lieu de décès Pignerol
Père Amédée IX
Mère Yolande de France
Conjoint Blanche de Montferrat
Enfants Yolande-Louise
Charles-Jean-Amédée de Savoie

Charles Ier (duc de Savoie)

Charles Ier, dit le Guerrier, né à Carignano le , mort à Pignerol le , fut duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne de 1482 à 1490, roi titulaire de Jérusalem et de Chypre de 1485 à 1490 et marquis de Saluces de 1487 à 1490.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le fils d'Amédée IX, duc de Savoie, prince de Piémont, comte d'Aoste et de Maurienne, et de Yolande de France. Il est ainsi le frère de Philibert 1er, à la mort duquel il monte sur le trône de l'État Piémontais, à l'âge de 14 ans seulement.

Il commence son règne sous la tutelle de son oncle Philippe Sans Terre, comte de Bresse et a des difficultés à s'émanciper. Louis XI, un autre de ses oncles, se considère alors comme son précepteur, l'amène à la cour de France et place l'évêque de Genève comme régent des états savoyards : Philippe tentera en vain d'obtenir le vicariat du Piémont.

A la mort de Louis XI en 1483, Charles retourne dans son pays natal pour enfin pouvoir gouverner. Il épouse ensuite Blanche de Monferrat. À son avènement[1], les habitants de Yenne lui font acte de fidélité. Malgré son jeune âge, il fait preuve de fermeté et de détermination : déterminé à rétablir l'ordre dans un Piémont dominé par l'oppression des barons et seigneurs féodaux (qui avaient eu l'occasion d'exercer leur pouvoir dans les moments de crise suivant d'Amédée IX de Savoie), Charles Ier a su plier à sa volonté les rébellions et les abus.

En 1485, il rachète à sa tante Charlotte de Lusignan ses droits sur Chypre et Jérusalem et en devient roi titulaire, acte validé par le pape Innocent VIII.

En 1487, il déclare la guerre au marquisat de Saluces et conquiert Carmagnole, l'une des principales villes du petit marquisat. Lorsqu'il assiège finalement la ville Saluces, le marquis Ludovic II est contraint de se rendre et de rendre hommage au jeune duc de Savoie, qui annexa, quoique pour une courte période, les possessions des seigneurs à ses domaines.

La guerre remportée, il retourne sur ses terres. Après un banquet, le jeune duc et quelques invités tombent malade. Des rumeurs empoissonnement circulent, certains accusant le marquis de Saluces. Charles 1er meurt en 1490 et est Son corps est inhumé dans l'ancienne église des Franciscains de la ville de Pignerol (Piémont)[2] ; plus tard, le corps sera déplacé et enterré dans une chapelle de la cathédrale de Verceil, où il se trouve encore aujourd'hui.

Union et postérité[modifier | modifier le code]

Blanche de Montferrat (à gauche) auprès de sa jeune sœur Jeanne (Giovanna), Mont Sacré de Crea.

Il épouse le Blanche de Montferrat (14721519), fille de Guillaume VIII, marquis de Montferrat et d'Élisabeth Sforza. Ils eurent :

Ascendance[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Létanche, Les vieux châteaux, maisons fortes et ruines féodales du canton d'Yenne en Savoie, Le livre d'Histoire-Lorisse, 1907 (ISBN 9782843738135) p. 84.
  2. Paolo Cozzo, « Stratégie dynastique chez les Savoie: une ambition royale, XVI-XVIIIe siècle », dans Juliusz A. Chrościcki, Mark Hengerer, Gérard Sabatier, Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle : Volume I : Le grand théâtre de la mort, Les Editions de la MSH, , 412 p. (ISBN 978-2-73511-686-7, lire en ligne), p. 228-229 (Carte).