Ludovic II de Saluces

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ludovic II de Saluces
Ludovico II.JPG

Ludovic II de Saluces

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
GênesVoir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Isabelle Paléologue (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoints
Marguerite de Foix-Candale
Giovanna de Montferrat (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants

Ludovic II ou Louis II (Ludovico II del Vasto en italien), né le à Saluces et mort le à Gênes, est un noble piémontais, marquis de Saluces de 1475 à 1504 et un adversaire déterminé du duc Charles Ier de Savoie.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marquis de Saluces[modifier | modifier le code]

Fils de Ludovic Ier, marquis de Saluces, Ludovic II reste comte de Carmagnole jusqu'au , date à laquelle il succède à son père à la tête du marquisat. La prudente politique paternelle de neutralité est remise en cause avec une coûteuse campagne militaire contre Charles Ier de Savoie en 1478 : le marquisat de Saluces, après différents revers de fortune - qui allaient le conduire à être soustrait à l'autorité de son marquis - entama alors un dangereux déclin. Entre 1487 et le , le marquisat de Saluces est temporairement annexé par le duc de Savoie. À la mort de ce dernier, il est rendu à Ludovic II, mais une grande partie de sa gloire passée est révolue. Condotière et mécène, il crée l'atelier monétaire de Carmagnole en 1480 qui édite des ducats d'or à son effigie.

Homme de guerre[modifier | modifier le code]

Proche du royaume de France, il est nommé en 1487 gouverneur de Provence où il exerce encore fin octobre 1489. En 1495, quand Charles VIII entre en Italie, il se joint à lui et aide son armée dans la bataille de Fornoue le . Quand Louis XII attaque et conquiert Milan, Ludovic le suit et se retrouve impliqué dans le conflit avec l'Espagne pour le Royaume de Naples. Les dépenses militaires engagées au cours de ces deux guerres par le marquis laissent Saluces dans une situation financière proche du gouffre et compromettent toutes les tentatives de relance économique.

En 1500, il est fait chevalier de l'ordre de Saint-Michel et nommé gouverneur d'Asti.

Unions et postérité[modifier | modifier le code]

Ludovic II épouse d'abord en 1481 Jeanne de Montferrat, qui meurt en 1490 et dont il a une fille, Marguerite.

Il se remarie en 1492 avec Marguerite de Foix-Candale qui lui donne cinq fils :

Réalisations[modifier | modifier le code]

Sarcophage de Ludovic II de Saluces. Église San Giovanni de Saluces.

On lui doit la réalisation de la cathédrale de Saluces, dans un style gothique tardif piémontais. Mais il est surtout connu pour avoir fait percer le premier tunnel transalpin, de la Traversette (il Buco di Viso), sur les pentes du Mont Viso, à 2 880 mètres d'altitude, afin d'ouvrir une route commerciale sûre et durable entre son marquisat, la Provence et le Dauphiné.

Mort[modifier | modifier le code]

À sa mort, son fils aîné Michel-Antoine lui succède, mais la régence de son petit État passe jusqu'en 1526 aux mains de sa seconde épouse Marguerite de Foix-Candale.

Le monument funéraire de Ludovic II est situé à l'intérieur de l'église Saint-Jean de Saluces. Commandé en 1504 par son épouse Marguerite, il est réalisé en marbre blanc de Paesana en 1508 par le sculpteur lombard Benedetto Briosco. Sa niche aurait dû accueillir la marquise, mais tombée en disgrâce, celle-ci est exilée et meurt en 1536 à Castres, où elle est inhumée.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (it) Delfino Muletti, Carlo Muletti Memorie storico-diplomatiche appartenenti alla città ed ai marchesi di Saluzzo, Volume V Livre 14 (1475-1504), Domenico Lobetti-Bodoni Saluzzo 1883.
  • Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, éditions Brill , Leyde 1890-1893, réédition 1966. Volume III, chapitre XII, §.11 « Saluces » et tableau généalogique n° 16 p. 731-732

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :