Tératologie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La tératologie (du grec ancien τέρας / téras (« monstre ») et λογία / logía (« étude »)) est la science des anomalies de l'organisation anatomique des êtres vivants[1]. La discipline a longtemps été assimilée à l'étude des « monstres »[2] humains et animaux, c'est-à-dire des anomalies les plus spectaculaires, mais elle concerne tout écart anatomique significatif présenté par un individu par rapport au type spécifique, au-delà des variations individuelles qui différencient normalement un sujet d'un autre dans la même espèce. Source d'intérêt et d'études dès l'Antiquité, la tératologie se constitue en tant que discipline scientifique au milieu du XVIIIe siècle et c'est Étienne Geoffroy Saint-Hilaire et son fils Isidore qui lui confèrent, au siècle suivant, une méthode et une nomenclature. Associant les observations et les recherches des médecins et des vétérinaires la tératologie participe alors aux progrès de l'embryologie jusqu'à devenir progressivement un chapitre de la pathologie de l'embryon.

Historique[modifier | modifier le code]

Gravure extraite de The birth of mankinde, otherwise named The womans booke, d'après Eucharius Rösslin, vers 1550.

Tératologie et mythologie[modifier | modifier le code]

L'histoire de la tératologie est intimement liée à celles des mythes et des légendes produites par les civilisations humaines : la plupart des dieux égyptiens sont des créatures zoo-anthropomorphes ; les Chaldéens attribuaient une signification prophétique aux nombreuses malformations humaines dont ils avaient connaissance[3] ; la mythologie grecque abonde en satyres, sirènes, faunes, centaures et cyclopes ; Platon, dans Le banquet, décrit des êtres parfaits, hermaphrodites, coupés en deux par punition divine. L'iconographie médiévale regorge de représentations monstrueuses.

La naissance de ses sujets hors du commun est tout d'abord considérée - à l'instar des phénomènes célestes inexpliqués, également considérés comme monstrueux - comme une expression de la colère des dieux ou comme un avertissement qu'ils délivrent aux hommes. Elle provoque, chez le commun des mortels comme chez les esprits les plus avancés, une stupéfaction et une curiosité mêlées de crainte. Elle pose également aux premiers philosophes la question de l'ordre naturel[4], et aux Pères de l'Église celle de la volonté divine.

Quand bien même, dès le premier siècle de notre ère, Lucrèce ait réfuté l'existence des centaures[5], la « période fabuleuse », comme la nomme Isidore Geoffroy Saint-Hilaire[6] va perdurer, en Occident, jusqu'au milieu du XVIIe siècle et, pour certains, jusqu'à l’avènement des Lumières.

À la Renaissance, pour ce qui concerne l'histoire naturelle, Pline l'Ancien[7] reste en effet la référence. Il parle en détail des monstres les plus étranges et ses descriptions alimentent l'imaginaire des humanistes qui redécouvrent ses travaux. La notion de monstruosité englobe alors les créatures terrestres, y compris certains animaux exotiques à l'anatomie ou au comportement étonnants (autruche, caméléon, hippopotame), mais également les monstres marins et les phénomènes célestes inexpliqués (comètes, éclipses, météores, etc.).

Progressivement, cependant, les malformations des nouveaux nés, animaux ou humains, revêtent un caractère moins prophétique pour être interprétées comme l'intervention du démon[8] ou le signe d'accouplements contre nature ; les femmes qui mettent au monde des enfants imparfaits sont alors souvent accusées de sorcellerie et leur progéniture éliminée.

Étant donnée la fascination qu'ils exercent sur les foules, les « monstres » font l'objet d'une littérature et d'une iconographie abondantes. En 1573, Ambroise Paré rédige le traité Des monstres et prodiges, qui analyse le phénomène à travers des cas concrets[9]. L'imaginaire demeure cependant très présent : Paré indique que les jumeaux soudés entre eux sont causés par une « abondance de semence », parle de « monstres célestes », évoque des animaux fabuleux et décrit des créatures à mi-chemin entre l'homme et l'animal.

