Didi Chuxing

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Didi Chuxing
logo de Didi Chuxing

Création Voir et modifier les données sur Wikidata
Fondateurs Cheng Wei (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Forme juridique Société de capitauxVoir et modifier les données sur Wikidata
Siège social PékinVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau Chine
Direction Cheng Wei (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Produits Voiture de tourisme avec chauffeurVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web didichuxing.com/enVoir et modifier les données sur Wikidata

Didi Chuxing (en chinois : 滴滴出行), précédemment nommée Didi Kuaidi (en chinois : 滴滴快的), est une entreprise technologique chinoise proposant un service de véhicules de tourisme avec chauffeur sur application mobile.

Histoire[modifier | modifier le code]

Didi Chuxing est issue de la fusion entre 2015 de Didi Dache et de Kuaidi Dache, respectivement soutenues par Tencent et Alibaba Group[1]. La société est présidée par Jean Liu, fille de l'homme d'affaire chinois, Liu Chuanzhi, fondateur de Lenovo[2].

Investissements étrangers[modifier | modifier le code]

En , la société américaine Apple investit un milliard de dollars dans Didi[3].

En août 2016, Uber fusionne ses activités en Chine avec Didi Chuxing, prenant ainsi une participation de 20 % dans ce dernier. Cette opération fait suite à l'adoption d'une règlementation chinoise qui autorise formellement les entreprises de VTC et assimilés, mais seulement si elles sont bénéficiaires[4],[5].

Marché chinois[modifier | modifier le code]

En 2017, Didi Chuxing affirme contrôler 90 % du marché des VTC en Chine[6]. En février 2018, Didi Chuxing lance sa plateforme de partage de voitures électriques en Chine et signe 12 constructeurs automobiles comme partenaires[7],[8].

Développement à l'international[modifier | modifier le code]

Europe et Afrique[modifier | modifier le code]

En 2017, Didi Chuxing conclut un accord avec l'Estonien Taxify, lui permettant ainsi de toucher le marché européen et certains pays africains[6].

Asie[modifier | modifier le code]

En 2015, Didi investit dans l'entreprise indienne de réservation de taxis Ola[6].

En février 2018, SoftBank Group et Didi Chuxing annoncent nouer un partenariat pour développer des services de réservation sur le marché japonais des taxis[9].

Amériques[modifier | modifier le code]

En 2015, Didi prend des parts dans Lyft, principal concurrent d'Uber aux États-Unis. L'entreprise investit également dans la recherche sur l'intelligence artificielle dans la Silicon Valley dans le but de développer ses propres technologies de voitures autonomes[6].

En 2017, Didi annonce un investissement de 100 millions de dollars dans l'entreprise de VTC brésilienne "99"[6]. En janvier 2018, Didi annonce l'acquisition d'une participation majoritaire dans l'entreprise brésilienne 99 pour un montant non dévoilé[10].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. China taxi apps Didi Dache and Kuaidi Dache announce $6 billion tie-up, Gerry Shih, Reuters, 14 février 2016
  2. (en-US) « Jean Liu », Fortune,‎ (lire en ligne)
  3. Catherine Shu, « Apple invests $1B in Didi Chuxing, China’s largest ride-hailing app », TechCrunch, 13 mai 2016.
  4. Uber abandonne la Chine au leader local Didi, Simon Leplâtre, Le Monde, 1er août 2016
  5. After bruising China battle, Uber cedes to rival Didi, Heather Somerville et Denny Thomas, Reuters, 1er août 2016
  6. a b c d et e Rédaction AE, « VTC: Didi, le "Uber chinois", met une roue en Europe - Algerie Eco », Algerie Eco,‎ (lire en ligne)
  7. Gredy Raffin, Renault-Nissan-Mitsubishi rejoint la plateforme de DiDi Chuxing, www.journalauto.com, 7 février 2018 (consulté le 20 février 2018)
  8. (en) Charles Clover, Sherry Fei Ju, China’s Didi Chuxing signs deal with 12 car groups, www.ft.com, 7 février 2018 (consulté le 20 février 2018)
  9. « SoftBank s'associe au chinois Didi Chuxing », Le Figaro.fr,‎ (lire en ligne).
  10. « China's Didi Chuxing buys control of Brazil's 99 ride-hailing app », sur Reuters,

Lien externe[modifier | modifier le code]