Reconquête (revue)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Une proposition de fusion est en cours entre Reconquête (revue) et Centre Henri-et-André-Charlier.

Les avis sur cette proposition sont rassemblés dans une section de Wikipédia:Pages à fusionner. Les modifications majeures apportées, entre temps, aux articles doivent être commentées sur la même page.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Reconquête.
Reconquête
Image illustrative de l'article Reconquête (revue)

Pays France
Langue Français
Périodicité Mensuelle (10 numéros par an)
Genre catholique traditionaliste, nationaliste
Date de fondation 1982
Ville d’édition Paris

Directeur de publication Bernard Antony
Rédacteur en chef Yves Daoudal
ISSN 1141-9482
Site web reconquete.net

Reconquête est une revue mensuelle national-catholique (traditionaliste) dirigée par Bernard Antony et diffusée uniquement par abonnement.

Présentation[modifier | modifier le code]

Dirigée par Bernard Antony, Reconquête se définit comme la « revue d'expression du Centre Henri-et-André-Charlier et de Chrétienté-Solidarité ». Elle a pour devise : « Dieu, Famille, Patrie[1] », et pour emblème la croix fichée de couleur rouge sur fond blanc.

La revue défendant le « nationalisme à la française, proche du Front national de Jean-Marie Le Pen à l'origine[2], mouvement dont Bernard Antony est ancien membre du bureau politique et député européen.

Les thèmes de la revue sont régulièrement relatifs à la religion catholique, à la critique de l'Islam[3], à l'anticommunisme[4], l'avortement ou l'euthanasie[5] ou aux discriminations envers les chrétiens dans le monde, objet initial de l'association Chrétienté-Solidarité à l'origine de la revue[6].

Histoire[modifier | modifier le code]

Fondée en 1982 sous le titre de Chrétienté-Solidarité (qui était celui de l'association éponyme depuis la fin des années 1970), elle a adopté son nom actuel en juillet-août 1989, à partir de son numéro 67.

Collaborateurs[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Évoquant la lettre d'un lecteur qui croyait lui objecter que cette devise était celle du régime de Vichy, Antony « répond » que celle-ci provient des Phalanges libanaises, et du grand rabbin Jacob Kaplan, dont il rapporte la citation :
    « Dieu, la famille, et la patrie, voilà en effet les grandes idées que les textes sacrés nous enseignent. Écoutez l'impétueuse éloquence d'Isaïe et d'Ézechiel, ou les chants plaintifs de Jérémie et du roi-prophète. À l'amour de Jehovah ne joignent-ils pas celui du sol natal, de la terre donnée par le Dieu d'Abraham et de Jacob ? Leur enthousiasme n'est-il pas à la fois religieux et patriotique ? » Jacob Kaplan, Témoignage sur Israël, Regain, 1949 (p.45).
    Dictionnaire de la Réplique, Godefroy de Bouillon, 2004, p. 174-175.
  2. « Antony s'enfonce dans l'opposition » Libération, 3 mai 2004.
  3. Numéro de juin 2008.
  4. Numéro de mars 2008
  5. Numéro de février 2008.
  6. Numéro de septembre 2006

Annexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]