Frédéric Bonnaud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Frédéric Bonnaud
Naissance (52 ans)
Avignon (Vaucluse, France)
Nationalité Drapeau de la France française
Spécialité Critique de cinéma
Autres activités Animateur de radio
Médias
Pays Drapeau de la France France
Média Presse écrite et radio
Presse écrite Les Inrockuptibles
Radio France Inter (avant 2003-2007)
Europe 1 (2007-2009)
Mouv' (2010-2013)
Télévision Personne ne bouge ! sur Arte

Frédéric Bonnaud, né le à Avignon, est un journaliste et animateur de radio français, ancien directeur de la rédaction des Inrockuptibles et, depuis janvier 2016, directeur de la Cinémathèque française.

Il est le fils de l'historien Robert Bonnaud.

Il est une personnalité du cinéma controversée, notamment pour avoir publiquement soutenu le réalisateur franco-polonais dans le cadre de l’affaire Roman Polanski[1],[2].

Biographie[modifier | modifier le code]

Frédéric Bonnaud, titulaire du baccalauréat, commence sa carrière au milieu des années 1990 comme critique de cinéma dans le magazine Les Inrockuptibles. Il est aussi assistant de Danièle Hibon au département Cinéma de la Galerie nationale du Jeu de Paume. Il débute comme magasinier gestionnaire à l'INA, rue Cognac-Jay[3].

France Inter[modifier | modifier le code]

Sur une suggestion de Bernard Lenoir, il est engagé par France Inter comme chroniqueur cinéma dans l'émission La partie continue animée par Albert Algoud. Il participe également parfois au Masque et la Plume et au Cercle sur Canal Plus.

À la rentrée 2003, Jean-Luc Hees, directeur de France Inter, lui confie la tranche culturelle 18 h-19 h. Durant trois saisons, il anime l'émission Charivari diffusée quotidiennement de juillet 2003 à juin 2006.

La Bande à Bonnaud (2006-2007)[modifier | modifier le code]

De septembre 2006 à juin 2007, il anime sur la même station l'émission La Bande à Bonnaud, avec Sandra Freeman et Arnaud Viviant (des Inrockuptibles), ainsi qu'Hervé Pauchon (reportage-feuilleton se déroulant sur la semaine), et les chroniqueurs Franck Annese, Philippe Collin, et François Simon. D'une durée d'une heure et demie, cette émission permet à un invité (écrivain, photographe, musicien…) de présenter son œuvre ou un ouvrage. À la suite d'un désaccord avec la direction de France Inter, l'émission n'est pas reconduite à la rentrée 2007 et Frédéric Bonnaud est évincé des antennes de Radio France, malgré un mouvement de grève d'autres journalistes de la chaîne[4]. Dans un entretien au Monde en juillet 2007, il dénonce les dérives de la radio publique et regrette que « la direction de France Inter soit obsédée par l'audience »[5].

De Morandini aux Inrocks[modifier | modifier le code]

Pour les saisons 2007-2008 et 2008-2009, Frédéric Bonnaud est chroniqueur sur Europe 1 dans l'émission de Jean-Marc Morandini, pour un billet que la station qualifie de « politiquement incorrect ». L'éditorialiste fait de Nicolas Sarkozy son sujet de prédilection. Chaque fait, chaque parole du locataire de l'Élysée sont une source d'inspiration[6]. Il devient également chroniqueur sur Canal+ Cinéma dans l'émission Le Cercle animée par Frédéric Beigbeder. De septembre 2008 à septembre 2009, Frédéric Bonnaud tient également une chronique dans le journal Siné Hebdo.

En août 2009, il rejoint Guillaume Durand sur France 2 pour participer à son émission L'objet du scandale. Il tient également sur Europe 1 une chronique quotidienne consacrée à la télévision[7].

À la rentrée 2010, de retour sur Radio France, il anime l'émission Plan B pour Bonnaud[8] sur Le Mouv' de 17 h à 18 h. Après avoir été évincé de la grille à la fin de l'année 2013, Bonnaud dénonce « un brusque changement de ligne éditoriale […] La culture que je représente n'est plus la bienvenue sur cette chaîne »[9].

De janvier 2012 à juillet 2018[10], il coanime sur Arte une émission culturelle et décalée Personne ne bouge !, avec Philippe Collin et Xavier Mauduit (à 17 h 45). Frédéric Bonnaud anime l'émission politique En direct de Mediapart, diffusée en vidéo le vendredi soir à intervalles irréguliers sur le site Mediapart ainsi que sur Dailymotion jusqu'en décembre 2015.

Le 18 janvier 2013, il est nommé directeur de la rédaction des Inrockuptibles en remplacement d'Audrey Pulvar[11]. En novembre 2013, il consacre une couverture du magazine à Roman Polanski qui fait polémique auprès d'associations féministes[12]. Pour Bonnaud, le cinéaste a payé d'une « certaine manière son après-midi d'égarement alcoolisé » avec sa victime Samantha Geimer[13]. Après les attentats de novembre 2015, Frédéric Bonnaud fait le choix de mettre en une un dessin représentant le prophète Mahomet, ainsi qu'un texte de l'écrivain Michel Houellebecq sur la liberté d'expression dans ses pages intérieures[14]. En 2005, peu avant la condamnation du réalisateur Jean-Claude Brisseau pour harcèlement sexuel, il avait fait partie des signataires[15] d’une pétition de soutien à ce dernier lancée par Les Inrockuptibles[16]. En novembre 2019, l'actrice Noémie Kocher qui fait partie des comédiennes à avoir poursuivi le réalisateur est revenue sur cette pétition dans un entretien à Mediapart[16] en expliquant qu'elle avait été d’une « violence inouïe » pour elle.

Ses partis pris tranchés en tant que critique peuvent parfois gêner. En 1999, il fait partie des critiques de cinéma épinglés par un texte intitulé « Manifeste des réalisateurs en colère » publié dans le journal Libération[17]. Dans ce texte, des cinéastes reprochent notamment à Frédéric Bonnaud un « plaisir de détruire » les films dans ses articles. L'exemple le plus caricatural et le plus pitoyable se trouve dans Les Inrockuptibles quand quelques mois avant la sortie et sans en avoir vu aucun, Frédéric Bonnaud et Serge Kaganski donnent la liste des films de la rentrée 1996 sous le titre : “Les films qui nous donnent envie de changer de métier”, peut-on ainsi lire dans le manifeste.

En 2011, dans le documentaire Qui veut la peau du critique ?, il s'en prend violemment[18] à l'animateur Ali Baddou en le traitant de « trou du cul » et de « merde » après sa critique négative du Film Socialisme de Jean-Luc Godard[19]. À la suite de la polémique, il finit par lui présenter ses « plates excuses »[20],[21] sur le blog de Jean-Marc Morandini.

Directeur de la Cinémathèque française[modifier | modifier le code]

En décembre 2015, il est choisi pour succéder à Serge Toubiana au poste de directeur de la Cinémathèque française[22]. Dans un entretien au Monde, il confie avoir des « pulsions de transgression »[23].

Le jour de la passation de relais entre l'ex et le nouveau directeur de la Cinémathèque française, une lettre filmée d'une étudiante[24] et ex-employée dénonce les conditions de travail des personnels d'accueil de l'institution[25]. La vidéo qui dénonce un management brutal et des emplois du temps ingérables dépasse les 66 000 vues et déclenche des centaines de commentaires. Frédéric Bonnaud y répond lors d'une interview à France Musique en déclarant[26] : Je pense qu’hôtesse d’accueil, caissier, guichetier ou ouvreuse, ça doit rester des petits jobs d’étudiants, au risque de choquer. Moi, je ne me vois pas signer un CDI à vie pour que quelqu’un vende des billets à la Cinémathèque[27].

Le 6 mai 2016, la Cinémathèque est occupée par une soixantaine de manifestants pour lutter contre le projet de loi travail et la précarisation de l’emploi dans les organismes culturels. Frédéric Bonnaud choisit pour la première fois depuis la création de l’établissement de faire intervenir les forces de l'ordre pour les déloger[28]. « La Cinémathèque française qui était en février 1968 le berceau d'un mouvement social naissant, l'a jeté cette nuit avec l'eau du bain », titre Les Inrockuptibles. Un collectif des précaires des métiers de la culture et ses sympathisants dénonce une « tâche indélébile dans l'histoire de la Cinémathèque française »[29]. Son ancien collègue et ami Jean-Baptiste Morain lui écrit une lettre ouverte en estimant qu'il est insupportable d'admettre que cette institution, avec son histoire et son passé glorieux, chaotiques, mouvementés, voire parfois folkloriques, puisse aujourd'hui adopter en les assumant des méthodes policières et de gestion du personnel proprement de droite[30].

À l'heure de l'avènement des séries et de Netflix, et alors que la profusion de sorties éclipse les grands classiques, il estime que la « cinéphilie ne doit mépriser aucun genre ». « J'essaie de satisfaire les habitués et d'attirer un nouveau public », confie Bonnaud[31] qui promet une prochaine exposition consacrée à Louis de Funès en 2020. « C'est un organisme culturel qui sert à préserver le patrimoine cinématographique mais aussi à le montrer», explique-t-il au sujet de la Cinémathèque au micro d'Europe 1[32] en informant que l'établissement réalise plus de 260 000 entrées par an.

Dans un portrait inattendu diffusé sur Europe 1 en août 2019, Frédéric Bonnaud révèle qu'il est fan de séries télévisées et notamment de Dallas qu'il connaît par cœur mais également du chanteur Michel Sardou[33].

Polémiques[modifier | modifier le code]

En tant que directeur général de la Cinémathèque française, sa programmation et ses propos sont considérés comme sexistes et outranciers par des cinéphiles, universitaires et professionnels du cinéma à l’occasion de quatre affaires.

