Almasty

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Almasty

Créature
Autres noms Kaptar
Groupe Créature légendaire
Sous-groupe Bête
Caractéristiques
Habitat Montagnes
Proches Bigfoot, Yéti
Origines
Origine Folklore caucasien
Région Caucase

L'almasty, également appelé kaptar, est une créature mystérieuse qui habiterait la chaîne montagneuse du Caucase. Il s'agirait d'un grand primate dont la description est proche de celle du yéti. Les noms utilisés dans les langues du Caucase pour le désigner signifieraient le plus souvent « homme sauvage », ce qui est source de controverse.

Bien que de nombreux cultivateurs et bergers locaux aient témoigné de sa présence, aucun almasty (vivant ou mort) n'a pu faire l'objet d'observations scientifiques. Sur la base de ces témoignages, certains auteurs le considèrent comme un homme de Néandertal qui aurait survécu jusqu'à aujourd'hui dans les régions reculées des hautes montagnes du Caucase.

Mais pour Yves Coppens, ce n'est pas une hypothèse scientifiquement défendable, les témoignages recueillis orientent plutôt vers un grand primate que vers un humanoïde[1].

Faute de preuve matérielle vérifiée par une analyse d'ADN, la plupart des scientifiques considèrent l'almasty comme une expression du folklore populaire, au même titre que le yéti, le sasquatch et autres cryptides anthropomorphes[2].

Des analyses de l'ADN de poils attribués à l'almasty, ramenés par Heuvelmans, se sont avérés provenir de divers animaux communs (deux ours bruns, un ours noir, une vache, trois chevaux et un raton laveur)[3].

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

D'après les témoignages recueillis par Marie-Jeanne Koffmann dans le Caucase, l'almasty serait poilu sur tout le corps, sauf sur le visage. Il se déplacerait en groupe et les différents récits mentionnent des individus mâles, femelles et des jeunes.

Il ressort également des témoignages que ces humains sauvages auraient une vision nocturne semblable à celle des grands fauves prédateurs. En effet, des reflets de couleur pourpre ont été remarqués dans les yeux d'humains sauvages lors de rencontres entre bergers caucasiens et ces créatures. Des témoignages ont décrit l'iris des yeux de ces créatures de couleur rouge ou jaune doré ; seuls les animaux ayant une vision nocturne ont l'iris des globes oculaires de cette teinte.

D'après les témoignages recueillis par Marie-Jeanne Koffmann « Il semblerait que l'espèce fossile du Caucase appartienne soit au phylum humain, soit à une ligne parallèle et voisine. Cependant, dans l'état actuel des recherches, le respect de la rigueur scientifique ne permet pas d'établir un diagnostic »[4]. D'autres cryptozoologues comme Boris Porchnev et Bernard Heuvelmans pensaient que l'almasty et les autres hommes sauvages signalés en Asie formeraient une seule espèce encore inconnue d'hominien, l'homme pongoïde, qui seraient apparentée aux Néandertaliens[5]. Cependant les témoignages sur l'almasty ne correspondent pas avec l'apparence de l'homme de Néandertal selon les récentes découvertes scientifiques.

Zana[modifier | modifier le code]

Au milieu du xixe siècle, une « femelle Abnauaiu » (un nom abkhaze désignant l'almasty) aurait été capturée, selon les différentes versions, soit dans les forêts près du Mont Zaadan, soit sur la côte de la région d'Otchamtchiré, soit en Adjarie[6]. Elle aurait été appelée Zana qui viendrait du géorgien Zangi qui signifierait « basané » . Zana serait devenue la propriété de D.M. Atchba, un seigneur local, puis d'Edghi Ghenaba, un autre noble, qui l'aurait envoyée au village de Tkhina, sur la rivière Mokva , à 78 km de Soukhoumi[6]. Zana se comportait d'abord comme une bête sauvage selon les témoins, puis fut apprivoisée, sa peau était noire et recouverte de poils rougeâtres ou noirs, notamment sur le bas de son corps, mais qui étaient absent sur ses pieds, et courts et épars son visage. ses cheveux, mats et épais formaient comme une papakha retombant sur son dos. En certains endroits les poils auraient étés longs comme la paume d'une main, mais peu épais. Elle ne pouvait émettre de sons articulés, ses jambes étaient d'une forme étrange, et le gros orteil était plus opposable que les autres. Le visage de Zana, s'avançant « comme un museau » était large, avec des pommettes proéminentes, un nez plat avec de larges narines, et la nuque en avant.

Zana aurait donné naissance à plusieurs enfants humains (de père inconnu, peut-être Edghi Ghenaba), qui étaient réputés pour leurs force physique et leurs peaux sombre, et qui vécurent normalement. Zana aurait été enterrée dans les années 1880 ou 1890 a Tkhina, mais les quelques personnes âgées (dont un membre de la famille Ghenaba) qui fournirent une grande partie des témoignages dans les années 1960 furent incapables de trouver l'emplacement de sa tombe[6]. Le corps de Khvit, le plus jeune enfant de Zana, mort en 1954, fut exhumé, et analysé. Selon le généticien Bryan Sykes, Zana serait une Homo sapiens, et descendrait d'une population qui aurait quitté l'Afrique et se serait installée dans le Caucase il y a 100 000 ans[7].

Expéditions scientifiques[modifier | modifier le code]

La rumeur de l'existence de l'almasty fut tellement persistante qu'une expédition scientifique franco-russe fut organisée pour le rechercher, sans succès. L'expédition fut organisée par Marie-Jeanne Koffmann, chirurgienne à Moscou et présidente de l'Association de Cryptozoologie de Russie. La mission fut notamment cautionnée par Yves Coppens[1], professeur au Collège de France, qui la présenta sur TF1 au cours d'une émission de Patrick Sabatier[2]. Au cours des expéditions qu'elle fit dans le Caucase, Marie-Jeanne Koffmann recueillit plus de 500 témoignages visuels, présentés dans la revue Archéologia[8],[9].

Le mythe de l’homme des bois[modifier | modifier le code]

Pour Jean-Paul Demoule, dans le Caucase « (…) l’“Homme-des-Bois” est une tradition vivace et fort ancienne – comme elle l’est dans beaucoup d’autres régions du monde, du Yéti himalayen au Sasquatsch des Indiens nord-américains. (…) Mythe caucasien, l’Almasty est aussi un mythe scientifique : il correspond à la vision “primitiviste” qu'avaient de l’homme préhistorique les préhistoriens du siècle dernier, et a peu à voir avec les sociétés déjà très élaborées des Néandertaliens véridiques »[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b François de Villac, « Interview de Yves Coppens », Mystères,‎ (lire en ligne)
  2. a b et c Jean-Paul Demoule, « Sciences de l'Homme : le retour de l'irrationnel ? », La Recherche, vol. 23, no 246,‎ , p. 1036-1040.
  3. Denis Delbecq, « Le mythe du yéti brisé par la génétique », sur letemps.ch, Le Temps, .
  4. Koffmann 1991, p. 43.
  5. (en) Boris Porchnev, The struggle for Troglodytes, , 138 p. (lire en ligne)
  6. a b et c (en) Boris Porchnev, The struggle for Troglodytes, (lire en ligne), p. 116 - 120
  7. (en) Loren Coleman, « Book Review The Nature of the Beast: The First Genetic Evidence on the Survival of Apemen, Yeti, Bigfoot and Other Mysterious Creatures into Modern Times. By Bryan Sykes. London: Hodder & Stoughton, ©2014. »
  8. Koffmann 1991
  9. Koffmann 1992

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Boris Porchnev, La lutte pour les Troglodytes, , 138 p. (lire en ligne)
  • Dmitri Bayanov (trad. de l'anglais par Jean Roche), Sur les traces de l'homme des neiges russe, Paris, Exergue, , 277 p. (ISBN 2-911525-42-6)
  • (en) Mary Blume, « Tracking the Yeti's Caucasian Cousin », International Herald Tribune,‎ (lire en ligne)
  • Benoît Grison, « Une figure de l'idéologie marxiste, l'almasty », Créatures imaginaires, no 123,‎
  • Bernard Heuvelmans, Boris Fédorovitch Porchnev et Cyrille de Neubourgh, L'Homme de Néanderthal est toujours vivant, Plon, , 506 p. (OCLC 463009292)
  • Marie-Jeanne Koffmann, « L'Almasty, yéti du Caucase », Archéologia, no 269,‎ , p. 24-43 (lire en ligne)
  • Marie-Jeanne Koffmann, « L'Almasty, mode de vie d'un hominidé », Archéologia, no 276,‎ , p. 52-65 (lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]