En 1595, dans ses Essais, Montaigne témoigne et raisonne :

« Je vis avant-hier un enfant […] âgé de quatorze mois tout juste. Au-dessous de ses tétins, il était attaché et collé à un autre enfant sans tête […] ils étaient joints face à face, comme si un plus petit enfant voulait en embrasser un second. Les êtres que nous appelons monstres ne le sont pas pour Dieu, qui voit dans l’immensité de son ouvrage l’infinité des formes qu’il y a englobées ; et il est à croire que cette forme qui nous frappe d’étonnement se rapporte et se rattache à quelque autre forme d’un même genre, inconnu de l’homme. De sa parfaite sagesse, il ne vient rien que de bon et d’ordinaire et de régulier ; mais nous n’en voyons pas l’arrangement t les rapports. […] Nous appelons « contre nature » ce qui arrive contrairement à l’habitude : il n’y a rien quoi que ce puisse être, qui ne soit pas selon la nature. Que cette raison universelle et naturelle chasse de nous l’erreur et l’étonnement que la nouveauté nous apporte.[10]»

Le « désenchantement des monstres »[modifier | modifier le code]

Progressivement, la période fabuleuse s'efface pour laisser place à la période positive (le « désenchantement des monstres », selon la formule de Jean-Jacques Courtine[11]), pendant laquelle des esprits éclairés se détachent peu à peu des superstitions pour collecter des informations, rédiger des descriptions et rechercher, avec les moyens limités à leur disposition, les causes du phénomène. Comme l'écrit Ernest Martin dans son Histoire des monstres, « désormais va se dissiper cet inextricable chaos où s'étaient si longtemps confondus les mythes, les fictions et les réalités : l'esprit mesure maintenant la distance qui sépare le merveilleux et le vrai, les êtres fantastiques et ceux que crée la nature. »[12]

Au début du XVIIe siècle, l'anatomie devient de plus en plus présente dans les études, la théologie cède sa place pour laisser apparaître des analyses plus détaillées et rationnelles. Les travaux de Fabrice d'Acquapendente (1533-) et ceux de William Harvey ( -1 forment une base solides sur l'étude de l'embryon. Harvey découvre que les jumeaux rattachés l'un à l'autre sont issus de la présence de deux œufs qui se soudent.Plusieurs médecins s'intéressent aux « monstruosités » : Martin Weinrich (1595) ou encore André Dulaurens (1600). La tératologie avance alors à grand pas en écartant les mythes et en apportant des preuves issues de la dissection.

Naissance de la tératologie moderne[modifier | modifier le code]

À la période positive succède enfin la période « scientifique », à partir du milieu du XVIIIe siècle, avec la publication du De Monstris de Albrecht von Haller[13], suivi par les travaux de Johann Friedrich Meckel von Helmsbach (1781-1833) et des Geoffroy Saint-Hilaire père et fils, qui passent pour être les fondateurs de la tératologie[14]. Après eux, viennent, en France, les travaux et les publications de Camille Dareste, inventeur de la tératogenèse expérimentale[15], Jules Guérin (1880)[16], Lannelongue et Ménard (1891)[17], Cruveilhier (1849)[18], Davaine (1875)[19], Matthias Duval[20], Giacomini (1893-1898)[21], Rabaud (1909)[22], Princeteau (1886)[23], Guinard (1892)[24], Blanc (1893)[25], Dubreuil-Chambardel (1925)[26] et Chauvin (1920)[27].

Il faut attendre le milieu du XXe siècle pour comprendre que le fœtus peut être perturbé par des substances provenant de l'extérieur. Jusqu'alors, l'utérus apparaissait comme une barrière infranchissable[28]. Avec la tératogenèse expérimentale, Étienne Wolff (1904-1996)[29] établit les liens précis qui lient les stimuli (substances chimiques, carences nutritionnelles, radiations, maladies, mutations) et les déformations qu'ils provoquent. . Avec les progrès de la génétique et de l'imagerie médicale, la tératologie descriptive a cédé le pas au diagnostic prénatal, à la médecine fœtale et à la chirurgie néo-natale. La tératogénie reste une discipline d'actualité, en raison notamment de la nécessité d'évaluer le potentiel mutagène et/ou tératogène des molécules utilisées en pharmacie et dans l'industrie en général.

Classification[modifier | modifier le code]

Un aspect de la collection de tératologie au Musée d'anatomie de Montpellier.

En Occident, de nombreuses nomenclatures ont été élaborées pour décrire la diversité des malformations observées dans le règne animal. Elles ont évolué à mesure que s'améliorait la compréhension des phénomènes sous-jacents et se révèlent toujours utiles pour catégoriser, en particulier, les sujets composites dont la complexité anatomique peut prêter à confusions. Dans les années 1930, Lesbre proposait ainsi une classification « simplifiée » qui rendait compte de la multiplicité des cas[30]. Cette classification distinguait les créatures unitaires et les créatures composées, « ces dernières comprenant des éléments de deux ou d'un plus grand nombre de sujets ».

Les anomalies de développement ainsi listées apparaissent rarement isolées et plusieurs malformations sont souvent associées. Les progrès de la médecine, de l'embryologie et de la génétique ont fait évoluer les classifications anciennes fondées sur l'apparence des malformations pour procéder à des regroupements par syndrome (ex : syndrome de Char, syndrome de Coffin-Lowry, syndrome de Cornelia de Lange, etc.) ou par origine génétique (ex : dysplasies osseuses en rapport avec le gène SOST, maladies en rapport avec les mutations du gène IRF6, etc.). Les différentes composantes de ces syndromes continuent toutefois à être désignées selon la terminologie consacrée (polydactylie, syndactylie, aniridie, microphtalmie, etc.). Seule la terminologie concernant les créatures doubles autositaires et parasitaires reste encore largement utilisée pour décrire précisément le type d'anomalie.

Classification des créatures unitaires[modifier | modifier le code]

Dans la nomenclature proposée par Lesbre, reprenant en grande partie celle créée par Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, les créatures unitaires se distinguent en autosites (possédant une circulation sanguine propre), omphalosites (dépourvus de cœur fonctionnel et recevant le sang d'un jumeau par anastomose des vaisseaux ombilicaux, ils décèdent à la naissance) ou parasites (le recevant de la mère sur laquelle ils sont « greffés » à la manière d'une tumeur).

ANOMALIES DES CRÉATURES AUTOSITES
Cyclopie
Cyclopie.
Nanisme
Gigantisme
Anasarque Syndrome œdémateux généralisé (assez fréquent chez le veau).
Achondroplasie Défaut de croissance du squelette avec déformation osseuses.
Anomalies de la peau et des phanères
Anomalies de la peau
Anomalies de pigmentation Albinisme, hyperchromie, tache mongolique.
Anomalies de développement Nævus hypertrophique, nævus vasculaire, ichtyose, sclérodermie.
Anomalies des phanères
Productions cornées
Excès ou défaut

de production cornée

Cornes supplémentaires, absence de cornes, absence d'ongles (anonychie)
Hétérotopie Productions cornées hétérotopiques (corne au milieu du front, sur le cou, chevaux ou êtres humains cornus, etc.).
Anomalies de la pilosité
Excès Hypertrichose, hirsutisme (hommes-chiens, hommes-singes, femmes à barbe, etc.).
Défaut Atrichosis, alopécie congénitale.
Hétérotopie Dermoïdes oculaires, kystes dermoïdes, kystes pileux intracraniaux chez le cheval.
Anomalies dentaires
Anomalies numériques Surdents, formule dentaire incomplète.
Anomalies

de forme ou de volume

Microdentisme, macrodentisme.
Anomalies de situation et de direction Diastème, transposition canine-prémolaire, malalignement.
Anomalies d'éruption Dentition de lait précoce (nouveau-né humain), dentition définitive tardive, dents incluses.
Hétérotopie Dents palatines, kystes dentifères de la région auriculo-temporale.
Anomalies de la tête
Disproportion Microcéphalie, macrocéphalie, prognathisme, brachygnathisme.
Division Schistocéphalie : division de la tête d'ampleur variable, allant de la simple encoche labiale ou nasale à une division profonde de la mandibule, du maxillaire et des cornets nasaux.
Déformations De la face, du bec chez les oiseaux.
Anomalies du tronc
Colonne vertébrale Anomalies numériques par excès ou par défaut : absence du coccyx, de la queue, ou présence d'une queue (réduite) dans l'espèce humaine. Présence d'une queue dépourvue de vertèbres (veau).

Vertèbres incomplètes.

Déviations : cyphose, lordose.

Ankylose : fusion des cervicales, fusion cervicales-dorsales

Arrêt de développement Spina bifida.
Célosomie Étymologiquement : tumeur du corps. Exomphale (hernie - souvent ombilicale - plus ou moins étendue pouvant aller jusqu'à l'éventration) toujours compliqué d'autres malformations. Célosomie abdominale, abdomino-pectorale, médiane, latérale, couverte (hernie) ou découverte (éventration).

Cas particulier : strophosome (corps retourné).

Selon l'étendue et la localisation : localisée à l'abdomen : aspalasome, agénosome, cyllosome, schistosome ; atteinte du thorax : pleurosome, célosome.

Anomalies des membres
Anomalies de dimensions sans malformations Brachymélie (bassettisme), micromélie.

Dolichomélie, acromégalie, macromélie.

Malformations Phocomélie thoracique, pelvienne, uni ou bilatérale (agénésie du péroné ou du cubitus).
Anomalies de la main et du pied
Déviations Pied bot, main bote.

Camptodactylie (doigts crochus), clinodactylie (doigts inclinés latéralement).

Volume des doigts Microdactylie, brachydactilie.
Nombre des doigts Adactylie, hypodactylie (mono, di, tri, tétradactylie).

Polydactylie atavique, polydactylie par dédoublement des doigts, polydactylie hétérogénique, polydactylie par duplicité de la main ou du pied.

Syndactylie (réunion des doigts).

Duplicité ou triplicité d'un ou plusieurs membres Mélomélie (duplication ou triplication d'un membre)
Inversion des membres pelviens Membres inférieurs dirigés vers l'arrière.
Réunion des membres pelviens Selon le degré : palmure périnéo-crurale (réunion des cuisses par un pli de peau), symélie (union des membres inférieurs), uromélie, sirénomélie (fusion complète avec disparition des pieds).
Défaut de formation d'un ou plusieurs membres Hémimélie (un membre atrophié), schistomélie (membre qui se dédouble à son extrémité), ectromélie (absence d'une partie du membre plus ou moins étendue).
Ectrosomie Absence du train arrière.
Défauts des articulations Ankylose, déviation articulaires, luxation congénitale, excès de mobilité.
Défaut des muscles Arrêt de développement du diaphragme, absence de grand pectoral.
Anomalies de l'appareil digestif
Bouche Fissure médiane de la lèvre inférieure, bec-de-lièvre médian, bec-de-lièvre latéral, simple ou double, avec ou sans fissure lacrymale.

Fissure palatine., macrostoma (ou bec de lièvre génien uni ou bilatéral : fissure de la joue).

Mictostoma (atrésie buccale).

Aglossie, bifidité de la langue, ankyloglossie (soudure de la langue au plancher de la bouche), macroglossie, atrésie de l'isthme du gosier.

