Assassin's Creed Origins

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir ACO.

Assassin's Creed Origins
Image illustrative de l'article Assassin's Creed Origins

Éditeur Ubisoft
Développeur Ubisoft Montréal
Concepteur Ashraf Ismail
Jean Guesdon
Musique Sarah Schachner
Jesper Kyd (thème original de Ezio's family)

Début du projet Début 2014
Date de sortie
Franchise Assassin's Creed
Genre Action-aventure, infiltration, RPG
Mode de jeu Un joueur
Plate-forme Microsoft Windows, PlayStation 4, Xbox One

Moteur AnvilNext

Assassin's Creed Origins (ACO) est un jeu vidéo d'action-aventure/RPG développé par Ubisoft Montréal et édité par Ubisoft, disponible depuis le 27 octobre 2017 sur Microsoft Windows, PlayStation 4 et Xbox One.

On y suit la quête vengeresse de Bayek dans l’Égypte de Ptolémée XIII.

Synopsis[modifier | modifier le code]

Layla Hassan, une employée d'Abstergo, est envoyée à la recherche d'artefacts en Égypte, aidée à distance par sa collègue et amie Deanna Geary, elle découvre les momies de deux précurseurs des Assassins et décide, sans en avertir sa hiérarchie, de mettre de côté sa mission pour explorer leurs mémoires génétiques, espérant ainsi évoluer au sein d'Abstergo et rejoindre le programme Animus.

Elle explore ainsi, en 49 av. J.-C. en Égypte antique[1], les mémoires de Bayek, le Medjaÿ de Siwa. Dans leur village, Bayek et son fils Khemou sont faits prisonniers par cinq hommes masqués possédant une orbe dorée et lumineuse (une Pomme d’Éden). Les ravisseurs somment Bayek de leur ouvrir la porte d'un sanctuaire situé sous le temple d'Amon mais il refuse. Khemou aide son père à se défaire de ses liens, mais pendant la bagarre qui s'ensuit l'un des hommes masqués dirige la main de Bayek armée d'un poignard vers la poitrine de son fils, mettant fin à sa jeune vie.

Un an plus tard, Bayek et sa femme Aya sont chacun de leur coté en quête des mystérieux hommes masqués, afin de les tuer pour venger la mort de leur fils.

Après avoir tué à Siwa deux hommes masqués, surnommés le Héron et l'Ibis, Bayek retrouve Aya à Alexandrie, où elle lui apprend qu'elle s'est chargée du Vautour et du Bélier, et qu'elle reçoit l'aide d'Apollodorus et de Cléopâtre afin de trouver le Serpent. Aya donne à Bayek une arme confiée par Cléopâtre pour tuer ce cinquième homme masqué, la lame secrète avec laquelle Darius a assassiné Xerxès.

Bayek assassine sa cible et s'ampute accidentellement de l’annulaire gauche en utilisant la lame secrète. Mais il doute qu'il s'agisse réellement du Serpent, et part chercher des réponses directement auprès d'Apollodorus et de Cléopâtre.

Il apprend de Cléopatre que le Serpent est un surnom de l'Ordre des Anciens, le nom que porte le groupe d'hommes masqués qui l'a évincé du trône d’Égypte et remplacé par son frère Ptolémée XIII pour prendre plus facilement le contrôle du royaume. Elle sait aussi que la dernière victime de Bayek était en fait l'Hippopotame, et qu'il existe encore au moins quatre autres membres de l'Ordre en action : le Scarabée, la Hyène, le Lézard et le Crocodile. Bayek accepte de devenir le Medjaÿ de Cléopâtre et part en chasse. Aya de son coté va chercher l'appui de Pompée.

Aya apprend l'existence de deux autres membres de l'Ordre des Anciens, le Scorpion et le Chacal, membres de la garde de Ptolémée et probablement responsables de la mort de Khemou ; elle en informe Bayek, mais il ne parvient pas à empêcher l'un d'eux de tuer Pompée. Privée de son allié, Cléopâtre, aidée d'Aya, de Bayek et d'Apollodorus, parvient à rencontrer César et à obtenir son aide dans la grande bataille pour retrouver le trône d’Égypte. Bayek assassine le Scorpion mais César l’empêche de tuer le Chacal. En tentant de fuir, Ptolémée se fait dévorer par les crocodiles sous les yeux d'Aya.

Ayant pris le pouvoir, Cléopâtre et César accèdent au tombeau d'Alexandre le Grand, puis coupent les ponts avec leurs anciens alliés, trahissant leurs liens pour pactiser avec l'Ordre des Anciens.

Réalisant leur erreur, Bayek et ses compagnons vont tenter de contre-attaquer, ils partent chercher des indices dans le tombeau d'Alexandre le Grand et y tombent sur Apollodorus mourant, il leur apprend que Flavius, le lieutenant de César, est le Lion, le chef de l'Ordre des Anciens et qu'il est parti avec le sceptre d'Alexandre (un Bâton d’Éden) rejoindre Septimius le Chacal à Siwa, dans la même crypte où Khemou a trouvé la mort.

Bayek finit par retrouver Flavius dans l’Acropole de Cyrène. Bien qu'ayant réussi à activer l'Orbe, il se fait tuer par Bayek, vengeant enfin la mort de Khemou.

Aya de son coté s'est fait deux nouveaux alliés, Brutus et Cassius, avec qui elle décide de partir à Rome pour assassiner César et Septimius.

Avant son départ, Aya et Bayek décident de se séparer pour l'instant, mais de revoir leur credo, posant les bases de la confrérie de « Ceux qu'on ne voit pas », œuvrant dans l'ombre pour protéger la liberté du peuple contre les tyrans. Bayek laisse tomber dans le sable un souvenir de Khemou, un crâne d'aigle qui laisse une empreinte devenant l'emblème de la nouvelle confrérie.

Après les morts de Septimius, tué en duel, puis de César, Aya, qui se fait dorénavant appeler Amunet, retrouve Cléopatre pour la prévenir qu'elle l'a à l’œil.

Dans le présent, Abstergo envoie plutôt des soldats se charger des deux femmes, Layla parvient à éliminer ses assaillants, mais pas Deanna, qui se fait exécuter. Peu après Layla est rejointe par William Miles, l'actuel mentor des Assassins et père de Desmond Miles, qui lui offre de rejoindre la confrérie.

Personnages[modifier | modifier le code]

Comme dans les autres opus de la série, le jeu est un mélange de figures historiques et de personnages fictifs.

Système de jeu[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le jeu prend place, comme les autres jeux de la série, dans un monde ouvert. Cet épisode est toutefois assez différent des précédents, avec beaucoup de nouveautés, notamment une grosse redéfinition des contrôles et du système de combat. Le jeu prend également de plus en plus des allures de RPG en adoptant un système de niveaux et un arbre de compétences à débloquer. La mini-map et la vision d'aigle disparaissent. Les différentes quêtes annexes, bien que moins nombreuses, sont dorénavant bien plus longues et complètes, elles apportent beaucoup à l'univers et aux personnages.

Le système d'escalade des anciennes versions est ici simplifié, Bayek grimpe facilement partout. On dispose de différentes montures : dromadaire, cheval, char à 2 chevaux (4 dans l'hippodrome). De même, le héros pourra apprivoiser certaines bêtes sauvages, et les envoyer à sa place au combat.

Le héros possède un arsenal diversifié : arcs, épées, épées incurvées, massues, haches, lances, boucliers, ainsi que la lame secrète emblématique de la série. Il peut compter sur la présence de Senu, un aigle femelle pouvant être contrôlé et qui l'assiste durant ses missions, en détectant les cibles de Bayek, le gibier et le butin des troupes ennemis en mouvement, il remplace à la fois la mini-map et la vision d'aigle, avec l'aide des impulsions d'animus. Le joueur peut également récupérer des restes d'animaux (trophées et cuir souple ou dur) afin d'améliorer les équipements fixes (lame d'assassin, brassards (dégâts à l'arc et au corps à corps), armure (résistance aux dégâts et santé), sacoches, carquois).

Le joueur peut accélérer le cours du temps pour passer plus rapidement au jour ou à la nuit, et il est possible de prendre des photos avec une caméra libre pour partager son aventure avec d'autres joueurs.

Développement[modifier | modifier le code]

Le développement du jeu commence début 2014, après la fin de celui d'Assassin's Creed IV Black Flag[2]. Après la sortie d'Assassin's Creed Syndicate qui ne rencontre pas le succès escompté, Ubisoft décide de ne plus suivre un cycle annuel de sortie pour sa licence et reporte le jeu à 2017[3],[4].

Des informations fuitent sur le jeu en janvier 2017, il est alors titré Assassin's Creed Empire[5]. Le jeu est officiellement annoncé sous le titre Origins le 11 juin, juste avant le début de l'E3 2017[6].

Le 25 août 2017, un partenariat commercial est annoncé avec Final Fantasy XV, du contenu d'Assassin's Creed Origins apparaîtra dans le jeu et réciproquement[7].

Voix françaises[modifier | modifier le code]

Commercialisation[modifier | modifier le code]

Le jeu est commercialisé sur PlayStation 4, Xbox One et Microsoft Windows le 27 octobre 2017. En plus de l'édition standard comprenant uniquement le jeu de base, différentes éditions sont proposées avec différents bonus, comme le season pass, différentes armes additionnelles, une carte du jeu, un artbook, la bande son ou encore une figure de Bayek et Senu, l'aigle femelle qui l'accompagne[8].

