École supérieure de journalisme de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
ESJ Paris
Image illustrative de l'article École supérieure de journalisme de Paris
Devise Quot capita tot sensus
Informations
Fondation 1899
Type École supérieure de journalisme
Localisation
Coordonnées 48° 49′ 37″ Nord 2° 21′ 51″ Est / 48.826941, 2.3641956
Ville Paris
Pays Drapeau de la France France
Direction
Président Guillaume Jobin
Directeur Frédéric Dupuis / Gilles Brochard
Chiffres clés
Étudiants Env. 400
Divers
Affiliation AUF EJTA AFEJ
Site web esj-paris.com

Géolocalisation sur la carte : 13e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 13e arrondissement de Paris)
ESJ Paris

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
ESJ Paris

L’École supérieure de journalisme de Paris (ESJ Paris) est un établissement privé d'études supérieures et plus précisément une école de journalisme française située dans le 13e arrondissement de Paris.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Doyenne mondiale des écoles de journalisme, elle fut fondée en 1899 par un groupe d'universitaires parisiens libéraux et laïques mobilisés à l'occasion de l'affaire Dreyfus. Ce groupe était conduit par la romancière et journaliste Jeanne Weill, alias Dick May, et était soutenu par le sociologue Émile Durkheim. Parmi les fondateurs, des journalistes comme Henry Fouquier, Jules Cornély, membre fondateur du Syndicat des journalistes français[1], Adolphe Brisson et Jules Claretie[2]. Cependant, l'ESJ aurait pu ne pas être la doyenne des écoles de journalisme. En effet, en 1895, l'université du Missouri se voit refuser par le Sénat du même État la création d'une école de journalisme, refus renouvelé jusqu'en 1908.

Reconnaissance et développement[modifier | modifier le code]

Elle ne fait pas partie des quatorze écoles reconnues par la profession, via le dispositif prévu par la Convention collective nationale de travail des journalistes. L'ESJ est agréée par l'Association française des écoles de journalisme, reconnue par l'Union internationale de la presse francophone et par l'European Journalism Training Association.

Initialement présente à Casablanca en association avec le groupe de médias marocains, Eco-Médias, de 2008 à 2012, l'ESJ Paris est aujourd'hui au Maroc avec l'Institute for leadership and Communication Studies (ILCS) à Rabat, à Casablanca avec l'EMPSI, en Tunisie avec l'Université internationale de Tunis (UIT), à Tunis-Charguia et en Algérie, avec l'Institut de formations internationales et de recherche en sciences et techniques (IFIRST) de Dély-Brahim-Alger. Une formation à distance en journalisme de presse/web est réalisée avec l'Union de la Presse Francophone, en français, ainsi qu'en anglais, depuis juillet 2014. En 2016, l'ESJ Paris a ouvert deux établissements, l'un à Douala, au Cameroun, avec l'Institut universitaire du golfe de Guinée (UIGG), l'autre à Dakar, avec l'IMC.

L'ESJ a depuis 2012 ouvert une filiale d'édition de livres, Casa Express éditions spécialisée dans les livres de journalistes, diffusés en Europe et au Maghreb.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Comme pour les autres écoles de journalisme en France, le cursus de l'ESJ est de deux ans (journalistes polyvalents tous médias) pour le cursus classique. L'entrée s'effectue sur concours (écrit et oral), à partir de Bac+2. Les étudiants ayant le niveau Bac ou Bac+1 peuvent suivre une année préparatoire intégrée, dont l'entrée se fait également sur concours.

Elle est reconnue par l’État et délivre un titre de mastère[3] de classe II visé par la CNCP ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, mais elle ne fait pas partie des quatorze formations reconnues par la commission paritaire nationale pour l'emploi des journalistes.

L'école propose aussi des mastères 1 et 2 spécialisés (admission bac+4) tels que journalisme de sports, JRI/journaliste télévision (réalisé en commun avec l’EICAR), Médias féminins et de mode, Journalisme et animation radio, Médias et communication, Web, Documentaire et Investigation, une formation supérieure intégralement en anglais, ainsi qu'un mastère 2 généraliste de journalisme tous médias : mastère 2 professionnalisant.

Prix littéraire ESJ Paris - Maison Blanche[modifier | modifier le code]

Ce prix, lancé en 2016 sous l'impulsion de l'ESJ Paris et du restaurant Maison Blanche, est présidé par André Bercoff. Il récompense « un livre publié dans l’année, traduisant la réalisation d’un véritable travail de journaliste, en langue française, qu’il s’agisse d’une enquête, d’un récit, d’un essai, d’une biographie, d’un document de toute sorte, et même d’une investigation habillée en fiction »[4].

La première édition a récompensé Delphine Minoui pour Je vous écris de Téhéran, et le coup de cœur du jury à Camilla Panhard pour No women's land. Le jury était composé d'André Bercoff, Guillaume Jobin, Bruno Franck, Gilles Brochard, Tristane Banon, Patricia Boyer de Latour, Loïc Barrière, Jean-Christophe Buisson, Reda Dalil, Philippe Duley, et Elsa Grangier.

Fréquence ESJ[modifier | modifier le code]

Depuis le , les étudiants ont leur webradio : Fréquence ESJ, première radio associative des étudiants de l'École supérieure de journalisme de Paris.

En , le site s'enrichit et se transforme, il propose désormais du contenu exclusif.

"20h, l'invité", l'émission politique de la radio lancée depuis propose chaque mardi l'interview d'un politique pendant une heure. Geoffroy Didier, Pierre-Yves Bournazel, Pierre Laurent, Gérard Longuet, François de Rugy, Jacques Bompard, Jacques Cheminade, Patrick Bloche ou encore Ian Brossat se sont prêtés au jeu.

Le , Fréquence ESJ lance une nouvelle émission, Storytelling, présentée par Baptiste Denis, qui reçoit Jérôme Kerviel pour sa première. Pour sa deuxième saison, l'émission reçoit notamment Geneviève de Fontenay, Patrick Pelloux, Maxime Dereymez, François Rollin, Guillaume Meurice, Sébastien Folin, Vincent Dedienne, Jean-Yves Lafesse, Jérôme Commandeur, Philippe Vandel ou encore Patrick Maisonneuve.

À la rentrée 2015, Fréquence ESJ se transforme en vrai bouquet de radio, en lançant Fréquence ESJ Gold, Fréquence ESJ Dancefloor, Fréquence ESJ Live et Fréquence ESJ Lounge.

Pour le Téléthon 2015, Patrick Bruel, Mika, Kendji, Zazie, Garou, Michel Field, Pierre Perret, Richard Orlinski, Corneille, Fréro Delavega ou Roch Voisine défilent en direct derrière les micros de Fréquence ESJ, délocalisée à l'hippodrome de Longchamp, à quelques mètres du plateau de France Télévisions.

Depuis le 9 février 2016, c'est Baptiste Denis qui est le directeur de la rédaction du média, sous la direction de Benjamin Poulin.

Dès le mois de mai 2016, Fréquence ESJ déménage ses émissions de ses locaux parisiens vers Ivry-sur-Seine, dans un tout nouveau studio, plus grand et entièrement numérique.

Juin 2016, deux nouvelles émissions sont lancées : Tous à table !, L'hebdo sports. En juillet 2016, L'actuelle et La factory deux nouvelles émissions sont annoncées sur la grille de rentrée 2016.

En septembre 2016, trois nouvelles radios sont créées : Fréquence ESJ Friendly, Fréquence ESJ Orient et Fréquence ESJ Cinéma

Partenaires internationaux[modifier | modifier le code]

France
Étranger

Anciens élèves[modifier | modifier le code]

Actuels et anciens professeurs[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k8600214/f3.image.langFR
  2. "Marinoni: le fondateur de la presse moderne, 1823-1904", par Éric Le Ray, page 407 [1]
  3. Formation mastères sur le site de l'ESJ-Paris
  4. « Le prix », sur www.prix-esjparis-maisonblanche.com (consulté le 30 juin 2016)

Liens externes[modifier | modifier le code]