Arblade-le-Bas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Arblade-le-Bas
Arblade-le-Bas
Blason de Arblade-le-Bas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gers
Arrondissement Mirande
Canton Adour-Gersoise
Intercommunalité Communauté de communes d'Aire-sur-l'Adour[1]
Maire
Mandat
Stéphane Leblond
2014-2020
Code postal 32720
Code commune 32004
Démographie
Gentilé Arbladais
Population
municipale
153 hab. (2015 en augmentation de 3,38 % par rapport à 2010)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 42′ 30″ nord, 0° 10′ 33″ ouest
Altitude 151 m
Min. 91 m
Max. 187 m
Superficie 7,67 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte administrative du Gers
City locator 14.svg
Arblade-le-Bas

Géolocalisation sur la carte : Gers

Voir sur la carte topographique du Gers
City locator 14.svg
Arblade-le-Bas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Arblade-le-Bas

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Arblade-le-Bas

Arblade-le-Bas est une commune française située dans le département du Gers en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune d'Arblade-le-Bas se situe au nord-est du canton de Riscle et de la communauté de communes d'Aire-sur-l'Adour, dans l'arrondissement de Mirande, à 12 km de Riscle, 62 km de Mirande et 78 km d'Auch[2].

Situation d'Arblade-le-Bas.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes d’Arblade-le-Bas[3]
Vergoignan Luppé-Violles
Arblade-le-Bas Lelin-Lapujolle
Barcelonne-du-Gers

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Avec une superficie de 746 ha, l'altitude d'Arblade-le-Bas varie de 110 à 184 mètres. Les sols de la commune sont de type argile à galets sur les coteaux. On trouve des sables fauves et des molasses marneuses en bas des pentes. La plaine est constituée d'alluvions du Würmien[2].

Arblade-le-Bas se situe en zone de sismicité 2 (sismicité faible)[4].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Deux principaux cours d'eau traversent la commune :

  • Le ruisseau du Turré, qui délimite la frontière nord de la commune ;
  • Le ruisseau de Peyroutas, qui délimite la frontière orientale de la commune.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune en occitan gascon est Arblada lo Baish[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Jean-Claude Leblond[6] DVG  
2014 en cours Stéphane Leblond SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2015, la commune comptait 153 habitants[Note 1], en augmentation de 3,38 % par rapport à 2010 (Gers : +1,47 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1841 1846 1851 1856
209350217248250219218212208
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
201198183193180179174180177
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
18616914913913313110610795
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2015
99106107111109118141150153
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Il n'y a pas d'école à Arblade-le-Bas.

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête : 2e dimanche de septembre[11].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

En 1741, la commune comptait deux moulins fonctionnant sur les étangs et appartenant au seigneur. Le blé était vendu au marché du Houga et les vins blancs étaient distillés et vendus « à Mont-de-Marsan ».
En 1830, la répartition agricole se chiffrait ainsi : 290 ha en terres, 39 ha en prés, 62 ha de vignes, 207 ha de bois et 120 ha de landes. En 2000, on comptait 44 1[Quoi ?] ha en terres, 0 ha en près, 7 ha de vignes, 260 de bois et 2 ha de landes.
En 1940, les 45 ha de vignes d'Arblade produisaient 609 hl de vins. En 1942, on cultivait 24 ha de blé et 32 ha de maïs (200 ha en 2000, semences comprises). On comptait 4 tracteurs en 1950, il y en avait 29 en 2000. On comptait 37 propriétaires en 1930, 11 en 1988 et 8 en 2000.
Les principales cultures sont aujourd'hui le blé, le maïs grains et semences, le maïs doux, le tournesol et le soja. Le cheptel bovin s'élève à une soixantaine de têtes.
En 2000, il restait sur la commune un artisan et deux entreprises.

Arblade-le-Bas est la commune du canton qui possède le moins de routes départementales. La D 169, reliant Saint-Germé à Le Houga, traverse la commune sur 345 m. La commune entretient 17,4 km de chemins communaux était impraticable[pas clair]. C'est grâce à une souscription volontaire des Arbladais que les choses rentrèrent dans l'ordre. Les habitants furent mis à contribution durant toute la première moitié du XXe siècle pour leur entretien. Chaque propriétaire possédant une paire de bœufs devait à la communauté 5 voyages annuels de gravier depuis les gravières de Barcelonne-du-Gers.

Viticulture : Côtes-de-saint-mont (AOVDQS).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église d'Arblade-le-Bas est dédiée à la nativité de la Vierge. La paroisse était administrée avant 1791 par l'archidiaconé de l'Armagnac et l'archiprêtré de Crémens.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Jourdan (1943-) : né à Arblade-le-Bas, athlète, 3 fois champion de France du 5000 mètres et ayant battu le record de France du 10 000 mètres.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
parti : au premier de gueules à la croix cléchée, vidée et pommetée de douze pièces d'or, au second d'argent au lion de gueules[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.gers.pref.gouv.fr/recueil/2008/aout2008/arretes.pdf/aout2008094.pdf
  2. a et b Georges Courtès (dir.), Communes du département du Gers, vol. III : Arrondissement de Mirande, Auch, Société Archéologique et Historique du Gers, , 437 p. (ISBN 2-9505900-7-1, notice BnF no FRBNF40101206)
  3. Carte IGN sous Géoportail
  4. Plan séisme
  5. (oc) Toponimia occitana e senhalizacion en occitan : Gèrç
  6. Site de la préfecture - fiche de Arblade-le-Bas
  7. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  11. Michel de La Torre, Gers : Le guide complet de ses 462 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5032-2, notice BnF no FRBNF35576310)
  12. Banque du blason.