Oesophage Absence, imperforation cloisonnement, communication ou fusion avec la trachée, rétrécissement, dilatation, diverticule, cul-de-sac, déplacement, dédoublement, division en deux segments discontinus.
Estomac Inversion gauche-droite.
Intestin Rétrécissements (sténose), interruptions, imperforation de l'anus, absence de rectum.

Abouchement vicieux du rectum (cloaque), bifurcation ou trifurcation du colon, diverticule de Meckel.

Ectopie thoracique, ombilicale ou inguinale.

Annexes Atrophie de la rate, hypertrophie, rate double, triple, absente.

Pancréas : absence de canal azygos, de canal de Santorini.

Foie : absence de vésicule biliaire, vésicule double.

Anomalies de l'appareil respiratoire
Larynx
Trachée
Bronches
Poumons
Annexes
Anomalies liées

aux fentes brachiales

Persistance de la première fente branchiale fœtale, évolution vers une pseudo-bouche ou une fistule (« soyons » ou « pendants  » du porc), kystes dermoïdes, odontomes.
Anomalies de l'appareil circulatoire
Inversion du cœur Cavités et orifices inversés.
Ectopies cardiaques Ectopie cervicale, sternale, cervico-thoracique
Anomalies internes Coeur à deux ou trois cavités. Vices de cloisonnement.
Anomalies péricardiques Communication péricarde-cavité abdominale, communication péricarde-extérieur (ectocardie découverte).
Anomalies circulatoires Fusion aorte-artère pulmonaire, persistance d'arcs aortiques surnuméraires.
Anomalies de l'appareil uro-génital
Anomalies rénales Anomalies numériques par excès ou par défaut, lobulation, soudure, ectopie.
Anomalies des uretères Anomalies numériques, atrésie, interruption.
Anomalies vésicales Oblitération, communication avec l'ombilic, cloisonnement, bifurcation, vessie double, extrophie (célosomie limitée)
Anomalies des organes génitaux femelles
Ovaires

Oviductes

Utérus

Vagin

Vulve

Mamelles

Annexes du fœtus

Ovaires - Absence d'ovaire, un seul ovaire, atrophie des ovaires, ovaires surnuméraires (polyovarie), soudure des ovaires, ectopie.

Oviductes - Absence, imperforation, pavillons multiples.

Utérus - Absence, atrophie uni ou bilatérale, atrésie. Utérus double, cloisonnement.

Vagin - Absence, atrophie, atrésie. Vagin double. Discontinuité avec la matrice. Embouchure rectale. Imperforation.

Vulve - Rétrécissement, soudure des lèvres, absence de clitoris, hypertrophie, clitoris bifide. Embouchure rectale.

Mamelles - Absence de mamelles, polythélie (tétines surnuméraires), polymastie (mamelles surnuméraires). Ectopie.

Annexes - Cordon très court ou absent, trop long, cordon commun à plusieurs foetus. Placenta atypique, hydropisie des enveloppes.

Anomalies des organes génitaux mâles
Testicules

Épididyme, canaux déférents, etc.

Urètre pelvien

Pénis

Testicules - Monorchidie, anorchidie, polyorchidie, synorchidie (soudure). Ectopies.

Épididyme - Absence, bifurcation.

Urètre pelvien - Abouchement rectal.

Pénis - Absence, difformité, absence de prépuce, phimosis, paraphimosis. Bifurcation, hypospadias, épispadias.

Hermaphrodisme
Anomalies du système nerveux
Moelle épinière Spina bifida, amyélie totale ou partielle.
Anomalies encéphaliques Porencéphalie : cavité non accidentelle à la surface des hémisphères cérébraux.

Hydrocéphalie : accumulation de liquide dans les ventricules cérébraux.

Exencéphalie : ectopie de l'encéphale (gradation en fonction de l'importance depuis l'encéphalocèle jusqu'à l'exencéphalie).

