Louise de Savoie (bienheureuse)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Louise de Savoie (homonymie) et Sainte Louise.

Louise de Savoie
image illustrative de l’article Louise de Savoie (bienheureuse)
Louise de Savoie, vers 1485, avant de devenir religieuse.
Bienheureuse
Naissance 1462
Bourg-en-Bresse
Décès   (41 ans)
Ordre religieux Ordre des pauvres dames
Vénéré à Orbe (Suisse)
Béatification 1839
par Grégoire XVI
Vénéré par église catholique
Fête 24 juillet

La bienheureuse Louise de Savoie ou Loyse de Savoie, née probablement à Bourg-en-Bresse en 1462 et morte à Orbe le , dame de Nozeroy, est une princesse de la maison de Savoie devenue religieuse clarisse. Béatifiée par Grégoire XVI, elle est fêtée le 24 juillet.

Biographie[modifier | modifier le code]

La princesse Louise est l'une des filles du bienheureux Amédée IX, duc de Savoie et de Yolande de France, sœur du roi Louis XI[1],[2]. Elle naît le , probablement à Bourg-en-Bresse[1]. Elle désire devenir religieuse[1].

Cependant son oncle le roi de France lui fait épouser Hugues de Chalon-Arlay[2], seigneur de Château-Guyon, le plus jeune des fils de Louis II de Chalon-Arlay, prince d'Orange, le . Le roi Louis XI en personne la mène jusqu'à Dijon[3]. Elle vit chrétiennement avec son mari dans leur propriété du Jura, avec un soin particulier pour les pauvres, pour lesquels elle file elle-même la laine[1].

Devenue veuve en 1490, sur les conseils du père Perrin, la princesse entre au couvent de Sainte-Claire d'Orbe, dans le pays de Vaud. Selon Catherine de Saulx, elle y mène une vie religieuse exemplaire. Elle écrit des méditations et un traité monastique, qui n'ont pas été conservés. Elle est souvent malade, et meurt en 1503[1]. Elle est dans un premier temps inhumée à Orbe[4].

Après sa mort, les sœurs auraient senti un parfum intense de fleurs là où elle avait l'habitude de prier. Son corps est transféré en 1531 à Nozeroy, dans le couvent des cordeliers[4]. Elle est béatifiée par Grégoire XVI en 1839, en même temps qu'un autre membre de la maison de Savoie, Boniface de Savoie († 1270)[5]. L'année suivante, sa châsse est déposée à côté de celle de son père Amédée, dans la chapelle royale de Savoie, à Turin. Dans les années 1950, une partie de ses reliques sont ramenées à Orbe et sont exposées dans une châsse de verre et de bronze.

La bienheureuse Louise de Savoie est fêtée le 24 juillet[1].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • La Sainte de Nozeroy, ou la bienheureuse Louise de Savoie, 1884.
  • François Jeunet, Joseph-Hubert Thorin, Vie de la bienheureuse Louise de Savoie, 1876.
  • La Bienheureuse Louise de Savoie. Fête le 24 juillet, 1881.
  • Jean Prieur, Hyacinthe Vulliez, Saints et saintes de Savoie, La Fontaine de Siloé, (ISBN 978-2-8420-6465-5, lire en ligne), p. 96-97
  • Catherine de Saulx, Vie de la bienheureuse Louise de Savoie: écrite par une religieuse du monastère d'Orbe, contemporaine de la sainte, Turin, Imprimerie royale, 1840 ; rééd. Kessinger Publishing, LLC, 2010, 128 pages (ISBN 1160758115 et 9781160758116).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Saints et saintes de Savoie 1999, p. 96.
  2. a et b André Palluel-Guillard, « La Maison de Savoie » (consulté en décembre 2017), dont André Palluel-Guillard, « Amédée IX » (consulté en décembre 2017), dossiers sur le site des Archives départementales de la Savoie et de la Haute-Savoie - Sabaudia.org
  3. Joseph Vaesen et Étienne Charavay, Lettres de Louis XI, tome VIII, p.43 note n°2 et p.47, Librairie Renouard, Paris 1903
  4. a et b Paolo Cozzo, « Stratégie dynastique chez les Savoie: une ambition royale, XVI-XVIII siècle », dans Juliusz A. Chrościcki, Mark Hengerer, Gérard Sabatier, Les funérailles princières en Europe, XVIe-XVIIIe siècle : Volume I : Le grand théâtre de la mort, Les Editions de la MSH, , 412 p. (ISBN 978-2-73511-686-7, lire en ligne), p. 228-229 (Carte).
  5. Laurent Ripart, « Les saints de la maison de Savoie au XVe siècle », dans Sylvie Aballéa et Frédéric Elsig, L’image des saints dans les Alpes Occidentales. Actes du colloque international tenu au Musée d'Art et d'Histoire de Genève (17-18 juin 2013),, Rome, (lire en ligne), p. 137-154.