  • Il crée pour la première fois la polémique en février 2017 en publiant un texte de Philippe Garnier présentant la rétrospective Dorothy Arzner, article dénoncé comme misogyne dans la presse et sur les réseaux sociaux par de nombreux journalistes[34],[35],[36],[37]. Malgré le regard jugé discriminatoire de ce critique, Frédéric Bonnaud continue de l’inviter régulièrement dans l’institution pour programmer et présenter des séances[38],[39],[40]. Il est pointé à l'occasion de cette affaire que la Cinémathèque a organisé moins de sept rétrospectives consacrées à des réalisatrices « sur 293 programmations depuis son installation dans le parc de Bercy en 2006 »[41],[42].
  • En novembre 2017, en pleine affaire Weinstein, Frédéric Bonnaud programme des rétrospectives consacrées aux réalisateurs Roman Polanski, condamné dans une affaire d’abus sexuel sur une mineure, et Jean-Claude Brisseau, condamné pour harcèlement sexuel et agression sexuelle sur trois actrices. Après le tollé suscité par ces hommages organisés en présence des réalisateurs, Bonnaud réagit, alors qu'il est invité de Médiapart le 8 novembre 2017, en dénonçant un « choc totalitaire » orchestré par des femmes qu’il qualifie de « demi-folles »[43],[44]. Évoquant le sort du cinéaste Bernardo Bertolucci[45], il déclare : Je pourrais inviter Bernardo Bertolucci. Eh bien non ! Je ne vais pas l'inviter à Paris pour qu'il se fasse traiter de violeur par des demi-folles alors que c'est un immense cinéaste, en référence à la scène de viol filmée par Bertolucci dans Le Dernier Tango à Paris, entre Marlon Brando et Maria Schneider qui, par la suite, avait sombré dans la dépression, affirmant avoir eu l'impression d'être violée deux fois (par Marlon Brando et par le réalisateur lui-même, ce dernier ayant reconnu par la suite avoir planifié le viol de l'actrice)[46],[47]. Frédéric Bonnaud associe les remises en question de la célébration d'hommes coupables de violences sexuelles à « un retour à l'ordre moral » et une volonté de censure puritaine comparable à celle de « catholiques intégristes »[43]. L’association Osez le féminisme ! et les créateurs de la pétition s’opposant à l’hommage avaient préalablement répété plusieurs fois (notamment à l’antenne de France 5) « que ce n’était pas la présentation de l’œuvre de Polanski qui posait problème, mais bien la venue du réalisateur »[48]. En ouverture de la rétrospective Polanski, Frédéric Bonnaud dénonce à l’égard du cinéaste « des amalgames les plus douteux et les plus injurieux »[49]. Dans un communiqué, la Société des réalisateurs de films lui répond en regrettant que sa gestion de crise ne soit pas à la hauteur des événements[50]. Le 6 mars 2018, des salariés de la Cinémathèque française reprochent à leur tour au directeur de l'institution, à travers un tract anonyme, « des propos insultants sur les femmes » et demandent une « approche incluante et pondérée des sujets complexes »[51]. Ses choix seront aussi moqués et condamnés par des réalisatrices comme Agnès Varda[52] et Coline Serreau[53].
  • En novembre 2017, le réalisateur lituanien Šarūnas Bartas, accusé par deux femmes de harcèlements et d’agressions sexuels, est également programmé à la Cinémathèque[54],[55]. Lors de l'invitation du cinéaste lituanien, l’institution coupe court à toute question gênante selon Libération[56]. Le 3 janvier 2018, Frédéric Bonnaud déclare, en se désignant comme victime, dans un long entretien à Première : Comme du temps du maccarthysme aux Etats-Unis, je me retrouve dans la position de celui qui est poussé à s’autocensurer et à faire extrêmement attention à chacun de ses gestes[57]. À la suite de la parution de l’article « La Cinémathèque pose une chape de plomb sur la question des violences sexuelles », il met en cause de manière virulente un manquement aux règles déontologiques de la part des journalistes de Libération et Mediapart, accusations jugées non fondées, « profondément injustes, parfois diffamatoires » par le directeur éditorial de Mediapart. « La colère est la pire des conseillères et ta lettre vient malheureusement l'illustrer » conclut François Bonnet[58],[59],[60].
  • En novembre 2019, une nouvelle polémique éclate avec la sortie du film J'accuse, réalisé par Roman Polanski après le sixième témoignage d’une femme accusant le cinéaste de viol lorsqu’elle était adolescente[61],[62],[63]. Valentine Monnier dénonce un viol mais aussi le soutien dont le réalisateur a bénéficié de la part du ministère de la Culture[64]. Invité à s'expliquer après la rétrospective qu'il lui a consacré deux ans plus tôt, Frédéric Bonnaud se « mure dans le silence » malgré deux appels et deux SMS, selon l'émission de télévision Quotidien[65], à l'image de l'embarras général du milieu du cinéma face à cette nouvelle affaire[66].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. AFP, « Polanski dans la tourmente après une nouvelle accusation de viol », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  2. Marine Turchi et Iris Brey, « Au fil des ans, cinq adolescentes ont accusé Roman Polanski de violences sexuelles », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  3. Bruno Icher, « Frédéric Bonnaud nommé à la Cinémathèque : “Il faut effacer toute forme d’intimidation culturelle” », sur telerama.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  4. « Bonnaud viré, France Inter en grève », L'Humanité, 28 juin 2007
  5. Martine Delahaye, « Frédéric Bonnaud : "La direction de France Inter est obsédée par l'audience" », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  6. Martine Delahaye, « Frédéric Bonnaud fait sa fête à Sarko », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  7. La chronique télé de Frédéric Bonnaud sur le site d'Europe 1.
  8. Émissions
  9. Laurence Le Saux, « Le Mouv’ privé de Frédéric Bonnaud en janvier », sur telerama.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  10. Jeohan Bonillo, « Personne ne bouge ! (Arte) : le magazine tire sa révérence après 7 ans de bons et loyaux services », sur programme-tv.net, (consulté le 15 octobre 2019).
  11. « Les Inrockuptibles : Frédéric Bonnaud remplace Audrey Pulvar », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 18 janvier 2013).
  12. Pierre de Gasquet, « Polanski se confie dans Les Inrocks », Les Echos,‎ .
  13. Serge Kaganski et Frédéric Bonnaud, « Roman Polanski : "Il me faut des défis, sinon je me fais chier" », sur lesinrocks.com, .
  14. AFP, « "Charlie Hebdo" : "Les Inrocks" publie en une un dessin de Mahomet », sur lepoint.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  15. Archives de listes Rezo.net, « Pétition de soutien à Jean-Claude Brisseau », sur rezo.net, .
  16. a et b Lénaïg Bredoux, « Noémie Kocher, victime de Brisseau: “On a tellement été niées” », sur Mediapart, (consulté le 21 novembre 2019).
  17. Collectif, « Le manifeste des réalisateurs en colère. Texte intégral. », sur liberation.fr, .
  18. « Ali Baddou violemment insulté par Frédéric Bonnaud », sur programme-tv.net, (consulté le 17 novembre 2019).
  19. Julien Mielcarek, « Frédéric Bonnaud insulte violemment Ali Baddou », sur Ozap, (consulté le 17 novembre 2019).
  20. M.C, « Frédéric Bonnaud: "Je présente mes excuses à Ali Baddou !" », sur libre.be, (consulté le 17 novembre 2019).
  21. Jean-Marc Morandini, « Frédéric Bonnaud: "C'était bête d'insulter Ali Badou !" », sur jeanmarcmorandini.com, (consulté le 17 novembre 2019).
  22. Fréderic Bonnaud prend la tête de la cinématheque française, Europe 1, 11 décembre 2015.
  23. Aureliano Tonet et Clarisse Fabre, « Frédéric Bonnaud : « J’ai des pulsions de transgression » », sur lemonde.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  24. Clarisse Fabre, « Un remake du Mépris ébranle la Cinémathèque française », sur lemonde.fr, (consulté le 9 décembre 2019).
  25. Frédérique Roussel et Julien Gester, « Derrière la cinéphilie, le drame des «petites gens» de la Cinémathèque », sur next.liberation.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  26. Vincent Josse, « Frédéric Bonnaud, invité de France Musique », sur rancemusique.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  27. Frédérique Roussel et Julien Gester, « Le mauvais film social continue à la Cinémathèque », sur nextliberation.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  28. Bruno Deruisseau, « Occupée par des manifestants, la Cinémathèque française a été évacuée de force », sur lesinrocks.com, (consulté le 15 octobre 2019).
  29. Les Inrocks, « Droit de réponse à Frédéric Bonnaud et Costa-Gavras de la Cinémathèque française », sur lesinrocks.com, (consulté le 15 octobre 2019).
  30. Jean-Baptiste Morain, « Lettre ouverte à Frédéric Bonnaud, directeur de la Cinémathèque française », sur lesinrocks.com, (consulté le 15 octobre 2019).
  31. Laurent Djian, « Frédéric Bonnaud: "Un cinéphile ne méprise aucun genre" », sur lexpress.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  32. Guillaume Perrodeau, « Frédéric Bonnaud : "Aller à la Cinémathèque, c'est l'amour du cinéma" », sur europe1.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  33. Le portrait inattendu de… Frédéric Bonnaud, « Hélène Marinnaro », sur europe1.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  34. Article non signé, « La Cinémathèque continue d'ignorer les femmes », Les Inrockuptibles,‎ non daté (lire en ligne).
