Bonne de Bourbon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Bonne de Bourbon
Bonne de Bourbon
Bonne de Bourbon

Titre Comtesse de Savoie
(-)
Prédécesseur Yolande de Montferrat
Successeur Bonne de Berry
Biographie
Dynastie Maison capétienne de Bourbon
Maison de Savoie
Surnom Madame la Grande
Naissance v. 1341
Décès (à 61 ans)
château de Mâcon
Père Pierre Ier de Bourbon
Mère Isabelle de Valois
Conjoint Amédée VI de Savoie
Enfants une fille mort-née
Amédée
Louis
Antoine

Bonne de Bourbon, dite « Madame la Grande », née vers 1341, décédée à Mâcon le , est une noble de la maison de Bourbon, devenue par mariage comtesse de Savoie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bonne est la fille de Pierre Ier, duc de Bourbon et d'Isabelle de Valois[1]. Cette dernière est, par sa mère, nièce de Philippe VI de Valois, futur roi de France (1328-1350)[2]. Sa sœur, Jeanne est l'épouse de Charles V (1337-1380), roi de France[3]. La date de naissance de Bonne de Bourbon est inconnue. L'année 1341 est donnée comme point de repère.

Bonne de Bourgogne est fiancée à Godefroy de Brabant[4], fils du duc Jean III, duc de Brabant et de Limbourg. Le contrat de mariage semble avoir été réalisé le [5]. Le promis meurt en 1350[4],[6].

L'année 1355 voit le règlement du conflit delphino-savoyard lors du traité de Paris[4]. Ce projet d'alliance matrimoniale semble avoir déjà évoqué en 1352[4]. Toutefois il semble avoir été repoussé et il trouve un nouvel écho lors de cette signature. En effet, il permet de consolider cette paix, le comte de Savoie promet d'épouser Bonne de Bourbon[2],[3], cousine du roi.

Le mariage a lieu par procuration en 1355 dans l'Hôtel Saint-Pol, résidence royale, à Paris[4]. L'ambassadeur du comté de Savoie, Guillaume de La Baume, muni de la procuration du comte Amédée VI de Savoie (1334-1383), prince du Comté de Savoie, tient le rôle du marié au nom de son souverain[4]. Bonne de Bourbon se rend ensuite au comté de Savoie, au cours d'un voyage à cheval de 12 jours à cheval. Amédée VI de Savoie, quittant son armée, alliée à celle du roi Jean le Bon, l'attend dans la cité de Pont-de-Veyle[4]. Il amène sa jeune femme au château du Bourget et y donne de grandes fêtes [7].

De ce mariage elle eut quatre enfants[2],[3] :

  • une fille mort-née en 1358 ;
  • Amédée, futur Amédée VII dit le « comte Rouge », marié à Bonne de Berry ;
  • Louis (1362-1365) ;
  • Antoine, mort en 1374.

Lorsque le comte Amédée VI participe à l'expédition contre la Bulgarie en 1366, il organise autour de sa femme, un Conseil de régence pour la gestion du comté[8].

Elle fait agrandir le château de Ripaille entre 1371 et 1388, devenu avec le temps l'une des principales résidences des Savoie[2].

Au décès de son époux le , elle est régente des États de Savoie pour son fils Amédée VII en 1383, puis de son petit-fils Amédée VIII de 1391 à 1393, et garde par la suite une certaine influence.

Elle meurt le , au château de Mâcon[1].

Ascendance[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Généalogie des ducs de Bourbons », dans Musée Anne-de-Beaujeu, Le Duché de Boubon des origines au Connétable. Actes du colloque des 5 et 6 octobre 2000, Bleu autour, , 238 p. (ISBN 978-2-91201-916-5), p. 211.
  2. a b c et d Palluel-Guillard, p. 20.
  3. a b et c (en) Eugene L. Cox, The Eagles of Savoy : The House of Savoy in Thirteenth-Century Europe, Princeton University Press (réimpr. 2015) (1re éd. 1974), 512 p. (ISBN 978-1-40086-791-2, lire en ligne), p. 378.
  4. a b c d e f et g Guichenon 1660, p. 428.
  5. Archives nationales, JJC, fo 123
  6. Patrick Van Kerrebrouck, La maison de Bourbon : 1256-1987, vol. 1, coll. « Nouvelle histoire généalogique de l'auguste maison de France », , 795 p. (ISBN 978-2-95015-090-5), p. 23.
  7. Victor Flour de Saint-Genis, Histoire de Savoie, Chambéry, Bonne, 1868, T.I, p.362.
  8. Guido Castelnuovo, « Physionomie administrative et statut social des officiers savoyards au bas Moyen-Âge : entre le prince, la ville et la seigneurie (XIVe-XVe siècles) », dans Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, Les serviteurs de l'État au moyen âge (Actes des congrès de la Société des historiens médiévistes de l'enseignement supérieur public, 29ᵉ congrès, Pau, 1998), vol. 57, Publications de la Sorbonne, coll. « Histoire ancienne et médiévale », , 308 p. (ISBN 978-2-85944-381-8, lire en ligne), p. 181.