Amné

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d’aide sur l’homonymie Amné-en-Champagne redirige ici.
Amné
Amné
La mairie d'Amné.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton Loué
Intercommunalité Communauté de communes Loué-Brûlon-Noyen
Maire
Mandat
Gérard Joly
2014-2020
Code postal 72540
Code commune 72004
Démographie
Population
municipale
552 hab. (2015 en augmentation de 9,31 % par rapport à 2010)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 02′ 24″ nord, 0° 03′ 33″ ouest
Altitude Min. 59 m
Max. 182 m
Superficie 15,95 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de Sarthe
City locator 14.svg
Amné

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de Sarthe
City locator 14.svg
Amné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Amné

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Amné
Liens
Site web pagesperso-orange.fr/amne

Amné[1] (nommée également Amné-en-Champagne non officiellement) est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 552 habitants[Note 1].

Géographie[modifier | modifier le code]

Amné-en-Champagne est un village sarthois du canton de Loué situé à 20 km à l'ouest du Mans.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Amné
Ruillé-en-Champagne Bernay-en-Champagne, Neuvy-en-Champagne
Épineu-le-Chevreuil Amné Coulans-sur-Gée
Longnes Auvers-sous-Montfaucon Brains-sur-Gée

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
1981 1995 Georges Dubois   agriculteur
mars 1996 mars 2008 Annick Gambu    
mars 2008 mars 2014 Jean-Luc Dubois SE Enseignant
mars 2014 en cours Gérard Joly[2] SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de quinze membres dont le maire et quatre adjoints[3].

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2015, la commune comptait 552 habitants[Note 2], en augmentation de 9,31 % par rapport à 2010 (Sarthe : +0,87 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
818 744 813 832 815 835 805 818 801
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
769 737 711 652 642 613 624 610 620
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
602 579 603 533 507 514 509 507 460
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
462 437 384 354 321 334 435 519 552
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

  • La commune possède un étang où la pêche est tolérée sous autorisation. L'étang est entouré de peupliers et de vastes champs, ce biotope est propice à l'observation ponctuelle de hérons cendrés.

Architecture religieuse[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Martin datant du XIIe au XVIe siècle : les peintures murales comportent une Cène datant du XIIe et un saint Michel datant du XVIe siècle.
  • Vestiges du prieuré de Montlivois, aujourd'hui manoir du même nom. Cet ancien prieuré Saint-Marc et Sainte-Marie-Madeleine date du XIIe siècle, il fut reconstruit aux XVe et XVIe siècles avec une tourelle, abritant un escalier en vis, accolée au logis, puis enfin remanié au XVIIIe siècle. La chapelle, située dans un bâtiment annexe, date du XIIe siècle.

Architecture civile[modifier | modifier le code]

  • Château des Bordeaux (nom tiré de borde, « chaumière »). Commencé en 1751, construction rectangulaire, terminée à chaque extrémité par une avancée (deux petits pavillons), contenant chacune un escalier, avec au centre de la façade une légère avancée coiffée d’un fronton rectangulaire avec les armes de la famille du marquis Du Bois de Courceriers. Toit à la Mansart. Boiseries et vingt-neuf trumeaux classés agrémentant la cheminée (scènes galantes, jeux, oiseaux, lavandières, mythologie grivoise). Chapelle de 1699 dans les communs qui bordent la cour, fermée par des grilles en fer forgé. Toutes les ouvertures sont ornées d’une agrafe d’un dessin différent d’inspiration rocaille. L'édifice est inscrit aux monuments historiques depuis le 28 décembre 1984 pour les façades et toitures du château, des communs, des bâtiments de ferme, de la porterie, l'escalier principal du château avec sa rampe en fer forgé, les douves.
  • Manoir de la Danière. Maison seigneuriale du XVe siècle modifiée au début du XVIe siècle avec un jardin en terrasse. Il est inscrit depuis le 5 septembre 2003 pour les éléments de décor extérieur de la travée XVIe siècle et l'intégralité de la pièce où se trouve la cheminée[8]
  • Château de Milon. Logis de 1539-1543 avec une statue de saint Avertin dans l’un des murs (une copie du XIXe siècle est dans l’église Saint-Martin). De l'ancien château, il ne reste que quelques corps de dépendances du XVIIe siècle. La seigneurie relevait du château de Milon.
  • Cadran solaire vertical datant de 1821 placé sur la maison La Cure. Il est inscrit sur ce cadran insim qui signifie « Que je puisse exister ». Le cadran fut restauré en 2003.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2015.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « [[Code officiel géographique]] », sur le site de l'Insee (consulté le 30 décembre 2012).
  2. « Les maires élus suite aux élections municipales de mars 2014 », sur le site de la Préfecture de la Sarthe (consulté le 13 avril 2014).
  3. « Amné (72540) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 3 juin 2014)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. http://www2.culture.gouv.fr/culture/sites-sdaps/sdap72/sites-monuments-historiques/communes-a.html

Liens externes[modifier | modifier le code]