Extensions[modifier | modifier le code]

  • Le premier DLC intitulé The Hidden Ones est disponible depuis le 23 janvier 2018 en téléchargement. L'action prend place 4 ans après l'élimination de l'Ordre des anciens. Bayek est à la tête de la Confrérie des Assassins et explore une toute nouvelle région, le Sinaï.
  • Le Discovery tour, disponible gratuitement depuis le 21 février 2018 via une mise a jour automatique, permet au joueur de visiter l'Égypte ancienne. Un mode new game+ est également ajouté lors de cette mise à jour, permettant au joueur de recommencer le mode histoire avec tout les éléments et atouts débloqué lors de la précédente partie.
  • Le DLC Curse of the pharaohs est disponible en téléchargement depuis le 13 Mars 2018.

Easter eggs[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (octobre 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Un jeune garçon se présente à Bayek sous le nom de Esiocles mais précise que tout le monde l'appelle Esio, diminutif qui fait référence au personnage de Ezio Auditore da Firenze.
  • Le joueur peut s'équiper du costume d'Assassin d'Aguilar de Nerha, référence à l'assassin espagnol du long métrage de 2016 interprété par Michael Fassbender.
  • L'armure d'Isu est un clin d'œil au FPS Destiny.
  • En terminant une partie new game +, le joueur obtient un nouveau costume. Ce costume est un clin d'œil au personnage de Scorpion de Mortal Kombat.

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Aperçu des notes reçues
Presse numérique
Média Note
Gameblog (FR) 9/10[9]
Gamekult (FR) 8/10[10]
GameSpot (US) 8/10[11]
IGN (US) 9/10[12]
Jeuxvideo.com (FR) 18/20[13]
Agrégateurs de notes
Média Note
GameRankings 82,22 % (PC)[14]
82,81 % (PS4)[15]
85,42 % (Xbox One)[16]
Metacritic 84/100 (PC)[17]
81/100 (PS4)[18]
85/100 (Xbox One)[19]

Le jeu est salué par la plupart des critiques spécialisées qui y voient un renouvellement de la franchise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Assassin's Creed Origins : l'Egypte antique pour terrain de jeu ! », sur Clubic.com (consulté le 12 juin 2017).
  2. (en) Ethan Gach, « Assassin's Creed Origins Finally Announced For Real, Set In Egypt », sur Kotaku, Gawker Media,
  3. (en) « A message from the Assassin's Creed team », Ubisoft, (consulté le 13 août 2017)
  4. (en) Seth G. Macy, « Ubisoft confirms no Assassin's Creed this year », IGN, (consulté le 13 août 2017)
  5. Kaaraj, Assassin's Creed Empire : De nouvelles fuites sur le lieu et le héros, 24 mars 2017, Jeuxvideo.com.
  6. (en) Gabe Gurwin, « Everything we know about Assassin's Creed Origins », sur Digital Trends,
  7. Maxime Claudel, Toujours plus : un cross-over Final Fantasy XV et Assassin’s Creed Origins annoncé, 25 août 2017, Numerama.
  8. « Guide Assassin’s Creed Origins – Aigle Senu à quoi il sert et comment l’appeler », sur generation-game.com
  9. Julien Hubert, « Test de Assassin's Creed Origins », sur gameblog, (consulté le 26 novembre 2017).
  10. Amaebi, « Test de Assassin's Creed Origins », sur gamekult.com, (consulté le 26 novembre 2017).
  11. (en) Alessandro Fillari, « Assassin's Creed Origins Review », sur gamespot.com, (consulté le 26 novembre 2017).
  12. Alanah Pearce, « Test de Assassin's Creed Origins », sur IGN, (consulté le 26 novembre 2017).
  13. Kaaraj, « Test de Assassin's Creed Origins », sur jeuxvideo.com, (consulté le 26 novembre 2017).
  14. (en) « Assassin's Creed Origins for PC - GameRankings », sur www.gamerankings.com (consulté le 5 août 2018)
  15. (en) « Assassin's Creed Origins for PlayStation 4 - GameRankings », sur www.gamerankings.com (consulté le 5 août 2018)
  16. (en) « Assassin's Creed Origins for Xbox One - GameRankings », sur www.gamerankings.com (consulté le 5 août 2018)
  17. (en) « Assassin's Creed Origins », sur Metacritic (consulté le 5 août 2018)
  18. (en) « Assassin's Creed Origins », sur Metacritic (consulté le 5 août 2018)
  19. (en) « Assassin's Creed Origins », sur Metacritic (consulté le 5 août 2018)