Aller au contenu

Chevillé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Chevillé
Chevillé
Ancienne mairie de Chevillé.
Blason de Chevillé
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Pays de la Loire
Département Sarthe
Arrondissement La Flèche
Intercommunalité Communauté de communes Loué-Brûlon-Noyen
Maire
Mandat
Guy Muller
2020-2026
Code postal 72350
Code commune 72083
Démographie
Gentilé Chevilléen, Chevilléenne
Population
municipale
363 hab. (2021 en diminution de 10,81 % par rapport à 2015)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 56′ 55″ nord, 0° 13′ 21″ ouest
Altitude Min. 42 m
Max. 121 m
Superficie 14,23 km2
Type Commune rurale à habitat dispersé
Unité urbaine Hors unité urbaine
Aire d'attraction Sablé-sur-Sarthe
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Loué
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Chevillé
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Chevillé
Géolocalisation sur la carte : Sarthe
Voir sur la carte topographique de la Sarthe
Chevillé
Géolocalisation sur la carte : Pays de la Loire
Voir sur la carte administrative des Pays de la Loire
Chevillé

Chevillé est une commune française, située dans le département de la Sarthe en région Pays de la Loire, peuplée de 363 habitants[Note 1].

La commune fait partie de la province historique du Maine[1], et se situe dans la Champagne mancelle.

Géographie

[modifier | modifier le code]

Chevillé est une commune sarthoise située à 17 km au nord de Sablé-sur-Sarthe et 35 km au sud-ouest du Mans. La commune est bordée par la Vègre.

Communes limitrophes

[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Moyenne vallée de la Loire, caractérisée par une bonne insolation (1 850 h/an) et un été peu pluvieux[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 11,3 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 14 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 723 mm, avec 11,9 jours de précipitations en janvier et 6,8 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, sur la commune de Saint-Loup-du-Dorat à 16 km à vol d'oiseau[4], est de 12,2 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 760,0 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Au , Chevillé est catégorisée commune rurale à habitat dispersé, selon la nouvelle grille communale de densité à sept niveaux définie par l'Insee en 2022[8]. Elle est située hors unité urbaine[9]. Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sablé-sur-Sarthe, dont elle est une commune de la couronne[Note 2],[9]. Cette aire, qui regroupe 39 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[10],[11].

Occupation des sols

[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (99,9 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (100 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (47,4 %), prairies (44,3 %), zones agricoles hétérogènes (8,2 %)[12]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Au XIIe siècle, l'église et la commanderie sont construites, puis quelques siècles plus tard le logis de Biard et le château de la Roche. Ce dernier a appartenu à plusieurs maires dans les deux cents dernières années. À Chevillé se trouvait, jusqu'au XXe siècle, des notaires, dont on trouve la trace a minima jusqu'au XVIIe siècle.[réf. nécessaire]

Politique et administration

[modifier | modifier le code]
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1790 1790 ou 1791 Jean-Michel Huet ? Curé
1790 ou 1791 1793 (guillotiné) Pierre Scéneau ? ?
1793 après 1806 Antoine Allain ? ?
1814 1833 Charles Jean Mahou-Ducouteau ? ?
1833 1834 Jean Cousin ? Maréchal
1835 1840 Jean Delhommois ? Propriétaire
1841 1860 Jean Cousin ? ?
1861 1865 Gustave Lemonnier de Lorière ? Notaire, maire d'Asnières
1866 1867 Étienne Denis ? Notaire
1868 1870 Joseph-Christophe Bourneuf ? Chaufournier
1871 1871 François Jodelais ?  
1872 1877 Gustave Lemonnier de Lorière ? Notaire, maire d'Asnières
1878 1896 Pierre Jodelais ?  
1897 vers 1903 Louis Allain ?  
vers 1903 1924 ou 1925 Louis Simier ? ?
1924 ou 1925 1929 Eugène Chéreau ? ?
1929 1945 Léon Leblay ? Notaire
1945 1954 Émile Monceau ? ?
1954 1962 Jean Letourneau MRP Député, ministre
1962 juin 1995 Daniel Delhommois SE Agriculteur
juin 1995 mars 2001 Daniel Delhommois SE Agriculteur, fils du précédent
mars 2001 mars 2008 Bernard Le Goulven SE Agriculteur, producteur de "la Chevillette" (voir Économie)
mars 2008 mai 2020 Fabien Lorne[13] SE Expert forestier, Vice-président du conseil départemental de la Sarthe
mai 2020[14] En cours Guy Muller SE Retraité
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie

[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[16].

En 2021, la commune comptait 363 habitants[Note 3], en diminution de 10,81 % par rapport à 2015 (Sarthe : −0,42 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
662780776865956980944929915
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
923896853802772731724680654
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
642595593508523536541477479
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
447347296288298323382384406
2015 2020 2021 - - - - - -
407367363------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

La commune est le siège de plusieurs exploitations agricoles, majoritairement en polyculture-élevage. Plusieurs exploitations élèvent des volailles dites de Loué.

La commune abritait une production de bière artisanale, la Chevillette.

Un hôtel et un restaurant sont situés dans le bourg du village.

Personnalités liées à la commune

[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments

[modifier | modifier le code]
  • Église Notre-Dame, des XIe, XIIe et XIIIe siècles, classée au titre des monuments historiques le 11 décembre 1912[20].
  • Logis de Biard, et grange sur piliers à proximité, de la fin du XVIe siècle, inscrits au titre des monuments historiques depuis 2014[21].
  • Dans le bourg du village se trouvait une commanderie de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, associée au XIVe siècle à celle de Thévalles[22].
  • Le château de la Roche, demeure de plusieurs maires depuis le XIXe siècle dont Gustave Lemonnier de Lorière et Fabien Lorne
  • Au XVIIe siècle, une léproserie et un collège se trouvaient dans le village[réf. nécessaire]. Ils délimitaient une ancienne place nommée place du Pilori. La place disparaît peu avant la Révolution avec la construction d'un bâtiment par des sœurs de la Charité d'Évron. De nos jours, ces bâtiments sont devenus des bâtiments d'habitation.

Activité et manifestations

[modifier | modifier le code]

Durant les années 2010, l'association Chevillé au fil du temps y organisait un spectacle annuel, réalisé par les enfants du village[réf. nécessaire].

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

[modifier | modifier le code]
  1. Population municipale 2021, légale en 2024.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

[modifier | modifier le code]
  1. Claude-Marin Saugrain, Dictionnaire universel de la France ancienne et moderne et de la Nouvelle France, vol. 1, , p. 827
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Chevillé et Saint-Loup-du-Dorat », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Saint-Loup-du-Dorat », sur la commune de Saint-Loup-du-Dorat - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Saint-Loup-du-Dorat », sur la commune de Saint-Loup-du-Dorat - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « La grille communale de densité », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  9. a et b Insee, « Métadonnées de la commune de Chevillé ».
  10. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Sablé-sur-Sarthe », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  11. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Insee, (consulté le ).
  12. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  13. Réélection 2014 : « Les maires élus suite aux élections municipales de mars 2014 », sur le site de la Préfecture de la Sarthe (consulté le ).
  14. Répertoire national des élus : les maires (data.gouv.fr, téléchargement du 18 juillet 2020).
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  19. « http://www2.assemblee-nationale.fr/sycomore/fiche/(num_dept)/7821 » (consulté le ).
  20. « Église Notre-Dame », notice no PA00109721, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Logis de Biard », notice no PA72000046, sur la plateforme ouverte du patrimoine, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Commanderies de l'Ordre de Malte », sur hospitaliers-saint-jean.com (consulté le )

Liens externes

[modifier | modifier le code]