Buchet/Chastel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Buchet-Chastel)
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buchet.
Logo de la maison d'édition
Repères historiques
Création 1936
Dates clés 2000 : création du groupe Libella
Fondée par Edmond Buchet, Jean Chastel
Fiche d’identité
Statut Éditeur élément d'un groupe d'édition
Siège social Paris  (France)
Langues de publication Français
Société mère Groupe Libella
Site web http://www.buchetchastel.fr/

Buchet/Chastel est une maison d’édition généraliste qui publie de la littérature française et de la littérature étrangère, des essais, des documents, des biographies, des livres sur la musique et sur l'écologie.

Historique[modifier | modifier le code]

À son origine se trouve la maison d'édition fondée en 1929 par Roberto Corrêa qui publie notamment François Mauriac, Jacques Maritain et Benjamin Crémieux. Les éditions Corrêa sont reprises en 1936 par Edmond Buchet et Jean Chastel, qui en font par la suite les éditions Buchet/Chastel. Le nom de « Corrêa » reste utilisé après 1936[1].

La maison connaît son apogée de 1936 à 1968. Elle publie Blaise Cendrars, Roger Vailland, Colette Vlaminck, Maria Le Hardouin, Pierre Molaine, Maurice Sachs. Elle obtient en 1937 le prix Goncourt avec le roman Faux Passeports de Charles Plisnier. Elle accueille dans ses « Pages immortelles » Romain Rolland, André Maurois, Thomas Mann, Stefan Zweig, André Gide, François Mauriac, Paul Valéry.

La collection « Le Chemin de la vie », créée avec Maurice Nadeau, fait découvrir les œuvres, entre autres, d'Henry Miller, Lawrence Durrell (Le Quatuor d'Alexandrie), Erskine Caldwell, Malcolm Lowry (Au-dessous du volcan, réédité en 2015) Carl Gustav Jung, lance avec succès Jean Bernard, Guy Debord (La Société du spectacle), Roland Topor (Le Locataire chimérique). Son domaine « Musique » fait aujourd'hui autorité.

En 1969, Guy Buchet, le fils du fondateur, prend la direction qu'il conserve jusqu'en 1995, en en conservant l'esprit d'exigence. Sa collection « Spiritualité » rassemble des œuvres de référence sur le yoga et la pensée bouddhiste, régulièrement rééditées.

En 1995, la maison est rachetée par Pierre Zech, puis, en avril 2001[2], par Vera et Jan Michalski, propriétaires de Noir sur Blanc, qui créent le groupe Libella. La directrice littéraire Pascale Gautier, elle-même romancière, reprend le département de littérature française. La « belle endormie » voit sa renaissance avec les succès de librairie de Marie-Hélène Lafon (prix Goncourt de la nouvelle 2016 pour son recueil Histoires), Jean-Philippe Blondel, J.M. Erre et Joël Egloff (prix du Livre Inter 2005 pour L’Étourdissement).

Le catalogue s'étend au voyage avec la revue Le Journal des lointains, à la poésie étrangère et, depuis 2005, au roman noir. Le domaine étranger que dirige Juliette Ponce reste fidèle à l'audace des textes fondateurs du catalogue, avec la Néo-Zélandaise Eleanor Catton (Booker Prize 2013), l’Indien Aravind Adiga, l’Irlandaise Eimear McBride ou la Mexicaine Guadalupe Nettel.

Quelques prix littéraires[modifier | modifier le code]

Collaboration avec le Prix du jeune écrivain de langue française[modifier | modifier le code]

Chaque année, les éditions Buchet/Castel publient les textes primés par le Prix du jeune écrivain de langue française[7] qui a contribué à révéler, notamment, Florence Seyvos, Miguel Bonnefoy, David Foenkinos, Dominique Mainard, Arthur Dreyfus, Hugo Boris, Yasmina Traboulsi et Philippe Vasset. Ainsi, la maison a publié les premières, ou presque, lignes de Caroline Terrée (Prix du jeune écrivain de langue française 1986), Marie Darrieussecq (1988), Jean-Baptiste Del Amo (2006), Floriane Olivier (2006 et 2008) et Arthur Dreyfus (2009).

Auteurs majeurs[modifier | modifier le code]

Littérature étrangère[modifier | modifier le code]

Domaine français[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Par exemple, pour le livre de Franz Liszt sur Chopin, publié par Corrêa en 1941, par Corrêa-Buchet-Chastel en 1957.
  2. « Historique des éditions Buchet/Chastel », sur buchetchastel.fr (consulté le 7 janvier 2017).
  3. [1]
  4. [2]
  5. Lauréat 2012, sur le site du Prix du Style.
  6. Lauréat 2013, sur le site de la Ligue auvergnate et du Massif Central.
  7. Prix du jeune écrivain, Association, consultée le 9 mai 2012.

Liens externes[modifier | modifier le code]