BYD

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
BYD Auto
比亚迪汽车
Image illustrative de l'article BYD

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Dates clés 1995
Fondateurs Wang Chuanfu (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Personnages clés Wang Chuanfu, Chairman
Forme juridique Public
Action SZSE : 002594
HKEX : 1211
Slogan Build Your Dreams
(Construisez vos rêves)
Siège social Drapeau de la République populaire de Chine No.3009, BYD Road, Pingshan Shenzhen, Guangdong République populaire de ChineVoir et modifier les données sur Wikidata (Chine)
Actionnaires BYD Company (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activité Automobile
Société mère BYD Company (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Effectif 60 000Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.byd.com

BYD Auto (比亚迪汽车; Pinyin : Bǐyàdí Qìchē) est d'abord un fabricant chinois de batteries basé à Shenzhen, dans le Guangdong, en Chine. L'entreprise s'est diversifiée dans l'automobile en 2003, lorsque BYD Company a racheté la Tsinchuan Automobile Company, alors au bord de la faillite. En 2010, BYD est la quatrième marque automobile chinoise par le nombre de véhicules vendus[1].

BYD est l'acronyme de « Build Your Dreams », slogan de la marque.

Histoire[modifier | modifier le code]

La Flyer, tout premier modèle de Byd. C'est en fait la voiture de Tsinchuan produite telle quelle.

BYD company, fondé en 1995, détient 65 % du marché mondial des batteries au Nickel-cadmium et est leader mondial des batteries lithium-ion avec 30 % de parts de marché. Ses grands clients sont des fabricants de téléphones portables comme Nokia, Samsung ou Motorola[2].

La société a voulu se diversifier dans l'automobile en 2003 avec le rachat de Qichuan Automobile Company, fabricant de la citadine Flyer[3]. Ce pari ne fut pas si facile. À l'époque le plan des autorités chinoises était de consolider le secteur autour des grandes marques d'état. L'émergence de constructeurs automobiles privés en Chine s'est donc faite malgré les pouvoirs publics (qui contrôlent notamment le crédit). Crystal Chang (Berkeley) note que cette émergence surprit non seulement les intervenants du secteur, mais aussi les politiques[4].

En 2004 : présentation au salon de Shanghai de la berline F3, de la citadine F4 (dérivée de la Flyer) et du break F5. Ces deux derniers modèles n'ont pas été produits.

En 2008 : lancement de la berline F6 et de la citadine F0. À l'origine, la F0 aurait dû s'appeler F1, mais apparemment, la FIA a fait pression pour que Byd n'emploie pas ce nom (déposé pour la Formule 1). Le milliardaire américain Warren Buffett s'offre 10 % du capital via son fonds d'investissement MidAmerican[5]. La F3 devient la première voiture chinoise "pure" en tête des ventes en Chine[6]. En décembre, Byd lance une version hybride plug-in de la F3, la F3 DM. Pour l'instant, seules les collectivités peuvent l'acheter.

En 2009 : lancement de la S8[7], premier coupé-cabriolet produit en Chine ; lancement de la F3DM, véhicule hybride[2].

Ses ventes 2014 s'élèvent à 440 000 unités[8], uniquement sur le marché chinois. Bien que créée tardivement, elle fait partie, avec Chery, Geely et Great Wall, des quatre plus grands producteurs automobiles indépendants chinois. Elle compte s'imposer grâce aux véhicules hybrides ou tout-électriques et ambitionne de devenir le premier constructeur automobile mondial d'ici 2025. BYD a constitué une coentreprise (joint-venture) avec l'allemand Daimler pour concevoir et vendre un véhicule électrique[2].

En 2015, BYD était la marque mondiale ayant le plus vendu de véhicules électriques, devant Luxgen. Pour la deuxième année consécutive, en 2016, BYD, avec plus de 100 000 exemplaires livrés, occupe cette même position. En octobre 2016, BYD est devenu le deuxième constructeur mondial de véhicules électriques, en amont de Luxgen.

Une F8 de présérie, elle est produite depuis juillet 2009 sous le nom de S8.

Export[modifier | modifier le code]

Lieux de production[modifier | modifier le code]

Assemblage[modifier | modifier le code]

Stratégie[modifier | modifier le code]

BYD se différencie de ses concurrents par la stratégie de son dirigeant, Wang Chuanfu, de favoriser au maximum l'intégration verticale qui, pour lui, est un avantage concurrentiel important (maîtrise de la qualité...). Cette conception a été encore illustrée en 2010 par une prise de participation de 18 % dans la plus grande mine de lithium[10] de Chine, Zhabuye Lithium.

