Catherine Laborde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Laborde.
Catherine Laborde
Description de l'image Catherine-Laborde-tf1.jpg.
Naissance (65 ans)
Bordeaux (Gironde), France
Nationalité Drapeau : France Française
Profession
Activité principale

Catherine Laborde, née le à Bordeaux en Gironde, est une animatrice de télévision, comédienne et écrivain française.

Présentatrice météo sur TF1 du jusqu'au , elle a présenté le bulletin météorologique sur cette chaîne pendant vingt-huit ans.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et études[modifier | modifier le code]

Le père de Catherine Laborde est professeur d'anglais, puis recteur d'académie. Sa mère, Maria del Pilar, réfugiée espagnole, est couturière[1][réf. insuffisante]. Elle a deux sœurs, Geneviève, et Françoise[1].

Après avoir obtenu une maîtrise d'anglais [Quand ?], elle intègre le Conservatoire d'art dramatique de Bordeaux [Quand ?].

Carrière[modifier | modifier le code]

Catherine Laborde apparaît dans la série Les Gens de Mogador de Robert Mazoyer, diffusée sur la première chaîne de l'ORTF en décembre 1972. En 1973, elle joue dans sa première pièce de théâtre à Paris, L'Église de Louis-Ferdinand Céline, puis enchaîne avec son premier film : Voyage en Grande Tartarie de Jean-Charles Tacchella.

En janvier 1983, Catherine Laborde et l'acteur Henri Virlojeux sont interviewés par Noël Mamère au journal de 13 h d'Antenne 2, sur la grève des comédiens. Ceux-ci revendiquent pour une meilleure indemnisation chômage et pour leurs droits dérivés.[réf. souhaitée]

En 1988, elle est engagée comme présentatrice de la météo sur TF1 et présente son premier bulletin le . Elle présente le plus souvent les bulletins avant et après les journaux de 13 h et 20 h de la chaîne, ainsi que sur LCI à partir de 1994 (rediffusions généralement).

Entre 1990 et 1993, elle anime également sur TF1 une émission bi-hebdomadaire, Parole d'école. À partir de 2003, elle est à la présentation de l'émission de télé-achat Télévitrine, jusqu'au . Elle est remplacée par Michel La Rosa.

En 1997, elle décide de se lancer dans l'écriture. En 2009, elle publie son quatrième roman, Maria Del Pilar, aux Éditions Anne Carrière.

Catherine Laborde en 2010.

En et en , elle remporte Le Grand Concours des animateurs, un quizz diffusé en première partie de soirée sur TF1 et présenté par Carole Rousseau avec comme candidats des animateurs et animatrices de télévision. Elle participe en à l'émission Sosie ! Or Not Sosie ? présentée par Vincent Cerutti sur la même chaîne.

Le , elle participe au jeu Fort Boyard sur France 2[2],[3] avec Gaël Leforestier, Sheryfa Luna, Julie Raynaud, Jimmy Briand et Rod Fanni pour l'association « Face au monde ».

À partir d', elle interprète son premier one-woman-show, Avec le temps, au théâtre du Petit-Gymnase à Paris, écrit avec Guy Carlier et François Rollin.

Le , elle participe au prime-time de Money Drop sur TF1, pour le Secours populaire, en duo avec Emmanuel Moire.

Le , elle participe à l'émission Les 12 Coups de soleil (une émission spéciale du jeu Les 12 Coups de midi) sur TF1 pour l'association « Les Toiles enchantées ». Elle joue en duo avec Xavier (le troisième plus grand maître de midi).

Le , Catherine Laborde présente son ultime bulletin météo sur TF1, à 65 ans et après 28 ans de service[4], et remercie à la fin du bulletin les téléspectateurs de l'avoir suivie durant toute cette période[5],[a].

L'annonce de son départ est révélée avec « surprise » à la fin du journal télévisé de 20 h de TF1, présenté ce soir-là par Audrey Crespo-Mara[6]. Dans une interview donnée à RTL , Catherine Laborde indique que c'est elle qui a pris ce choix : « C'est ma décision. Je ne dis pas que c'est ma volonté mais un désir ». Elle précise aussi que « le déclic est arrivé quand, j'ai vu dans cet endroit que j'aime tant, TF1, un tas de jeunes gens dont j'aurais pu être la mère, voire la grand-mère »[5].

Durant ces vingt-huit années, elle a alterné la présentation des bulletins avec Michel Cardoze (jusqu'en 1991), Alain Gillot-Pétré (jusqu'en 1999), François Fandeux (de 1989 à 1995), Évelyne Dhéliat (à partir de 1992), Sébastien Folin (de 2001 à 2009), Véronique Touyé (en 2009) et Louis Bodin (à partir de 2010).

Au début de février 2017, elle tient une chronique vidéo hebdomadaire dans le magazine Le Point[7],[8].

Le , après avoir aidé une jeune fille atteinte de trisomie 21 à présenter un journal météo, elle se dit très touchée par cette cause. C'est la raison pour laquelle elle fait part publiquement de son engagement auprès d'Emmanuel Macron, candidat à l'élection présidentielle de 2017 : « je m'engage auprès d'Emmanuel Macron, parce que c'est un sujet (le handicap) qui lui tient particulièrement à coeur »[9].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Catherine Laborde est la mère de deux filles, Gabrielle (née en 1987) et Pia (née en 1990)[10].

Elle est la compagne de Thomas Stern. Dans La douce joie d'être trompée, elle raconte les infidélités de son compagnon et son avortement. Ils finissent par se marier en [11].

Présentation d'émissions[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Séries télévisées et téléfilms[modifier | modifier le code]

Doublage[modifier | modifier le code]

Séries TV d'animation[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Des sœurs, des mères, des enfants, coauteur avec Françoise Laborde, éditions Jean-Claude Lattès, 1997
  • Le mauvais temps n'existe pas, 2005
  • La Douce Joie d'être trompée, 2007, coécrit avec Thomas Stern
  • Maria del Pilar, 2009, éd. Anne Carrière
  • Mon homme, ma femme, coauteur avec Thomas Stern, Flammarion, 2010
  • Les chagrins ont la vie dure, Flammarion, 2016

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. « Je vous ai raconté aujourd'hui le temps qu'il fera demain, mais il y a aussi le temps qui passe, et ce temps-là, c'est le temps où je vais vous quitter. Après vingt-huit ans de bons et loyaux services, je m'en vais. Je pars avec le froid, avec le temps, mais aussi avec tous ces souvenirs que vous m'avez donnés au fil des années, cette confiance en moi qui me manque tellement, cet amour, cette bienveillance qui ne vous a jamais quittés et qui m'a portée pendant ces vingt-huit années. C'étaient des moments formidables, des moments joyeux, des moments de camaraderie ; je vous emporte avec moi. Vous m'oublierez (?) Moi non. Je vous aime. » Source : article de RTL du 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Interview de Catherine et Françoise Laborde par Ariane et Béatrice Massenet dans l'émission C'est de famille sur Europe 1, le .[réf. insuffisante]
  2. « Fort Boyard », sur Télé Loisirs.fr,‎ consulté le 19 juillet 2012
  3. « Catherine Laborde "fâchée" contre elle-même après sa participation à "Fort Boyard" sur France 2 », sur Jeanmarcmorandini.com (consulté le 23 juillet 2012)
  4. « Catherine Laborde a présenté son dernier bulletin météo sur TF1 », sur Le Figaro.fr,‎
  5. a et b « Catherine Laborde arrête la présentation de la Météo : C'est ma décision », sur RTL.fr,‎ .
  6. « Catherine Laborde annonce par surprise ce soir qu'elle arrête la météo sur TF1 », sur Jeanmarcmorandini.com,‎ (consulté le 1er janvier 2017)
  7. « Catherine Laborde devient chroniqueuse pour "Le Point" », Pierre Dezeraud, Ozap.com, 8 février 2017.
  8. « Catherine Laborde : "Le retour de Belphégor" », Le Point.fr, 8 février 2017.
  9. « Surprise! Catherine Laborde rejoint Emmanuel Macron », 20 minutes.fr, 22 mars 2017.
  10. Romain Delacroix, « Catherine Laborde a présenté son dernier bulletin météo sur TF1 », sur tvmag.lefigaro.fr,‎ .
  11. « Catherine Laborde – Thomas Stern : le mariage inattendu d’un couple atypique », sur Voici.fr,‎ 20novembre 2013 (consulté le 1er janvier 2017).
  12. « Juliette je t'aime », sur Allociné.fr (consulté le 17 septembre 2015)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]