Éric Neuhoff

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Éric Neuhoff
Description de cette image, également commentée ci-après
Éric Neuhoff en dédicace lors du salon du livre de Paris 2017.
Naissance (63 ans)
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Œuvres principales

Éric Neuhoff, né le à Paris, est un journaliste et écrivain français. Il a reçu plusieurs prix littéraires, dont le Prix Prince-Pierre-de-Monaco pour l'ensemble de ses œuvres.

Biographie[modifier | modifier le code]

Éric Neuhoff se révèle comme écrivain au début des années 1980, dans un style néo-hussard, aux côtés de Denis Tillinac, Patrick Besson et Didier Van Cauwelaert.

Il obtient, pour son roman Barbe à papa le prix des Deux Magots en 1996; pour La Petite Française, le prix Interallié en 1997; pour Un bien fou, le grand prix du roman de l'Académie française en 2001; ainsi que pour Costa Brava, le prix Cazes en 2017.

Il participe à l'écriture du scénario du film Les Âmes fortes de Raoul Ruiz. Il écrit également pour Madame Figaro.

En 2003, il publie une biographie de Frank Sinatra, Histoire de Frank, chez Fayard.

Éric Neuhoff a fait partie de l'équipe du Fou du roi, émission menée par Stéphane Bern. Il prend part à la chronique cinéma et littérature de l'émission de radio Le Masque et la Plume sur France Inter.

Il collabore de façon régulière au journal Service littéraire et à l'émission de télévision Le Cercle sur Canal+ Cinéma.

Par décret du 6 avril 2012[1], il est fait chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur.

Il reçoit le Prix littéraire Prince-Pierre-de-Monaco en 2014.

En 2019, il dresse un portrait critique et misogyne du cinéma français contemporain dans le pamphlet (Très) cher cinéma français[2],[3]. Lucile Commeaux de France Culture estime qu'avec ce « court pamphlet déploratif », Éric Neuhoff « idéologise avec éclat le fonctionnement patriarcal du cinéma français, et incarne à lui seul la bonne vieille critique à la papa, dessinant un schéma simple, dont [...] personne n’est complètement dépourvu dans le métier : le réalisateur en prédateur, l’actrice en proie, le critique en pornographe, le spectateur en voyeur »[4].

En février 2020, il est mis en cause par Marine Turchi de Mediapart pour ses propos sexistes récurrents et, dans une moindre mesure, homophobes, transphobes, racistes et relevant du mépris de classe dans l'émission "Le Masque et la Plume" de France Inter[5]'[6].

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Journal officiel du 8 avril 2012
  2. Toulouse. Neuhoff dézingue le cinéma français, ladepeche.fr, 6 septembre 2019
  3. Éric Neuhoff : « Il y a trop de films français », lepoint.fr, 6 septembre 2019
  4. Lucile Commeaux, « Affaire Haenel - Ruggia : que peuvent en dire les critiques de cinéma ? », sur France Culture.fr, (consulté le 13 novembre 2019).
  5. Marine Turchi, « Sexisme et misogynie: plongée dans le «Masque et la Plume», l’émission phare de France Inter », sur Mediapart (consulté le 5 février 2020)
  6. Thibault Roques, « Éric Neuhoff : entre-soi, misogynie et mépris de classe », sur Acrimed,

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :