Pirmil

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pirmil (homonymie).

Pirmil
Pirmil
La mairie de Pirmil.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Canton Loué
Intercommunalité Communauté de communes Loué-Brûlon-Noyen
Maire
Mandat
Gaël Lagneau
2014-2020
Code postal 72430
Code commune 72237
Démographie
Gentilé Pirmilien
Population
municipale
520 hab. (2016 en augmentation de 6,56 % par rapport à 2011)
Densité 30 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 45″ nord, 0° 05′ 52″ ouest
Altitude Min. 34 m
Max. 94 m
Superficie 17,40 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte administrative de la Sarthe
City locator 14.svg
Pirmil

Géolocalisation sur la carte : Sarthe

Voir sur la carte topographique de la Sarthe
City locator 14.svg
Pirmil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Pirmil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Pirmil

Pirmil est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 520 habitants[1] (les Pirmiliens).

Géographie[modifier | modifier le code]

Pirmil est une commune sarthoise située à 30 km au sud-ouest du Mans et bordée par la Gée.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Pirmil
Vallon-sur-Gée Maigné
Chantenay-Villedieu Pirmil Fercé-sur-Sarthe
Tassé Noyen-sur-Sarthe

Histoire[modifier | modifier le code]

Bertrand Du Guesclin tint garnison au château de la Balluère en 1361, défendant ce lieu avec acharnement contre Jean de Montfort, duc de Bretagne, qui avait fait alliance avec le roi d’Angleterre, durant la guerre de Succession de Bretagne et la guerre de Cent Ans.

On dit également que s’en revenant de la bataille de Pontvallain et se trouvant à passer à proximité, il y fut reçu en 1370, par Jean du Fou, seigneur de Pirmil et exécuteur testamentaire d’Anne de Bretagne.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 Jean-Marie Couilleaux SE  
En cours Gaël Lagneau[2],[3] SE Responsable sectoriel industrie
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[5].

En 2016, la commune comptait 520 habitants[Note 1], en augmentation de 6,56 % par rapport à 2011 (Sarthe : +0,33 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8588648619541 0411 0009941 0141 042
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0531 0241 026987959911903817815
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
801712755689705675668663627
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
658551474401367382440448456
2013 2016 - - - - - - -
504520-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Château de la Balluère du XVe siècle et Renaissance, inscrit au titre des monuments historiques en 1984. À cette même date, la tourelle d'escalier est classée au titre des monuments historiques[8].
  • Église Saint-Jouin des XIIe et XVIe siècles, classée au titre des monuments historiques en 1912[9].
  • Château de Cheneru (ruines), des XIIIe, XVe et XVIe siècles.
  • Motte castrale, dite château de Saint-Étienne, site archéologique.
  • Motte castrale, au lieu-dit la Motte.
  • Manoir de la Béziguère.


Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  • Altitudes, superficie : répertoire géographique des communes[10].

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :