Cœurs vaillants

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Cœurs Vaillants)
Aller à : navigation, rechercher
Cœurs vaillants
J2 Jeunes
Formule 1

Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Périodicité hebdomadaire
Genre Magazine illustré pour jeunes
Bande dessinée
Fondateur Gabriel Bard
Pierre Rougement (Henri Guesdon)
Gaston Courtois
Date de fondation
Date du dernier numéro 1963 (Cœurs vaillants)
1970 (J2 Jeunes)
1981 (Formule 1)

Cœurs vaillants est un magazine hebdomadaire français catholique destiné à la jeunesse, fondé en 1929. Il est appelé ensuite J2 Jeunes de 1963 à 1970, puis Formule 1 de 1970 à 1981.

Âmes vaillantes, un pendant du magazine destiné aux filles, est publié de 1937 à 1963, en partie avec d'autres auteurs.

Historique[modifier | modifier le code]

Le , l’Union des œuvres catholiques de France (UOCF) crée Cœurs vaillants, visant un lectorat âgé de 11 à 14 ans, qui sera le vivier d'un mouvement d’Église, le mouvement « Cœurs vaillants-Âmes vaillantes ». Le mouvement évoluera dans les années 1960 pour devenir l’Action catholique des enfants.

Le périodique est lancé par:

En 1934, le magazine compte 360 000 lecteurs[1].

En 1935, l’équipe est renforcée par l’arrivée de l’abbé Jean Pihan (ex-Jean Vaillant, 1912-1996), lui aussi des Fils de la charité.

En 1936, naissance du mouvement Cœurs vaillants.

En 1937, le magazine Âmes vaillantes, destiné aux filles, est créé (le n°1 est daté du 8 décembre 1937).

En 1940, Cœurs vaillants est interdit en zone occupée. Une partie de la rédaction déménage à Clermont-Ferrand puis à Lyon.

De 1940 à 1942, Cœurs vaillants est remplacé clandestinement en zone occupée par le petit périodique Belles Histoires de Vaillance où on retrouve Zimbo et Zimba, de Maurice Cuvillier ainsi que Perlin et Pinpin.

Parallèlement, l'équipe installée à Lyon édite le magazine « classique » jusqu’à la libération. Au fil des années, le soutien d'abord affiché au régime de Vichy va s'estomper pour finalement disparaitre.

L’arrestation par la Gestapo et l’emprisonnement à Fresnes de l’abbé Pihan et de trois membres de son équipe en 1943 poussent l'éditeur dans la résistance passive.

En octobre 1945, comme les autres revues ayant continué de paraître sous l'occupation, Cœurs vaillants se retrouve interdit de publication car soumis à enquête pour vérifier s'il y a eu ou non « fait de collaboration ».

De à , en attendant ce sésame, le magazine est remplacé par Tintin et Milou, supplément de la revue autorisée La Voix de l’Ouest, qui contient des bandes dessinées de Tintin et des récits d’aventures. À partir du , Tintin paraît comme publication autonome.

En 1963, édité par Fleurus Presse, les rédactions de Cœurs vaillants et Âmes vaillantes fusionnent et les revues prennent respectivement les noms de J2 Jeunes et J2 magazine, titres plus modernes dont le premier « J » rappelle le jour de publication, le jeudi, qui est alors une journée sans école en France, souvent consacrée au catéchisme. En fait, J2 correspond aussi, clin d'œil d'éditeurs ayant connu la guerre, à la même catégorie d’âge pour les tickets de rationnement que son lectorat.

En 1970, le magazine est rebaptisé Formule 1.

En 1981, Formule 1 cesse de paraître.

Le journal[modifier | modifier le code]

Séries d'Hergé[modifier | modifier le code]

Le journal pour jeunes Cœurs vaillants est resté célèbre pour avoir été le premier à publier la bande dessinée Les Aventures de Tintin et Milou d'Hergé en France. Cependant Hergé refusa de se plier au style qu'on lui proposait où chaque image devrait être commentée d'un texte à la manière des images d'Épinal ou de Christophe décrivant ce qu'on pouvait fort bien comprendre sans lui grâce aux phylactères, et dispersant l'attention du lecteur.

Les éditeurs, de leur côté, arguent que les « histoires à ballons », comme on les nomme à cette époque, ont mauvaise presse auprès des parents (on les accuse d'appauvrir le vocabulaire narratif) et que ce sont ceux-ci qui prennent les décisions d'achat.

Par ailleurs, ils se montrent perplexes sur ce personnage de Tintin qui n'a pas de famille et ne semble pas vraiment travailler (journaliste, on ne le voit par exemple jamais à son bureau). Est-ce un exemple pour la jeunesse ?

Un compromis sera trouvé par Hergé via la création d'autres personnages (Jo, Zette et Jocko, dont la famille est jugée plus conforme aux normes du moment), en échange du renoncement au texte explicatif de chaque image.

