Mutuelle des architectes français assurances

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche


Mutuelle des architectes français assurances
Création 1931
Dates clés  : obligation légale d'assurance pour les constructeurs
Forme juridique Société d’assurance mutuelle à cotisations variables
Slogan Vous avez l'audace, nous avons l'assurance.
Siège social Paris, 189 boulevard Malesherbes
Drapeau de France France
Direction Jean-Claude Martinez
Président Raoul Leroy (-)Voir et modifier les données sur Wikidata
Sociétaires 24 112 adhérents
Activité Assurance
Produits Responsabilité professionnelle des architectes
responsabilité civile
protection juridique professionnelle et vie privée
Responsabilité civile du chef d’entreprise
Filiales EUROMAF France
EUROMAF Ré
EUROMAF Belgique (activité à l'étranger)
MAF Conseil (Courtage)
ACS (Courtage)
AIA
AFB
ESSOR
Effectif 270
SIREN 784647349Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.maf.fr

Fonds propres 469 M €
Chiffre d'affaires 289 M € (en diminution15,7 %)
Volume des primes 203,4 M €
Résultat net 38,8 M €.

La Mutuelle des Architectes Français assurances (MAF) est une société mutuelle d'assurance ayant son siège social à Paris; elle propose des produits spécialisés destinés aux concepteurs de bâtiments.

Historique[modifier | modifier le code]

La MAF est créée en 1931[1],[2], en réponse à un besoin des architectes de garantir leur responsabilité décennale de constructeur : ils répondent en effet sur leur propre patrimoine aux mises en cause lors de la perte des édifices qu’ils ont conçus et ne trouvent pas d'assureur s'intéressant à ce risque. La MAF devient leur partenaire historique et assure jusqu'en 1945 des architectes exerçant leur métier dans le cadre des traditions du XIXe siècle : les bâtiments sont destinés à des clients particuliers et construits pour durer, par des ouvriers qualifiés et entrepreneurs connus.

L’après-guerre est une période de reconstruction, avec une évolution des techniques et une forte croissance des volumes de travaux : les bâtiments collectifs sont construits plus vite avec des matériaux moins solides, et le nombre croissant d’intervenants dans la construction éloigne les acquéreurs de l’architecte. L'ampleur des litiges amène la jurisprudence à développer la notion d'Obligation in solidum : pour l’ensemble des dommages subis par leurs clients, les architectes sont susceptibles d'être recherchés en priorité. En conséquence, la MAF connaît une forte croissance ; elle crée son propre réseau d'experts en 1958 et, à partir de 1976, adapte ses statuts aux autres concepteurs de la construction (ingénieurs, économistes, architectes d'intérieur, paysagistes) et diversifie ses produits.

La loi du 4 janvier 1978 fait évoluer la protection juridique professionnelle des architectes et autres concepteurs, et favorise le développement de cette mutuelle.

La MAF fonde le Groupement européen pour l'assurance des architectes et des concepteurs (GEAAC) [3] en 1992, afin de disposer d'un organe de participation aux débats menés au niveau de l'Union européenne. Le développement sur la scène internationale (Espagne, Allemagne, Autriche, Belgique, Luxembourg) est relayé en 2000 par la création de la filiale EUROMAF[4].

En 2015 la MAF comptait 24 128 adhérents, soit environ 80% de la profession[5].

Présidents[modifier | modifier le code]

  • ...
  • 1965-1969 : Raoul Leroy ;
  • ...
  • 2009 : Alain Vivier[6]
  • 2015 : Jean-Claude Martinez[6].

Syndicat et groupement professionnel[modifier | modifier le code]

La MAF est adhérente aux organisations sectorielles suivantes :

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Édouard François et Isabelle Chesneau, Patrick Bouchain, Collectif, Profession architecte, Éditions Eyrolles, , 553 p. (ISBN 9782212143805, lire en ligne).
  • Léonard Hamburger, Maître d'oeuvre bâtiment : Guide pratique, technique et juridique - Enseignement professionnel & formation continue, Éditions Eyrolles, 526 p. (ISBN 9782212674705, présentation en ligne), p. 14.
  • AMC Le Moniteur architecture, « x », x, nos 175 à 177,‎ , p. 12 (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2019).[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]