Fontenay-sur-Vègre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fontenay-sur-Vègre
Fontenay-sur-Vègre
L'église Saint-Philibert.
Blason de Fontenay-sur-Vègre
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Intercommunalité Communauté de communes Loué-Brûlon-Noyen
Maire
Mandat
Monique Lhopital
2020-2026
Code postal 72350
Code commune 72136
Démographie
Gentilé Fontenaysien
Population
municipale
319 hab. (2018 en diminution de 6,18 % par rapport à 2013)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 16″ nord, 0° 13′ 12″ ouest
Altitude Min. 37 m
Max. 74 m
Superficie 11,46 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sablé-sur-Sarthe
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Loué
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
City locator 14.svg
Fontenay-sur-Vègre
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Fontenay-sur-Vègre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Fontenay-sur-Vègre
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Fontenay-sur-Vègre
Liens
Site web www.fontenay-sur-vegre.mairie72.fr

Fontenay-sur-Vègre est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 319 habitants[1] (les Fontenaysiens).

La commune fait partie de la province historique du Maine[2], et se situe dans la Champagne mancelle.

Géographie[modifier | modifier le code]

Fontenay-sur-Vègre est une commune sarthoise située à 15 km au nord de Sablé-sur-Sarthe et 40 km au sud-ouest du Mans. La commune est bordée par la Vègre.

La Vègre.
Communes limitrophes de Fontenay-sur-Vègre
Chevillé
Poillé-sur-Vègre Fontenay-sur-Vègre Chantenay-Villedieu
Asnières-sur-Vègre Tassé

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fontenay-sur-Vègre est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sablé-sur-Sarthe, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 39 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (99,8 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (99,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (73,8 %), prairies (19,9 %), zones agricoles hétérogènes (6,1 %), forêts (0,2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

Histoire[modifier | modifier le code]

Même si des traces d'occupations sont attestées aux temps préhistoriques sur les bords de la Vègre, le village date au moins du Moyen Âge comme en témoigne le manoir de la famille Goupil de Bouille dont le corps de logis date du début du XIVe siècle. On trouve la trace d'une famille huguenote : les "Le Vayer".

Le village figure sur la carte de Cassini issue de relevés effectués entre 1756 et 1789.

Fontenay est aussi concernée par la première expérience publique de communication à distance, le télégraphe Chappe, le 2 mars 1791, entre le village natal de Chappe, Brûlon et le village de Parcé distants de 14 km.

La commune est dénommée Fontenay en 1793 puis Fontenay-sur-Vègre à partir de 1933.

Des avant-gardes d'uhlans de l'armée prussienne auraient été observées sur le territoire de la commune et ses environs (en direction des ponts de Poillé et d'Asnières-sur-Vègre) après la bataille d'Auvours au sud-ouest du Mans les 11 et 12 janvier 1871, pour couvrir le déploiement des troupes prussiennes vers au nord Sillé-le-Guillaume et au sud Meslay-du-Maine (batailles respectives à partir du 15 janvier 1871)[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
octobre 2004 Raymond Féau SE Mécanicien agricole retraité
mars 2014 Catherine Girault SE Exploitante agricole
En cours Monique Lhôpital[10] SE Retraitée de la fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[11]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[12].

En 2018, la commune comptait 319 habitants[Note 3], en diminution de 6,18 % par rapport à 2013 (Sarthe : −0,54 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600596634679734731753770741
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
742702650617601547552543476
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
464453448439443443409403419
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
418362320272247295316319344
2017 2018 - - - - - - -
324319-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Feu d'artifice sur le plan d'eau : fin juin.
  • Bric à brac : deuxième dimanche de septembre.

Économie[modifier | modifier le code]

La commune, de superficie plutôt réduite, comporte une douzaine d'exploitations agricoles essentiellement tournées vers l'élevage avicole (ce qui s'explique par la proximité de Loué renommée pour ses volailles et par l'emprise du groupe LDC - Le Gaulois basé à Sablé-sur-Sarthe).

Un entrepreneur en maçonnerie générale est présent ainsi qu'une couturière au cœur du village et quelques assistantes maternelles. Le restaurant Le Saint-Philibert, inauguré par le premier ministre François Fillon en 2006, propose la presse du jour ou hebdomadaire locale, un dépôt de pain et de bouteilles de gaz, est relais pour des opérations bancaires de base pour les clients du Crédit agricole Anjou-Maine.

Si le secteur touristique est peu développé, le restaurant retient les touristes de passage. Le territoire comprend plusieurs gîtes touristiques dont un trois épis, susceptible d'accueillir jusqu'à douze personnes.

Les services publics sont principalement à Brûlon situé à 5 km (poste, pharmacie, maison médicale, ambulance…). La commune dépend du centre de secours de Chantenay-Villedieu.

Une école membre d'un SIVOS accueille deux classes, maternelle et élémentaire. Une aire de loisirs composée d'un espace vert partiellement boisé avec étang pour la pêche, tables de pique-nique, jeux pour les enfants, un chemin pédestre longe la rivière la Vègre.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le lavoir.

Le village date du Moyen Âge : il comprend plusieurs belles constructions.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Fontenay-sur-Vègre (Sarthe).svg

Les armoiries de Fontenay-sur-Vègre peuvent se blasonner ainsi :

Parti: au 1er de gueules à la crosse d'or brochant sur une fontaine héraldique d'argent de trois sources, remplie d'azur, au 2e mi-parti d'azur à la fleur de lis d'or; le tout enfermé dans une bordure partie d'or et de gueules.
Adopté en juin 2015.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2018.
  2. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 1, , p. 1245
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sablé-sur-Sarthe », sur insee.fr (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Réélection 2020 : « Sans surprise, Monique Lhopital élue maire », sur ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le ).
  11. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  12. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  13. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.