Centre universitaire d'enseignement du journalisme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Centre universitaire d'enseignement du journalisme (CUEJ)
Logo cuej.svg
Histoire et statut
Fondation
Type
Directeur
Localisation
Campus
Localisation
Pays
Chiffres-clés
Étudiants
90
Enseignants
13
Divers
Membre de
Site web
Le Centre universitaire d'enseignement du journalisme à Strasbourg

Le Centre universitaire d'enseignement du journalisme (CUEJ) est une école publique de journalisme française, installée à Strasbourg et dont le diplôme est reconnu par la profession, via la convention collective nationale de travail des journalistes. Cette composante de l'université de Strasbourg fait partie des 14 écoles reconnues par la profession[1],[2].

Présentation[modifier | modifier le code]

Créé en 1958, le Centre universitaire d'enseignement du journalisme, composante de l'université de Strasbourg[2], dispense une formation en journalisme reconnue par la convention collective nationale des journalistes depuis 1968. Jusqu'en 1994 et son déménagement dans le bâtiment Escarpe, sur le campus de l'Esplanade, le CUEJ occupait la villa Knopf, dans le quartier de l'Orangerie.

L'admission se fait sur concours pour la formation initiale ou sur dossier et entretiens pour la formation continue (contrat de professionnalisation), la VAE, ou le recrutement des étudiants étrangers. Pour s'y présenter, il est nécessaire d'être titulaire d'une licence (bac+3), ou l'équivalent de 180 crédits ECTS. Le concours se déroule en deux phases: admissibilité (écrits) et admission (oraux). Chaque année, près de 900 étudiants postulent pour environ 45 places disponibles en formation initiale.

Le CUEJ délivre un master de journalisme (domaine des sciences politiques et sociales) en deux ans. Les droits d'inscription sont ceux en vigueur à l'université. Le Cuej est installé dans l'espace européen de l'enseignement supérieur[3].

L'école fête son soixantième anniversaire en 2018[4].

Enseignements[modifier | modifier le code]

La première année, généraliste, mêle presse écrite, radio, télévision et enseignements multimédias aux matières académiques (économie, connaissance des institutions européennes, …) et aux connaissances relatives à l'univers professionnel (économie des médias, histoire des médias, connaissance du journalisme, enquête, droit de la presse...). Les étudiants choisissent en deuxième année une spécialisation technique (presse écrite et multimédia ; radio et multimédia ; télévision : rédacteur ou journaliste reporter d'images).

L'Union européenne[modifier | modifier le code]

Le CUEJ a su tirer profit de l'image européenne de la capitale alsacienne. Les étudiants couvrent les sessions du Parlement européen à Strasbourg en temps réel. Heure par heure, cette couverture est mise en ligne[5] sur le site cuej.info. Dès 2007, Jean Quatremer, spécialiste européen au journal Libération, a par ailleurs salué les dossiers[6] réalisés par les étudiants du Cuej sur l'Europe[7]. Celui qu'ils ont publié en 2014 (L'Union à reculons) a obtenu le prix Louise Weiss[8]. Depuis le départ de Xavier Delcourt, l'enseignement européen est dispensé par Cédric Pellen. La formation à l'actualité européenne est intégrée à l'enseignement général et disciplinaire de la première année et optionnelle en deuxième année.

Le master franco-allemand[modifier | modifier le code]

Chaque année, douze étudiants (six étudiants sélectionnés à Strasbourg et autant à Fribourg-en-Brisgau) ont la possibilité de suivre un double cursus, qui débouche sur l'obtention simultanée du master de journalisme délivré par le CUEJ - Université de Strasbourg et l'école de journalisme de Fribourg, en Allemagne. Les deux premiers semestres, tous les étudiants suivent les enseignements au Frankreich-Zentrum de l'Université Albert-Ludwig de Fribourg. La deuxième année, ils poursuivent leur cursus à Strasbourg.

