Place du Général-Catroux

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Catroux.

17e arrt
Place du Général-Catroux
Image illustrative de l’article Place du Général-Catroux
La place du Général-Catroux vue du boulevard Malesherbes.
Situation
Arrondissement 17e
Quartier Plaine-de-Monceaux
Morphologie
Longueur 230 m
Largeur 95 m
Historique
Création 1862
Dénomination 1977
Ancien nom Place Malesherbes
Géocodification
Ville de Paris 4057
DGI 4024

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Place du Général-Catroux
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La place du Général-Catroux est une voie du 17e arrondissement de Paris.

Situation et accès[modifier | modifier le code]

Cette place rectangulaire est traversée par le boulevard Malesherbes et l'avenue de Villiers ; elle reçoit les rues Henri-Rochefort, de Phalsbourg, de Thann, Georges-Berger, Legendre et Jacques-Bingen.

Ce site est desservi par la ligne (M)(3) à la station de métro Malesherbes.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle porte le nom du général Georges Catroux (1877-1969).

Historique[modifier | modifier le code]

Ouverte en 1862 sur l'emplacement d'un parc, cette place garda longtemps le surnom de « place des Trois Dumas », en raison des trois statues des Dumas, qui ornaient le centre de cette place. Elle s'appelait en fait « place Malesherbes » et fut rebaptisée en 1977.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

  • La Douleur d'Orphée, 1894, statue en bronze de Raoul Verlet. Elle a été envoyée à la fonte sous le régime de Vichy en 1942 pour la récupération des métaux non ferreux destinés à l'armement.
  • Le Monument au général Thomas Alexandre Dumas, érigé par Alphonse Emmanuel de Moncel de Perrin en 1912. Il est représenté prenant appui sur un fusil. Il a été envoyé à la fonte sous le régime de Vichy en 1942. La ville de Paris l'a remplacé par Fers, réalisé en 2008 par Driss Sans-Arcidet, représentant une chaîne brisée monumentale en mémoire du général Dumas, né esclave à Haïti[2].
  • Le Monument à Alexandre Dumas (père), par Gustave Doré. Il est inauguré le 4 novembre 1883 en présence d'une foule immense. Une statue de d'Artagnan cantonne la face arrière du piédestal[3].
  • Le Monument à Alexandre Dumas fils du sculpteur René de Saint-Marceaux est érigée en 1906. Alexandre Dumas fils est un des premiers écrivains à habiter dans la plaine Monceau, lieu des peintres, acteurs et musiciens. Il résidait au no 98 avenue de Villiers.
  • Le Monument à Sarah Bernhardt, du sculpteur François-Léon Sicard (1926), représente l'actrice dans le rôle-titre de Phèdre de Racine. Elle avait un hôtel au bout de la place, à l'angle de l'avenue de Villiers et de la rue Fortuny.
  • Fers, 2009, de Driss Sans-Arcidet.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Hôtel Gaillard, monument historique ».
  2. Alias Musée Khômbol, construction de Dominique Tillard.
  3. Vues actuelles et 1900 des statues, notamment de la statue détruite du général Dumas sur le site paris1900.lartnouveau.com.

Liens externes[modifier | modifier le code]