Pseudencéphalie : absence partielle de voûte crânienne, cerveau replacé par un tissu vasculaire et caverneux.

Anencéphalie : absence totale de la voûte crânienne et de l'encéphale.

Anomalies

des organes des sens

Olfaction : rhinoschisis (partition), atrésie d'une ou des deux fosses nasales, imperforation, malformation de la cloison, absence de nerf olfactif.

Audition : absence des conques, atrophie, hypertrophie, oreille surnuméraire (oreillon ou auricules), agénésie de l'oreille moyenne et/ou interne.

Vision : anophtalmie, microphtalmie, strabisme, aniridie, colobome oculaire, polycorie, corectopie, synizézis, aphakie, ectopie du cristallin.

Plusieurs sens : cyclocéphalie, otocéphalie.

CRÉATURES OMPHALOSITES
Paracéphaliens Tête encore distincte (bouche, ébauche de nez, d’œil, d'oreille).
Acéphaliens Vestige ou absence de tête, parfois thorax et membres rudimentaires. Parfois réduit au train arrière, ou à une masse sphérique (acéphale-môle ou mylacéphale).
Céphalidiens Masse sphéroïde pourvue d'un orifice buccal, avec mâchoire et dentition. Le reste des organes est concentré dans la masse ou hernié.
Acormiens Pas de corps reconnaissable, ébauche de tête et partie coccygienne seules reconnaissables.
Anidiens Masse globuleuse revêtue de peau et de poils.
CRÉATURES PARASITES
Embryomes Amas amorphe de poils, dents, os, cartilage , tissu musculaire, etc.
Embryome
Embryome (amorphus globosus).

Classification des créatures composées[modifier | modifier le code]

Les créatures composées offrent un très grand nombre de variantes. Dans les cas les plus bénins, il s'agit de deux individus presque autonomes, seulement reliés par un pont anatomique qui peut être réduit chirurgicalement pour donner à chacun son indépendance fonctionnelle. Dans les configurations les plus extrêmes, le sujet peut présenter deux têtes sur un seul corps, deux corps sous une seule tête, ou porter en inclusion son jumeau avorté. Comme pour les créatures unitaires, la nomenclature les distingue en créatures doubles autositaires et en créature doubles parasitaires.

Créatures doubles autositaires[modifier | modifier le code]

Les créatures doubles autositaires se distinguent en quatre variétés : tératopages (deux sujets à peu près complets, unis par un pont anatomique pouvant de situer de la tête au bassin), tératodymes, ou ypsiloïdes (en forme de Y), lambdoïdes (en forme de λ) et xioïdes (en forme de X). Chacune de ces variétés présente de nombreuses variations anatomiques.

Créatures doubles autositaires
Cephalothoracopage
Cephalothoracopage.
Tératopages
Céphalopages Union par la tête.
Ischiopages Union sous-ombilicale.
Pygopages Union dos à dos par la croupe.
Omphalopages Union sus-ombilicale.

Selon le niveau anatomique de la jonction.

Xiphopages
Thoracopages
Sternopages
Ectopages
Déropages
Stomopages
Prosopopages
Craniopages
Ischiopagie ascendante Union sus et sous-ombilicale.
Tératodymes (ypsiloïdes)
Psodymes Double à partir des lombes.
Xyphodymes Séparés au dessus du sternum.
Thoracodymes Séparés au dessus de l'aisselle.
Sternodymes Séparés à partir de la base du cou.
Dérodymes Séparés à partir de la base du cou, avec deux membres supérieurs (au lieu de quatre) pour les deux individus.
Atlodymes Cou unique portant deux têtes.
Iniodymes Deux têtes réunies par l'occipital.
Opodymes Têtes soudées dans la région oculaire (trois yeux au lieu de quatre)
Rhinodymes Deux nez, deux yeux, avec un oeil commun résiduel au milieu de la double face.
Stomodymes Deux bouches.
Splanchnodymes Individu en apparence normal, mais ayant des viscères dédoublés.
Lambdoïdes
Sycéphaliens (janicéphales)
  • Janiceps : Janus parfait (un visage vers l'arrière, un visage vers l'avant).
  • Iniopes (un des deux visages est incomplet).
  • Synotes (ou iniotes), sans face: les deux visages sont fusionnés face contre face, ne restent que les oreilles.
Monocéphaliens (tératadelphes)
  • Déradelphes : une seule tête, avec parfois deux trous occipitaux.
  • Thoradelphes : tête et cou uniques, colonne vertébrale bifurquée au niveau du thorax.
  • Psoadelphes : bifurcation au niveau des lombes.
  • Pelvadelphes : bifurcation au niveau du bassin.
Xioïdes
  • En forme de X : doubles par en haut et par en bas.

Créatures doubles parasitaires[modifier | modifier le code]

Les créatures doubles parasitaires sont constituées par l'union - au moins apparente - d'un autosite et d'un parasite. Isidore Geoffroy Saint-Hilaire les définit comme «une association de deux individus, l'un vivant activement et par lui-même (autosite), l'autre impanté sur son frère et vivant à des dépens (parasite) »[31]

Créatures doubles parasitaires
Epicome.
Epicome.
Hétéropages Xiphophage dont l'un des sujets à arrêté de se développer.
Hétérodymes Parasite réduit à la tête, au cou et un tronçon de thorax, greffé sur l'épigastre de son jumeau.
Hétéradelphes Acéphale ou peracéphale fixé à la face ventrale du sujet porteur.
Épicomes Le parasite, réduit à une tête (et parfois un tronc atrophié) est fixé au crâne de son support.
Polygnathiens
  • Épignathes
  • Hypognathes
  • Augnathes
  • Hypotognathes
Mâchoire en surnombre.
Polyméliens
  • Pygomèles
  • Gastromèles
  • Notomèles
  • Mélomèles
  • Céphalomèles
Membres en surnombre.
Endocymiens
  • Dermocymes
  • Endocymes
Fœtus in fœtu : un sujet rudimentaire enfermé dans le corps d'un autre sujet par ailleurs normal.