Productions[modifier | modifier le code]

Les étudiants du Cuej réalisent deux journaux vendus en kiosque à Strasbourg : Viva Cité et News d'Ill.

Délocalisation[modifier | modifier le code]

Depuis 1994, le CUEJ organise pour les étudiants de 2e année en fin de cursus un séjour dans un pays étranger[9].

L’objectif pédagogique est de permettre aux étudiants d’approcher un territoire dont le contexte linguistique, politique, social et culturel leur est inconnu. Pendant une durée de quatre à cinq semaines, les étudiants rencontrent l'actualité de la ville ou du pays où ils résident pour produire et diffuser sur place un journal en langue française, des émissions de radio et de télévision, et des productions multimédias [10].

Pays où ont eu lieu les délocalisations des étudiants du CUEJ.
  •      Pays où se trouve le siège de l'école
  •      Pays où a eu lieu plus de 10 délocalisations
  •      Pays où a eu lieu entre 5 et 9 délocalisations
  •      Pays où a eu lieu entre 2 et 4 délocalisations
  •      Pays où a eu lieu 1 délocalisation

Spécialisation[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

La formation en télévision propose un parcours "rédacteur" et un parcours "journaliste reporter d'images" (JRI) associant savoirs et compétences en matière de récit par l'image et maitrise des principaux formats de l'information télévisée.

Radio et multimédia[modifier | modifier le code]

Au cours de la spécialisation radio, les étudiants sont initiés aux principaux formats en vigueur dans les radios généralistes locales ou nationales (flash, présentation de journaux et reportages), mais aussi au format long sonore: chaque étudiant réalise un documentaire d'une vingtaine de minutes. France Culture diffuse régulièrement certains d'entre eux[11]. La formation radio est complétée d'une dimension multimédia: traitement de l'information en continu pour le web, récit multimédia, initiation à la vidéo.

Presse écrite et multimédia[modifier | modifier le code]

À côté d'une mise en situation de production réelle qui débouche sur la publication des magazines Viva Cité et News d'Ill, les étudiants de la spécialisation "Presse écrite et multimédia" sont formés aux nouveaux formats narratifs destinés au web (webdocumentaire, datajournalisme) ou aux tablettes et smartphones (applications). Ils sont aussi initiés aux différents modes de traitement: information de proximité avec des blogs sur les quartiers de Strasbourg[12], traitement de l'actualité en continu sur le site de publications du Cuej[13].

Spécialisations thématiques[modifier | modifier le code]

Un séminaire thématique est proposé aux étudiants de deuxième année, qui doivent choisir entre un enjeu relatif à l'actualité de l'Union européenne, un séminaire consacré à la justice, aux faits divers, violences et catastrophes, ou à une question de société. Ce travail de réflexion débouche sur une réalisation multimédia réalisé sur le terrain.

Corps enseignant[modifier | modifier le code]

Selon les cours, les enseignants sont des universitaires et des professionnels en activité dans les principaux médias nationaux et régionaux. Une centaine de journalistes interviennent chaque année dans les enseignements du Cuej.

Direction[modifier | modifier le code]

Vie étudiante[modifier | modifier le code]

La vie étudiante est organisée en partie par l'Adej, Association des étudiants en journalisme. Cette association organise notamment la soirée d'intégration, le week-end d'intégration et le forum des anciens.

Le bureau de l'Adej est composé d'un président, d'un secrétaire général et d'un trésorier, tous étudiants de deuxième année et suppléés par un élève de première année. Le bureau compte également les responsables des différentes commissions : événementiel, sport, forum, communication et anciens.

Le Cuej dispose également d'une équipe de football (dont les couleurs sont le jaune et le noir). Celle-ci a atteint la finale du tournoi inter-écoles de journalisme en 2008, 2013 et 2014, et remporté l'édition 2017.

En 2018, alors qu'elle organisait le tournoi, l'école a mis en place une équipe féminine pour la première fois. Celle-ci est montée sur le podium après avoir arraché une troisième place.

Les anciens élèves[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Maryse Burgot (France 2, grand reporter), Francis Letellier (France 3, présentateur), Olivier Ravanello (ex-i>Télé, créateur d'Explicite), Marc Fauvelle (France 5, présentateur C dans l'air), Pascal Golomer (France TV Sports, directeur de la rédaction), Eric Monier (TF1, directeur de la rédaction), Mohamed Henni (Wola Media, chroniqueur), Ramon Gutierrez (France 3, grand reporter), Damien Thevenot (France 2, présentateur de Télématin), Eric Schings (TF1, journaliste reporter d'images), Emmanuel Vannier (France 2, rédacteur en chef adjoint de Télématin), Caroline Sinz (France 2, grand reporter), Françoise Joly (France 2, ex-présentatrice Envoyé Spécial), Nancy Reys (LCI, journaliste), Christelle Chiroux (TF1, chef du service société et présentatrice), Jean-Pierre Pasteur (France 2, journaliste reporter d'images), Nathalie Moisan (Arte, rédactrice en chef du 28 minutes).

Radio[modifier | modifier le code]

Fabienne Sintès (France Info, présentatrice), Patrick Adam (RFI, rédacteur en chef), Carine Frenk (RFI, journaliste Afrique), Corinne Boulloud (Europe 1, rédactrice en chef adjointe du service des sports), Nathalie Bourrus (France Info, chroniqueuse), Sophie Malibeaux (RFI, grand reporter), Olivier Danrey (France Culture, présentateur des journaux), Agnès Soubiran (France Info, présentatrice des journaux de 7h et 9h), Antoine Giniaux (France Inter, journaliste).

Presse écrite et multimédia[modifier | modifier le code]

Gilles Medioni (L'Express, rédacteur en chef culture), Sophie Dufau (Médiapart, journaliste), Jean-Hébert Armengaud (Courrier International, rédacteur en chef), Matthieu Aron (L'Obs, directeur adjoint de la rédaction), Christian Losson (Libération, chef du service Monde), Bertrand Bissuel (Le Monde, journaliste à la rubrique Monde), Stéphane Lauer (Le Monde, éditorialiste), Sabrina Champenois (Libération, chef adjoint du service Portrait), Virginie Félix (Telerama, journaliste), Fédérico Fubini (Corriere della Serra, journaliste spécialiste Europe), Stéphane Joby (Journal du Dimanche, journaliste).

Le bâtiment universitaire abritant l'école en images[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Présentation du CUEJ, sur le site du CUEJ : cuej.unistra.fr. Consulté le 2 février 2013.
  2. a et b Les treize écoles, sur le site de la Convention collective nationale de travail des journalistes : www.snj.fr. Consulté le 2 février 2013.
  3. Formation initiale, sur le site du CUEJ : cuej.unistra.fr. Consulté le 2 février 2013.
  4. M. G.-L., « Le CUEJ (Strasbourg) fêtera ses 60 ans en octobre », sur CFDT Journalistes,
  5. « Sessions parlementaires », sur CUEJ.info (consulté le 7 juin 2016)
  6. « Dossiers », sur CUEJ.info (consulté le 7 juin 2016)
  7. Jean Quatremer parle du Cuej, blog de Jean Quatremer, bruxelles.blogs.liberation.fr. Consulté le 2 février 2013.
  8. « Prix Louise Weiss », sur www.prixlouiseweiss.com (consulté le 7 juin 2016)
  9. « Délocalisation », sur CUEJ
  10. Cf. les productions sur cuej.info, le Yunnan réalisé en 2011 et la Bosnie-Herzégovine en 2010.
  11. [1]
  12. [2]
  13. [3]
  14. « Nicole Gauthier élue directrice du CUEJ (Strasbourg) », sur EducPros,

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]