Les Aventures de Tintin et Milou publiées dans Cœurs vaillants :
  • Tintin au pays des Soviets : du no 47 (1930) au no 9 (1932)
  • Tintin au Congo : du no 12 (1932) au no 12 (1933). Reprise sous le titre : Tintin dans la brousse dans l'édition rurale du no 1 (1941) au no 43 (1942)
  • Tintin en Amérique : du no 14 (1933) au no 21 (1934). Reprise sous le titre : Tintin chez les Indiens dans l'édition rurale du no 45 (1942) au no 11 (1944)
  • Tintin en Orient (Les Cigares du pharaon) : du no 38 (1934) au no 46 (1935)
  • Tintin en Extrême-orient[2] (Le Lotus bleu) : du no 47 (1935) au no 4 (1937)
  • Tintin chez les Arumbayas (L'Oreille cassée) : du no 6 (1937) au no 12 (1938)
  • Le Mystère de l'avion gris (L’Île noire) : du no 16 (1938) au no 18 (1939)
  • Tintin en Syldavie (Le Sceptre d'Ottokar) : du no 20 (1939) au no 19 (1940)
  • Tintin au pays de l'or noir : nos 23-24 (1940). Se continue dans la série spéciale du nos 2 à 52. À la Libération, reprise dans Message nos 1 à 4 (1945), puis dans La Voix de l'ouest nos 5-6 (1945) et nos 1 à 8 (1946)
  • Le Crabe aux pinces d'or : du no 25 (1942) à 21 (1943)
  • L'Étoile mystérieuse : du no 23 (1943) au no 6 (1944)
  • Le Secret de La Licorne : nos 8 à 17 (1944). Cet épisode est interrompu à la Libération et ne sera pas repris. Résumé du Secret de La Licorne et du Trésor de Rackham le Rouge dans le no 1 (1946), 1re page
  • Les Sept Boules de cristal : du no 1 (1946) au no 44 (1947) sauf nos 28-29

Séries de Marijac [3][modifier | modifier le code]

  • Jim Boum, chevalier du Far West : du no 25 (1931) au no 10 (1933)
  • Cesarin Pitchounet : du no 1 (1933) au no 38 (1934)
  • Capitaine Pat'folle : du no 16 (1935) au no 4 (1936)
  • Jim Boum : La Victoire de Fort Lincoln : du no 39 (1935) au no 4 (1936)
  • Jules Barigoule : nos 5, 6 et 14 (1936)
  • Jim Boum au Mexique : du no 17 (1936) au no 52 (1936)
  • Jim Boum au Far West : du no 1 (1937) au no 35 (1937)
  • Jim Boum, chevalier de l'air : du no 45 (1937) au no 30 (1938)
  • Jim Boum : Le Drame de West Canyon : du no 34 (1938) au no 5 (1939)
  • Jim Boum en Afrique suivi de Jim Boum au Front : du no 8 (1939) au no 40 (1939)
  • Jim Boum : Irradium X 40 : du no 4 (1940) au no 52 (1941)
  • Jim Boum : Le Secret des monts Latanas : du no 1 (1942) au no 29 (1942)
  • Jim Boum : Le Sachem sans plume : du no 30 (1942) au no 7 (1943)
  • Jim Boum : Le Chasseur de mustangs : du no 9 (1943) au no 38 (1943)
  • Jim Boum : L'Énigme du canyon rouge : du no 40 (1943) au no 15 (1944)

Autres séries[modifier | modifier le code]

Après la guerre, le journal Cœurs vaillants continuera jusqu'en 1963, et publiera entre autres les séries suivantes :

Ensuite J2 Jeunes prendra le relais de 1963 à 1970, puis Formule 1 de 1970 à 1981.

En parallèle, Fripounet, Perlin et Pinpin et d'autres revues à destination des plus jeunes seront lancés par Fleurus Presse (d'après le nom de la rue qui les héberge, comme plus tard les éditions Bayard). Fripounet et Marisette s'adresse aux enfants des deux sexes d'une France plutôt rurale, Âmes vaillantes au jeune public féminin.

Cœurs vaillants a également été la première tribune de Cabu qui avait gagné un concours organisé par les stylos Météore en novembre 1951. Le dessin réalisé quand Cabu avait 13 ans et signé K bu est paru dans la revue publicitaire Publimondial, sans doute en 1952. Le dessin n'est jamais paru dans Cœurs vaillants.

Le mouvement[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Cœurs vaillants-Âmes vaillantes.
Article détaillé : Action catholique des enfants.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Fonds Cœurs Vaillants-Âmes Vaillantes », sur coeursvaillants-amesvaillantes.org.
  2. L'« Orient » ne devenant « Extrême » qu'au no 52.
  3. 'Le Bel Illustré' n° 8, D.Thura.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Documentation[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]