Tératologie végétale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tératologie végétale.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La tératogénie, quant à elle, étudie la genèse de ces anomalies.
  2. Le mot proviendrait, selon les sources, du latin « monstrare » (que l'on montre, comme un phénomène ) ou « monere » (qui avertit, comme un présage).
  3. « S'il naît un hermaphrodite, le fils du Palais gouvernera le pays ; si une femme met au monde un enfant qui porte des oreilles comme celles d'un lion, il y aura un roi puissant dans le pays ; s'il a un bec d'oiseau, la paix régnera sur la contrée ; s'il n'a pas de bouche, la maîtresse de maison mourra ; s'il n'a pas de pied, les canaux du pays seront coupés et la maison ruinée ; s'il n'a pas de nez, les désastres s'abattront sur le pays et le maître de maison mourra ; si son anus est fermé, la contrée souffrira de disette. » Cité par Fernand Leroy, Histoire de naître : de l'enfantement primitif à l'accouchement médicalisé, De Boeck Supérieur, 2001, p.147.
  4. Aristote  : « La monstruosité n'est pas contre nature, mais contre ce qui se passe le plus ordinairement dans la nature. Rien ne se produit contrairement à la nature, en tant qu'elle est éternelle et nécessaire ; cela n'arrive que dans les choses qui se produisent ordinairement d'une certaine manière, mais qui pourraient se produire autrement.». Cité par Lesbre, p.10.
  5. "Les centaures n'ont jamais existé. En aucun temps n'a pu vivre un être à double nature, combinaison de deux corps, fait de membres hétérogènes, sans harmonie possible dans les facultés. L'esprit le plus obtus en sera convaincu aisément (...). Ne va donc pas croire que du croisement de l'homme avec la race des bêtes puissent se former et vivre les centaures, non plus que ces monstres marins à ceintures de chiens furieux, les scylles au corps demi-marin, ni enfin tous ces monstrueux assemblages de membres discordants qui n'atteignent pas en même temps dans toutes leurs parties la fleur de l'âge, l'épanouissement des forces, le déclin de la vieillesse, et qui tout entiers ne peuvent brûler du même feu d'amour, ni s'accorder dans leurs mœurs ni se plaire aux mêmes aliments".Lucrèce, De rerum natura (De la nature des choses).
  6. Histoire générale et particulière des anomalies de l'organisation chez l'homme et les animaux.
  7. Histoire naturelle, Ier siècle après J.C.
  8. Il peut glisser dans la matrice un « principe monstrueux » ou remplacer l'enfant par un monstre.
  9. Siamois, doigts surnuméraires, animaux à deux têtes, etc. 
  10. Les Essais, Livre II, chap. 30, Au sujet d’un enfant monstrueux
  11. Préface à la réédition de l'Histoire des monstres d'Ernest Martin, éditions Jérôme Millon, 2002. 322 p.
  12. Ernest Martin, Histoire des monstres: depuis l'antiquité jusqu'à nos jours, Grenoble, C. Reinwald,‎ , 423 p. (lire en ligne), p. 380
  13. %20de%20%20Albrecht%20von%20Haller&f=false De Monstris. « À l'idée d'êtres bizarres, irréguliers, elle substitue celle, plus vraie et plus philosophique, d'êtres entravés dans leurs développements , et où des organes de l'âge embryonnaire, conservés jusqu'à la naissance, sont venus s'associer aux organes de l'âge fœtal. La monstruosité n'est plus un désordre aveugle, mais un autre ordre également régulier, également soumis à des lois ; ou, si l'on veut, c'est le mélange d'un ordre ancien et d'un ordre nouveau, la présence simultanée de deux états qui, ordinairement, se succèdent l'un à l'autre. » Isidore Geoffroy Saint-Hilaire, p.xxiii.
  14. « Étienne Geoffroy Saint-Hilaire a deviné l'embryon sous le monstre : celui-ci n'est rien d'autre qu'un organisme dont le développement s'est interrompu à un stade donné. L'ancienne énigme est résolue : le monstre n'était donc qu'un homme inachevé. » Jean-Jacques Courtine, en préface à l'édition de l'Histoire des monstres d'Ernest Martin, éditions Jérôme Millon, 2002. 322 p.
  15. Recherches sur la production artificielle des monstruosités.
  16. Recherches sur les difformités congénitales chez les monstres, le foetus et l'enfant.
  17. Les affections congénitales.
  18. Traité d'anatomie pathologique.
  19. Article « Tératologie » dans le dictionnaire encyclopédique des sciences médicales de Dechambre de 1875.
  20. Chapitre « Tératogénie » du Traité de pathologie générale de Bouchard.
  21. Série d'articles publiés dans les Archives italiennes de biologie.
  22. Chapitre « Tératologie » de la Pratique de l'art des accouchements de Bar, Brindeau et Chambrelent et Chapitre « Tératologie » du Traité de physiologie normale et pathologie publié sous la direction de G.H. Roger (1927). Il est également l'auteur d'un ouvrage intitulé Tératogenèse (1914).
  23. Thèse d'agrégation sur les progrès de la tératologie depuis Isidore Geoffroy Saint-Hilaire.
  24. Précis de tératologie.
  25. Les anomalies chez l'homme et les mammifères.
  26. Les variations du corps humain.
  27. Précis de tératologie.
  28. ÀVoir cependant la page l'exception notable de l'hérédosyphilis.
  29. La Science des monstres, 1948.
  30. F.X. Lesbre, Traité de tératologie de l'Homme et des animaux domestiques, Paris, Vigot frères,‎ , 342 p.
  31. Cité par Lesbre, p.279.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]