Château de Monceau (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Ne doit pas être confondu avec Château de Monceau ou Château de Montceaux.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Monceau.

Château de Monceau
Image illustrative de l’article Château de Monceau (Paris)
Panneau Histoire de Paris
Nom local Château de Monceau
Coordonnées 48° 52′ 59″ nord, 2° 18′ 50″ est
Pays Drapeau de la France France
Région historique Île-de-France
Département Seine
Commune village de Monceau

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Château de Monceau

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Château de Monceau

Le château de Monceau, parfois écrit château de Montceaux[1], est un ancien château situé sur le village de Monceau, aujourd'hui dans le 17e arrondissement de Paris.

Situation[modifier | modifier le code]

Le château occupait, sensiblement, le quadrilatère formé par les rues de Lévis, de la Terrasse, de Tocqueville, Legendre dont l'entrée était située place de Lévis[1],[2].

Description[modifier | modifier le code]

Ce château fort médiéval comportait des tours, une salle de garde, un colombier, des pressoirs, une bergerie et une prison[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Ce château, qui était au XIVe siècle une ferme fortifiée, appartenait aux seigneurs de Montceau, qui avaient droit de justice sur leurs terres, dont les plus notoires sont[3],[4],[1] :

En 1728, il devint la propriété de la famille Potier de Gesvres, dont Bernard Potier, duc de Gesvres était gouverneur de Paris, capitaine des chasses de Monceaux avant passer aux mains du comte de Béthune, puis de son gendre le duc d'Estrée et en 1748 dans celles de la comtesse de Saujon[4],[1],[11].

En 1753, il appartient au fermier général Antoine Gaspard Grimod de La Reynière propriétaire d'un hôtel particulier situé rue de la Bonne-Morue qui appartint à sa mort à :

Celui-ci vendit la propriété à un pharmacien nommé Juvet, qui le vendit à Antoinette de La Reynière épouse de Joseph Guy de Lévis baron de Gandiez qui la céda au curé et à la fabrique du Roule.

Rachetée en 1830 par le notaire de Monceau, Élie Deguingand (1787-1867), la propriété, morcelée, disparut durant le second Empire. Sur le terrain du château ont été ouverts progressivement[12],[13] :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]