Avenue de Villiers

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
17e arrt
Avenue de Villiers
Avenue de Villiers vue depuis la place Prosper-Goubaux
Avenue de Villiers vue depuis la place Prosper-Goubaux
Situation
Arrondissement 17e
Quartier Ternes, Plaine-de-Monceaux
Début 2 boulevard de Courcelles
1, rue de Lévis
Fin 1 boulevard Gouvion-Saint-Cyr
avenue Stéphane-Mallarmé
Morphologie
Longueur 1 775 m
Largeur 30 m
Historique
Dénomination
Ancien nom boulevard de Neuilly
Géocodification
Ville de Paris 9819
DGI 9841

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
avenue de Villiers
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

L’avenue de Villiers est une rue du 17e arrondissement de Paris

Situation[modifier | modifier le code]

L'avenue part du boulevard de Courcelles et de la rue de Lévis et arrive sur le boulevard Gouvion-Saint-Cyr et l’avenue Stéphane-Mallarmé.

Sa longueur est de 1 775 mètres, et sa largeur de 30 mètres.

Origine du nom[modifier | modifier le code]

Elle doit son nom actuel au fait qu'elle conduisait, initialement, au village de Villiers-la-Garenne.

Historique[modifier | modifier le code]

A l'origine, cette voie conduisait de Paris à l’ancien village de Villiers-la-Garenne, qui a été absorbé par la commune de Levallois-Perret[1].
Le carrefour formé par l'avenue, la rue Jouffroy-d’Abbans et la rue Brémontier a été dénommé place Monseigneur-Loutil en 1965.
Elle traverse la place du Général-Catroux.

L’avenue de Villiers, du temps des tramways de la CGO, ancêtre de la RATP (avant 1921).

.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoire[modifier | modifier le code]

  • no 43 : musée national Jean-Jacques-Henner.
  • no 53 : hôtel particulier de Mihály Munkácsy et Cécile Papier qui y reçut le compositeur hongrois Franz Liszt[3] et le cardinal hongrois Lajos Haynald[4]
  • n° 70 : Félix Lagrange, pseudonyme de Félix-Hyacinthe Leroy, (1827-1901), artiste dramatique du Vaudeville et du Gymnase, du Théâtre impérial de Saint-Pétersbourg y est décédé le 16 octobre 1901.
  • n° 72 : Anatole de la Forge, (1820-1892), journaliste et homme politique, député, préfet y est mort le 6 juin 1892.
  • n° 74 : Léontine-Victorine Beaugrand, (1842-1925), danseuse de l'Opéra de Paris, y est décédée le 27 mai 1925.
  • n° 81 : Eugène Touron, (1857-1924), industriel et homme politique, sénateur de l'Aisne, y est décédé le 27 décembre 1924.
  • no 89 : hôtel particulier de la princesse Marie Cantacuzène (1820-1898) qui y reçut le peintre Pierre Puvis de Chavannes[5].
  • n° 95 : Narcisse Fournier, (1803-1880), journaliste, romancier et auteur dramatique français y est décédé le 24 avril 1880.
  • n° 96 : Alexandre Munié, (1821-1878), artiste dramatique du Vaudeville, directeur du théâtre de San Francisco y est décédé le 27 décembre 1878.
  • 98 : Ferdinand Dreyfus, (1849-1915), homme politique, publiciste, député et sénateur y est décédé le 15 juillet 1915.
  • n° 99 : Jacques Saint-Cère, (1855-1898), journaliste politique, essayiste et traducteur y est décédé le 29 mai 1898.
  • n° 107 : Bernard Montaut, (1823-1899), Polytechnicien et ingénieur des Ponts et chaussées, député de la Seine et Marne y est décédé le 12 février 1899.
  • n° 115 : Paul Mahalin, (1838-1899), pseudonyme d’Émile Blondet, écrivain et auteur dramatique y est décédé le 20 mars 1889.
  • no 127 : maison des franciscaines réparatrices de Jésus-Hostie.
  • no 134 : Jean-Francis Laglenne (1899-1962, artiste peintre et décorateur de théâtre, y vécut.
Quelques hôtels particuliers.

Accès[modifier | modifier le code]

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

  1. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Paris, Les Éditions de Minuit, 1972, 1985, 1991, 1997 , etc. (1re éd. 1960), 1 476 p., 2 vol.  [détail des éditions] (ISBN 2-7073-1054-9, OCLC 466966117, présentation en ligne), p. 647.
  2. Son nom gravé dans la façade de l'immeuble stipule « architecte US ».
  3. (en) Franz Liszt, The Letters of Franz Liszt to Olga Von Meyendorff, 1871-1886, in the Mildred Bliss Collection at Dumbarton Oaks, Dumbarton Oaks, (ISBN 9780884020783, lire en ligne)
  4. Docufox Kft. www.docufox.hu, « Munkácsy Mihály Múzeum », sur www.munkacsy.hu (consulté le 19 février 2017)
  5. Russell T. Clement, Four French, Symbolist A. Soucebook on Pierre Puvis de Chavannes, Gustave Moreau, Odilon Redon, and Maurice Denis , Greenwood Publisling Group, 1996, p. 49, 583 pages.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]