Yolande-Louise de Savoie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Yolande-Louise de Savoie
Cénotaphe de Yolande-Louise à l'abbaye d'Hautecombe
Cénotaphe de Yolande-Louise à l'abbaye d'Hautecombe

Titre Duchesse de Savoie
(12 mai 1496-12 septembre 1499)
Biographie
Dynastie Maison de Savoie
Naissance
Turin
Décès (à 12 ans)
Père Charles Ier de Savoie
Mère Blanche de Montferrat
Conjoint Philibert II de Savoie

Yolande-Louise de Savoie est une princesse de la maison de Savoie, faite duchesse de Savoie par mariage avec son cousin, morte à douze ans, et héroïne d'un roman historique publié en 2005.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Yolande-Louise est la fille du duc Charles Ier de Savoie et de Blanche de Montferrat (1472 † 1519)[1]. Elle naît à Turin le et elle est baptisée dans la cathédrale Saint-Jean-Baptiste le 29 du même mois[2],[3].

Elle a pour parrains et marraines Ludovic Sforza (duc de Milan), Marija Branković (fille de Stefan Branković, roi de Serbie, et marquise de Montferrat par son mariage avec Boniface III), ainsi qu'Urbain Bonivard (évêque de Verceil), Jean de Compey (évêque de Tarentaise), Antoine Champion (chancelier de Savoie, évêque de Mondovi[4]), l'abbé de Caseneuve et la future bienheureuse Paola Gambara Costa[2],[3].

Mariage[modifier | modifier le code]

Elle épouse à neuf ans, le , son cousin Philibert, qui a seize ans, comte de Bresse[2],[3],[5]. Ce dernier devient le 8e duc de Savoie[5].

Mort[modifier | modifier le code]

Elle meurt le [5].

En tant que membre de la Maison de Savoie (à double titre, par sa naissance et par son mariage), elle est enterrée dans la nécropole de l'Abbaye d'Hautecombe[2],[3]. Elle et son oncle (au deuxième degré) Louis de Savoie, tous deux morts adolescents, sont les deux dernières personnalités politiques (les religieux vivant et priant dans ce sanctuaire continueront bien sûr à y être inhumés) enterrées à Hautecombe jusqu'à sa restauration par Charles-Félix de Savoie.

Suivant une source isolée[6], elle serait enterrée non à Hautecombe mais dans l'église Saint-François-de-Sales à Genève.

Postérité littéraire[modifier | modifier le code]

En 2005, Maud Stricane écrit un roman historique sur Yolande-Louise, L'oubliée de Hautecombe ( (ISBN 978-2748308303)). Yolande-Louise y est appelée Aloïsia.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. APG, p. Charles I.
  2. a, b, c et d Samuel Guichenon (révision de Jean-Michel Briolo), Histoire généalogique de la royale maison de Savoie, deuxième édition de 1778, tome 2, 458 pages. Page 158, paragraphe « Enfants de Charles et de Blanche de Montferrat » (lire en ligne).
  3. a, b, c et d Claudius Blanchard « Histoire de l'Abbaye d'Hautecombe en Savoie, avec pièces justificatives inédites », publié dans les Mémoires de l'Académie de Savoie, Volume 1, 1875, p.306-307 - Chapitre IV (lire ne ligne).
  4. Comte de Mareschal, « Le chancelier de Savoie Antoine Champion et sa famille », compte-rendu de la séance du 15 mars 1883 à l'Académie de Savoie, dans Courrier des Alpes, 42e année, no 36, samedi 24 mars 1883, page 2.
  5. a, b et c APG, p. Philibert II.
  6. Bibliothèque municipale de Lyon, « Roi d'Italie et cénotaphes à Hautecombe », sur http://www.guichetdusavoir.org/index.php, Le guichet du savoir,‎ (consulté le 12 octobre 2012).