Conditions de travail[modifier | modifier le code]

En octobre 2011, China Labor Watch a publié un rapport qui démontre que BYD contrevient au droit du travail chinois. Les salaires (204 $ par mois en moyenne) sont tellement faibles que les travailleurs sont forcés de faire des heures supplémentaires et de vivre sur place loin de leur famille. Le rendement que demandent les patrons occasionne un roulement de personnel élevé, les ouvriers ne pouvant tenir les cadences plus de quelques mois. Les syndicats sont interdits. Le temps de travail peut atteindre 320 heures par mois, et en période de pointe les salariés font jusqu'à 14 jours de suite[11].

Gamme actuelle[modifier | modifier le code]

  • F0 : citadine 5 portes, copie de Toyota Aygo.
  • F3 : berline 4 portes, poursuit sa carrière malgré l'arrivée de sa remplaçante la Surui.
  • Surui : berline 4 portes, remplace la F3.
  • Qin : berline 4 portes, version hybride rechargeable de la Surui.
  • G5 : berline 4 portes lancée en 2014.
  • e5 : berline 4 portes. Version électrique de la G5.
  • G6 : berline 4 portes. Version modernisée de la F6.
  • Sirui : berline 4 portes, remplace la F6 en 2013.
  • T3 : petit fourgon électrique.
  • e6 : monospace électrique.
  • M6 : monospace.
  • Song : SUV 5 places.
  • S6 : SUV 5 places.
  • S7 : SUV 5 places.
  • Tang : SUV hybride rechargeable basé sur le S7.
  • Shang : Minivan hybride lancé en 2014
  • Yuan : SUV d'entrée de gamme.
Une voiture électrique de l'entreprise.

Anciens modèles[modifier | modifier le code]

  • Flyer : citadine. Premier modèle produit par BYD.
  • F3DM : berline hybride dérivée de la F3.
  • F3 R, version 5 portes de la F3.
  • G3, berline 4 portes. La version 5 portes est désignée G3R. Simple F3 restylée.
  • L3 : berline 4 portes. Simple F3 modernisée. Exportée sous le nom de BYD F3 Plus.
  • F6, berline 4 portes, remplacée par la Sirui en 2013.
  • S8, coupé-cabriolet.[12]
  • F2 : version modernisée de la BYD Flyer qui n'atteindra jamais la production.
  • F4, break qui n'atteindra jamais la production.

Voitures propres[modifier | modifier le code]

BYD ebus, autobus électrique à Bonn, Allemagne (2013)

BYD compte se servir de son expérience dans la fabrication de batteries pour commercialiser des modèles hybrides et électriques.

Différents prototypes ont été présentés lors de salons de l'automobile. En décembre 2008, le constructeur a lancé l'hybride F3DM (dual mode). En 2008, seules les collectivités chinoises peuvent l'acheter. Elle devrait être proposée au grand public en septembre 2009.

Un monospace entièrement électrique, l'e6, suivra en décembre[13]. Puis, en 2010, il devrait lancer une version électrique de sa berline F3, la F3e et une version hybride de la F6, la F6DM

Depuis 2010, l'autobus électrique BYD ebus est produit. Il est en action comme l'autobus de lignes en Chine et aux Pays-Bas[14].

En 2016, BYD a également gagné un marché de quelques bus dans la ville d'Iveco, Turin, à partir de 2017[15].

Galerie photos[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « En direct de Détroit : toute l'actualité du North American Auto Show », Les Échos,
  2. a, b et c « BYD se voit en leader de la voiture électrique », La Tribune, no 4440,‎
  3. Publié par Joest Jonathan Ouaknine, « 76. Qichuan Flyer » (consulté le 4 juin 2017)
  4. (en) Crystal Chang (Berkeley) février 2010 : l'émergence de l'industrie automobile privée en Chine
  5. Warren Buffet s'offre 10 % de Byd: http://www.leblogauto.com/2008/09/byd-la-crise-us-quelle-crise-us.html
  6. La Byd F3 N°1 des ventes en Chine: http://www.leblogauto.com/2008/11/la-byd-f3-n%C2%B01-des-ventes-en-chine.html
  7. Byd S8: http://www.leblogauto.com/2009/07/la-byd-s8-debarque-en-concession.html
  8. China Corp. 2015 - Auto Industry « Copie archivée » (version du 18 janvier 2016 sur l'Internet Archive) DCA Chine-Analyse, mai 2015
  9. « Le chinois BYD va construire des bus électriques en France », lesechos.fr,‎ (lire en ligne)
  10. Le lithium est un des éléments de base des batteries.
  11. http://www.chinalaborwatch.org/report/49
  12. « Byd F8/S8: quand un buzz devient bouse… », sur Boitier Rouge, (consulté le 4 juin 2017)
  13. les futurs modèles de Byd: http://www.leblogauto.com/2009/06/byd-un-monospace-electrique-pour-la-fin-de-lannee.html
  14. BYD Wins European Electric Bus Orders for Netherlands Schiermonnikoog Website Business Wire. Consulté le 8 septembre 2013.
  15. http://www.leblogauto.com/2016/12/des-bus-byd-au-pays-de-fiat.html

Sur les autres projets Wikimedia :