Rodolphe Berger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Rodolphe Berger
Rodolphe berger-richard barabandy.png

Partition de la valse Tout passe illustrée par Richard Barabandy.

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 52 ans)
BarceloneVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Activité
Père-Lachaise - Division 96 - Berger 01.jpg

sépulture

Rodolphe Berger né à Vienne le et mort à Barcelone le [1], est un compositeur et mélodiste autrichien de la Belle Époque.

Parcours[modifier | modifier le code]

Le compositeur autrichien Rodolphe Berger effectue sa carrière entièrement en France, entre 1890 et 1914. Il a principalement composé des valses pour piano, des musiques pour des opéras-comiques et opérettes, qui furent publiées sous la forme de livrets et de recueils illustrés par des artistes alors en vogue comme Maurice Biais, Misti, Léonce Burret, François et Victor Clérice, Auguste Roubille, Jacques Wély, etc.

En 1908, il compose la musique de l'opéra-comique d'Armand Silvestre et d'Henri Cain, Le Chevalier d'Éon, donné au théâtre de la Porte-Saint-Martin en avril.

On lui doit également une valse intitulée « Amoureuse », enregistrée en 1913 par l'accordéoniste américain d'origine italienne Pietro Frosini. Et la musique de la Marche des Cambrioleurs, célèbre chanson comique de Jean Daris, créée par Victor Lejal au Caveau des Oubliettes en 1898.

N'ayant pas pris la nationalité française, il prend la route de l'exil au moment de la déclaration de guerre pour s'installer en Espagne où il se suicidera deux ans plus tard[2]. Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise (96e division).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. A propos de Claudine. La Rampe, 14 décembre 1916, p. 10, disponible sur Gallica.
  2. Deux tombes se sont ouvertes ... La Rampe, 3 août 1913, p. 13, disponible sur Gallica.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :