L'Université catholique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

L'Université catholique  
Image illustrative de l’article L'Université catholique

Titre abrégé Univ.Cath.
Discipline Théologie, économie, histoire, littérature, science, ...
Langue français
Directeur de publication Philippe Gerbet (1836-1842),
Augustin Bonnetty (1843-1855)
Rédacteur en chef Philippe Gerbet (1836-1838),
Augustin Bonnetty (1838-1855)
Publication
Maison d’édition E.J. Bailly (France)
Période de publication 1836-1855
Fréquence Mensuelle
Indexation
ISSN 1250-9396
OCLC 17474867

L’Université catholique était une revue catholique française ultramontaine, fondée en 1836 par l'abbé Philippe-Olympe Gerbet.

Revue religieuse, philosophique, scientifique et littéraire se présentant comme « un commencement d'université catholique par la presse », elle réunit des religieux et des savants comptant parmi les plus beau nom du monde catholique français de la Monarchie de Juillet et de la Deuxième République.

Elle est absorbée en 1855 par les Annales de philosophie chrétienne.

Éléments d'histoire[modifier | modifier le code]

Dès 1824, l'abbé Philippe-Olympe Gerbet et l'abbé Antoine de Salinis, deux disciples de Lammenais, créent le Mémorial catholique qui accueille notamment les écrits de ce dernier et cesse de paraitre en 1830[1].

Après la suspension et la condamnation romaine de l'éphémère journal l'Avenir de Lammenais en 1831, l'abbé Gerbet et le comte Charles de Coux cherchent à améliorer leur formation en sciences religieuses et humaines un clergé souvent peu équipé face à la montée des doctrines matérialistes, de l'athéisme voire du sentiment antireligieux[2].

Ils organisent à destination de la jeunesse étudiante, diverses conférences publiques portant notamment sur la philosophie de l'histoire ou encore l'économie politique[2].

À la suite de l'encyclique Mirari Vos et la parution de Paroles d'un croyant en 1834, Gerbet et de Coux rompent définitivement avec Lammenais[3]. L'année suivante, ils réunissent certains de leurs amis - Pierre-Antoine Berryer, Louis Rousseau, Augustin Bonnetty, Théophile Foisset, ... - afin de lancer une revue religieuse, scientifique et littéraire qui constitue « un commencement d'université catholique par la presse »[2].

Après un numéro préliminaire en juillet 1835, Gerbet lance L'Université catholique en janvier 1836 avec le soutien des oratoriens du collège de Juilly[4], dont l'abbé de Salinis et l'abbé Casimir de Scorbiac qui dirige le collège mais accepte de prendre en charge le secrétariat[2] d'une revue marquée par l'ultramontanisme[5].

Celle-ci devient « l'un des plus beaux fleurons du renouveau de l'école catholique française »[6] - rassemblant parmi les plus beau nom du monde catholique français de l'époque[7] - et connait un certain succès en recueillant dès sa première année 1841 abonnés[5].

Dirigée à partir de 1843 par Augustin Bonnetty[8] qui en assurait déjà la rédaction depuis 1838, la revue s'intéresse de moins en moins aux questions sociales[9]. Son audience décroit, notamment à la suite des départs de l'abbé de Salinis, devenu évêque d'Amiens en 1849, puis celui de l'abbé Gerbet, nommé à la tête de l'évêché de Perpignan en 1854[7]. L'Université est alors absorbée en 1855 par les Annales de philosophie chrétiennes que Bonnetty dirigeait également depuis la création de ce titre en 1830.

Description[modifier | modifier le code]

La revue connait un numéro préliminaire et un prospectus en juillet 1835[10]. À partir de janvier 1836[11], elle parait mensuellement le 15 du mois et propose 80 pages ou 160 colonnes, vendue 40 francs à Paris et 25 en province[2]. Elle connait deux séries de vingt tomes (1838-1845, 1846-1855) pour un total de quarante volumes[12].

La revue est intitulée Université catholique car, outre une revue littéraire, elle propose diverses séries d'articles importants qui s'apparentent à des cours correspondant aux facultés universitaires d'alors[2].

Le « programme des cours »[13] est regroupés en cinq sections , présentées dans le premier numéro[14] :

  • Sciences religieuses et philosophiques ;
  • Sciences sociales ;
  • Lettres et Arts ;
  • Sciences physiologiques, physiques et mathématiques ;
  • Sciences historiques.

Collaborateurs[modifier | modifier le code]

Quelques-uns des principaux « cours [15] :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. François Laplanche, « La notion de « science catholique » : ses origines au début du XIXe siècle », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 74, no 192,‎ , p. 72 (DOI 10.3406/rhef.1988.3430, lire en ligne)
  2. a, b, c, d, e et f Charles Kannengiesser et Yves Marchasson, Humanisme et foi chrétienne: mélanges scientifiques du centenaire de l'Institut catholique de Paris, Paris, Editions Beauchesne, (lire en ligne), p. 7
  3. Jean-Claude Caron, « Frédéric Ozanam, étudiant catholique (1831-1836) », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 85, no 214,‎ , p. 49 (DOI 10.3406/rhef.1999.1351, lire en ligne)
  4. Jean-Claude Caron, « Frédéric Ozanam, étudiant catholique (1831-1836) », Revue d'histoire de l'Église de France, vol. 85, no 214,‎ , p. 45 (DOI 10.3406/rhef.1999.1351, lire en ligne)
  5. a et b Roland Lardinois, L’invention de l’Inde: Entre ésotérisme et science, CNRS éditions, (ISBN 9782271091154, lire en ligne), p. 78
  6. Gaston Bordet, « Jalons pour une étude de l'ultramontanisme. Religieuses et prêtres franc-comtois à Rome au XIXe siècle (1789-1870) », Publications de l'École Française de Rome, vol. 52, no 1,‎ , p. 809 (lire en ligne)
  7. a et b Charles Kannengiesser et Yves Marchasson, Humanisme et foi chrétienne: mélanges scientifiques du centenaire de l'Institut catholique de Paris, Paris, Editions Beauchesne, (lire en ligne), p. 8
  8. Philippe Boutry, « L'encyclique Rerum novarum et le climat intellectuel des années quarante du XIXe siècle », Publications de l'École Française de Rome, vol. 232, no 1,‎ , p. 76 (lire en ligne)
  9. Philippe Boutry, « L'encyclique Rerum novarum et le climat intellectuel des années quarante du XIXe siècle », Publications de l'École Française de Rome, vol. 232, no 1,‎ , p. 77 (lire en ligne)
  10. Institut catholique de Paris. Auteur du texte, « BnF Catalogue général », sur catalogue.bnf.fr, 1836-1855 (consulté le 3 avril 2018)
  11. L'Université catholique, vol. XXIII, t. III, Paris (no 23), (lire en ligne), p. 21
  12. A. Bonnetty (dir.), L'Université catholique, t. XXXIX, Paris, (lire en ligne), p. 573
  13. L'Université catholique : revue religieuse, philosophique, scientifique et littéraire, Paris, E.-J. Bailly, (lire en ligne), p. 54 et ss
  14. Univ. Cath., I, 1836, pp. 54-64
  15. Charles Kannengiesser et Yves Marchasson, Humanisme et foi chrétienne: mélanges scientifiques du centenaire de l'Institut catholique de Paris, Paris, Editions Beauchesne, (lire en ligne), p. 7,8

Lien externe[modifier | modifier le code]