Bella Bellow

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Bella Bellow
Nom de naissance Georgette Nafiatou Adjoabi
Naissance
Décès (à 28 ans)
Activité principale chanteuse
Genre musical Musique populaire

Bella Bellow, née le 1er janvier 1945 à Tsévié et morte le à Lilikopé, est une chanteuse togolaise.

Biographie[modifier | modifier le code]

Bella Bellow est née 1er janvier 1945 à Tsévié. Cette aînée d'une fratrie de 7 enfants s'intéresse beaucoup à la musique. Une fois ses études primaires et secondaires effectuées, elle gagne Abidjan pour une formation en secrétariat, et en profite pour suivre des cours de solfège à l’Institut des Arts[1],[2].

En 1965, elle chante à Cotonou à l’occasion de la fête de l’indépendance du Bénin, l’ex-Dahomey[1]. En avril 1966, sa participation au premier Festival mondial des arts nègres à Dakar au Sénégal lui ouvre la voie d’une consécration internationale. Son ancien professeur de dessin au Lycée de Sokodé, Paul Ahyi, peintre togolais, lui organise une rencontre avec Gérard Akueson qui devient son impresario. Il rassemble autour d'elle une équipe de musiciens aguerris : Slim Pezin à la guitare, Jeannot Madingué, à la basse, Ben’s à la batterie et Manu Dibango au clavier et à l’arrangement. Elle enregistre en 1969 Rockya, son premier album sous le nom d’artiste de Bella Bellow. Rlle met ensuite sur pied son propre groupe, Gabada[2].

Après le Festival panafricain d’Alger où elle rencontre la Sud- africaine Myriam Makeba,elle se produit à l'Olympia à Paris. Elle participe ensuite à plusieurs concets en Europe, aux Antilles (Guadeloupe et Guyane ), et au Festival de chanson populaire de Rio de Janeiro au Brésil[1].

En janvier 1972, elle se marie avec un magistrat togolais Théophile Jamier- Lévy, et donne naissance quelques mois plus tard à Nadia Elsa, la fille unique du couple. Elle fait sa rentrée au Centre culturel français de Lomé et prépare tournée musicale aux États-Unis avec le Camerounais Manu Dibango. Mais en revenant d’Atakpamé le 10 décembre 1973 en direction de Lomé, elle meurt dans un accident de circulation à Lilikopé, non loin de Tsévié[1],[2].

Au Togo, le « Prix Bella Bellow de la musique tradi-moderne », en hommage à la diva,récompense les artistes qui s'illustrent dans la musique traditionnelle africaine.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d Ekoué Satchivi, « Bella Bellow, la légendaire blueswoman », Togo Cultures,‎ (lire en ligne)
  2. a, b et c Ekoué Satchivi, « Bella Bellow : La pionnière de la chanson togolaise moderne », Ufc Togo,‎ (lire en ligne)