Franc CFA (UEMOA)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Franc CFA.
Ne doit pas être confondu avec Franc CFA (CEMAC).

Franc CFA (UEMOA)
Unité monétaire moderne actuelle
L'avers des pièces en francs CFA (UEMOA).
L'avers des pièces en francs CFA (UEMOA).
Pays officiellement
utilisateurs
Drapeau du Bénin Bénin
Drapeau du Burkina Faso Burkina Faso
Drapeau de la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire
Drapeau de la Guinée-Bissau Guinée-Bissau
Drapeau du Mali Mali
Drapeau du Niger Niger
Drapeau du Sénégal Sénégal
Drapeau du Togo Togo
Banque centrale Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO)
Symbole local FCFA
Sous-unité 100 centimes
Taux de change 1 XOF = 0,001 68 USD[1]
()
Parité fixe sur 655,957 XOF = 1 EUR
1 XOF = 0,01 FRF
Chronologie de la monnaie
États membres de l'UEMOA

Le franc CFA (Communauté financière en Afrique) est une monnaie commune, la devise officielle des huit États membres de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA) : Bénin, Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Guinée-Bissau (depuis le ), Mali (jusqu'en 1962 puis depuis 1984), Niger, Sénégal et Togo. Il est divisé en cent centimes. Son code ISO 4217 est XOF. Il sera remplacé par l'eco le .

Le franc CFA (UEMOA) a également été la monnaie de la Guinée (jusqu'en 1960) et de la Mauritanie (jusqu'en 1973).

Histoire[modifier | modifier le code]

Création[modifier | modifier le code]

Le franc CFA est créé en 1945 par l'État français à la suite de la ratification des accords de Bretton Woods, sous le nom de franc des Colonies françaises d'Afrique. Il remplace le franc de l'Afrique-Occidentale française. En 1958, dans le cadre de l'Union française, il prend le nom de franc de la Communauté française d'Afrique (CFA) puis en 1960, au moment des déclarations d'indépendances, le nom de franc de la Coopération financière en Afrique de l'Ouest (CFAO), avant de devenir celui de l'Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA). En 1959, est créée la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO) qui devient l'institut d'émission.

Une disparition annoncée en 2019[modifier | modifier le code]

Le , à Abidjan, Emmanuel Macron et Alassane Ouattara officialisent la disparition de ce franc CFA[2].

Il devrait être remplacé par l'eco le [2].

Cette décision s'accompagne de deux changements : la suppression du compte d’opération à la Banque de France et des sièges occupés par les représentants français au sein des instances de la BCEAO[2]. En contrepartie dans un premier temps, la Banque de France assurera la parité entre l'eco et l'euro[2].

Évolution du change et conversion[modifier | modifier le code]

  • À partir de 1958 : 1 franc CFA = 2 anciens francs français = 0,02 nouveaux francs
  • Au 12 janvier 1994 : 1 F CFA = 0,01 FF (dévaluation de 50 % du F CFA)
  • Au 1er janvier 1999 : 1 euro = 655,957 F CFA (arrimage du F CFA à l'euro)

Son équivalent dans la zone monétaire de l'Afrique centrale est le franc CFA (CEMAC) mais, bien que les taux de conversion vis-à-vis de l'euro (auquel les deux monnaies sont arrimées) soient identiques (655,957 francs pour 1 euro[Note 1]), leur usage n'est pas interchangeable (on ne peut donc payer en CFA (CEMAC) des produits vendus en Afrique de l'Ouest, et réciproquement).

Logotypie[modifier | modifier le code]

Peson akan (0,14 a 0,19 g), multiple de la graine de l'Abrus precatorius servant de référence.

Sur chaque pièce et au recto des billets est représenté le logo de la Banque centrale des États de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), sous la forme d'un poisson-scie stylisé. Celui-ci représente une figurine en bronze employée anciennement par les Akan comme équivalent pour peser la poudre d'or, appelée peson, figurine qui ne se limitait pas au poisson-scie. Dans leur mythologie, cette espèce incarne par ailleurs la puissance de la mer, la fécondité et la prospérité.

Pièces de monnaie[modifier | modifier le code]

Pièces circulantes
Image Valeur Composition Description 1re émission
Avers Revers Avers Revers
1 franc Acier 1976
5 francs Aluminium-bronze 1960
10 francs Aluminium-bronze FAO 1981- 1960
25 francs Aluminium-bronze FAO 1980- 1960
50 francs Cuivre-nickel 1972
100 francs Cuivre-nickel 1967
200 francs bimétallique
laiton et cupro-nickel
2003
250 francs bimétallique
laiton et cupro-nickel
1992-1996
500 francs bimétallique
cupro-nickel et laiton
2003

Billets de la BCEAO[modifier | modifier le code]

Série 2003 et 2012 :

Références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. En plus d'un taux de change fixe, il s'agit aussi du taux moyen sur le marché dérivé du point médian (mid-market) entre les taux transactionnels « acheter » et « vendre » sur les marchés monétaires mondiaux. Le taux du marché intermédiaire indique la valeur d'une devise qui n'est pas pondérée par l'achat ou la vente. Les clients consommateurs ou les petites et moyennes entreprises n'ont pas accès à ces tarifs. Le sens de transaction (achat ou vente), l'établissement financier (frais et commissions) et le pays (où se déroule la transaction) sont autant de facteurs qui modifient le taux lors de la transaction réelle par un particulier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) « Taux de conversion franc CFA/dollar des Etats-Unis », sur Convertisseur de devises XE (consulté le 7 septembre 2013)
  2. a b c et d Cyril Bensimon, « La fin du franc CFA annoncée par Emmanuel Macron et Alassane Ouattara », sur Le Monde,

Annexe[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]