Valangin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Valangin
Valangin
Blason de Valangin
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la Suisse Suisse
Canton Drapeau du canton de Neuchâtel Neuchâtel
Région Val-de-Ruz
Communes limitrophes Val-de-Ruz, Neuchâtel et Peseux
NPA 2042
N° OFS 6485
Démographie
Gentilé Les Valanginois-es
Population
permanente
504 hab. (31 décembre 2017)
Densité 134 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 01′ 00″ nord, 6° 54′ 25″ est
Altitude 724 m
Min. 595 m
Max. 789 m
Superficie 3,76 km2
Divers
Langue Français
Localisation
Localisation de Valangin
Carte de la commune dans sa subdivision administrative.

Géolocalisation sur la carte : canton de Neuchâtel

Voir sur la carte administrative du Canton de Neuchâtel
City locator 14.svg
Valangin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte administrative de Suisse
City locator 14.svg
Valangin

Géolocalisation sur la carte : Suisse

Voir la carte topographique de Suisse
City locator 14.svg
Valangin
Liens
Site web www.valangin.ch
Sources
Référence population suisse[1]
Référence superficie suisse[2]

Valangin est une commune suisse du canton de Neuchâtel, située dans la région Val-de-Ruz, à l'entrée des gorges du Seyon.

Géographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Valangin mesure 3,76 km2[2]. 9,2 % de cette superficie correspond à des surfaces d'habitat ou d'infrastructure, 40,0 % à des surfaces agricoles, 50,5 % à des surfaces boisées et 0,3 % à des surfaces improductives.

Géologie[modifier | modifier le code]

C'est à Valangin que fut décrit en 1853 le stratotype de l'âge géologique du Valanginien (une partie de l'époque du Crétacé inférieur) par Édouard Desor qui étudia le patrimoine géologique de Valangin.

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie de Valangin (de vallis angina car la ville s'élève dans l'étranglement de la vallée), qui jusqu'au Xe siècle se partageait entre le comté de Vaud et celui de Bargen, s'étendait sur le Val-de-Ruz pour la partie la plus importante, le vallon de La Sagne et la vallée de La Chaux-de-Fonds.

Article détaillé : Seigneurie de Valangin.

Le 13 septembre 1973, le viaduc routier en construction glisse et s'écrase, il y a 7 blessés. Il est reconstruit et inauguré en 1975, 4 chars de l'armée de 50 tonnes passent dessus pour tester sa résistance[3].

Elle est la seule commune de l'ancien district du Val-de-Ruz à ne pas avoir fusionné au sein de la nouvelle commune de Val-de-Ruz en 2013.

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon l'Office fédéral de la statistique, Valangin compte 504 habitants fin 2017[1]. Sa densité de population atteint 134 hab./km2.

Le graphique suivant résume l'évolution de la population de Valangin entre 1850 et 2008[4] :

Monuments[modifier | modifier le code]

Collégiale

Le village fait partie de l'association Les Plus Beaux Villages de Suisse.

Château[modifier | modifier le code]

Le château est mentionné pour la première fois dans les archives en 1296, même si son donjon existe probablement depuis le milieu du XIIe siècle. Après avoir été transformé à plusieurs reprises, la forteresse possède, vers 1500, deux enceintes flanquées de onze tours à toits coniques. Au XVIe siècle sont construits le mur qui sépare le château du bourg, ainsi que le corps de bâtiment qui s'élève au nord de la terrasse supérieure. En 1747, un incendie ravage les locaux et c'est aux travaux de 1772 que le château doit sa silhouette actuelle. En 1894, l'Etat de Neuchâtel confie à la Société d'histoire et d'archéologie du canton de Neuchâtel (SHAN) la restauration de l'ensemble et le soin d'y installer un musée[5].

Personnalités[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Annales historiques du Comté de Neuchâtel et Valangin depuis Jules-César jusqu'en 1722, Jonas Boyve, édition E. Mathey, 1854 Google livres
  • Histoire de Neuchâtel et Valangin jusqu'à l'avénement de la maison de Prusse, Frédéric-Alexandre de Chambrier, imprimerie de C. Attinger, 1840. Google livres
  • Histoire de la Seigneurie de Valangin jusqu'à sa réunion à la Directe en 1592, George-Auguste Matile, édition J. Attinger, 1852. Google livres

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Population résidente permanente et non permanente selon les niveaux géographiques institutionnels, le sexe, l'état civil et le lieu de naissance, en 2017 », sur Office fédéral de la Statistique.
  2. a et b « Statistique de la superficie 2004/09 : Données communales », sur Office fédéral de la Statistique (consulté le 26 août 2017)
  3. http://www.rts.ch/archives/tv/information/un-jour-une-heure/6185095-drame-a-valangin.html
  4. [zip] « Evolution de la population des communes 1850-2000 », sur Office fédéral de la statistique (consulté le 13 janvier 2009)
  5. Jean Courvoisier, Les monuments d'art et d'histoire du canton de Neuchâtel, vol. 3 : Les districts du Val-de-Travers, du Val-de-Ruz, du Locle et de La Chaux-de-Fonds, Bâle, , p. 157-168