  35. Anne-Laure Pineau, « Cinémathèque française : une rétrospective Dorothy Arzner au parfum rétro-macho », Libération,‎ (lire en ligne).
  36. Johanna Luyssen, « Le cinéma, le sexisme, et les cinéphiles : un cas d’école », @johannaluyssen,‎ (lire en ligne).
  37. Élisabeth Lebovici, « "Couvrez ce genre, que je ne saurais voir" : Tartufferies de la Cinémathèque française », Le Beau Vice,‎ (lire en ligne).
  38. Article non signé, « Figures du policiers dans le cinéma américain des années 160-70 », Le site de la Cinmémathque française,‎ (lire en ligne).
  39. Article non signé, « Rétrospective Sterling Heyden », Le site de la Cinmémathque française,‎ (lire en ligne).
  40. Article non signé, « Discussion avec Philippe Garnier », Le site de la Cinmémathque française,‎ (lire en ligne).
  41. Manon Enghien, « Cinémathèque : Dorothy Arzner dans l’œil du sexisme », Le genre & l'écran,‎ (lire en ligne).
  42. Marie Kirschen, « En 11 ans, il n’y a eu que 6 rétrospectives de réalisatrices à la Cinémathèque », BuzzFeedNews,‎ (lire en ligne).
  43. a et b Lucas Latil, « Rétrospective Polanski : un “choc totalitaire” de “demi-folles” pour Frédéric Bonnaud », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  44. Service cinéma, « Pour le directeur de la Cinémathèque, l’affaire Polanski relève de l’“escroquerie intellectuelle” », sur lesinrocks.com, (consulté le 15 octobre 2019).
  45. Audrey Kuckinkas, « Le patron de la Cinémathèque vole au secours de Polanski "insulté et agressé" », sur lexpress.fr, .
  46. Article non signé, « "Dernier tango à Paris" : Bertolucci reconnaît avoir planifié le viol de la comédienne Maria Schneider », Les Inrockuptibles,‎ (lire en ligne).
  47. Camille Choteau, « Mort de Bernardo Bertolucci : ses regrets concernant Maria Schneider, violée par Marlon Brando dans « Le Dernier Tango à Paris » », Gala,‎ (lire en ligne).
  48. Jacques-Henry Poucave, « Après la polémique Polanski, Frédéric Bonnaud de la Cinémathèque redoute un "choc totalitaire" féministe, et en appelle aux "urgences psychiatriques" », Ecran large,‎ (lire en ligne).
  49. Laurent Carpentier, « Mobilisation féministe contre la venue de Roman Polanski à la Cinémathèque française », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  50. « "La Cinémathèque n'est pas à la hauteur" regrette la Société des réalisateurs », sur lesinrocks.com, .
  51. Laure Murat, Une révolution sexuelles ? : réflexions sur l’après-Weinstein, Paris, Stock, , p. 103.
  52. Laurent Carpentier, « Agnès Varda : “Les féministes ont raison de gueuler !” », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  53. Coline Serreau, « Adèle Haenel : un tournant pour le cinéma ? », BFMTV,‎ (lire en ligne).
  54. Lucille Bion, « Sharunas Bartas, programmé à la Cinémathèque française, est lui aussi accusé d'agressions sexuelles », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  55. Le Figaro, « La Cinémathèque française confrontée à une nouvelle affaire de harcèlement sexuel », sur lefigaro.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  56. Anne Diatkine, « A la Cinémathèque, le cinéaste Sharunas Bartas gardé à l'abri de ses accusatrices », sur nextliberation.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  57. Christophe Narbonne, « Frédéric Bonnaud : “Il convient désormais de s'autocensurer en permanence” », sur premiere.fr, (consulté le 15 octobre 2019).
  58. Manuel Jardinaud, « La Cinémathèque pose une chape de plomb sur la question des violences sexuelles », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  59. Frederic Bonnaud, « Une lettre du directeur de la Cinémathèque », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  60. Anne Diaktine, « Cinémathèque: une lettre d'Anne Diatkine à Frédéric Bonnaud », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  61. Catherine Balle, « La nouvelle affaire Polanski : une Française l’accuse de viol », Le Parisien,‎ (lire en ligne).
  62. Marine Turchi et Iris Brey, « La nouvelle affaire Polanski : une Française l’accuse de viol », Mediapart,‎ (lire en ligne).
  63. Julien Lemaignen, « La nouvelle affaire Polanski : une Française l’accuse de viol », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  64. AFP, « Brigitte Macron a reçu deux lettres de la femme qui accuse Roman Polanski », Le Point,‎ (lire en ligne).
  65. Paul Larrouturou, « La nouvelle affaire Roman Polanski », L'avant Quotidien,‎ (lire en ligne).
  66. Clarisse Fabre, « L’embarras du cinéma face à Roman Polanski », Le Monde,‎ (lire en ligne).

Liens externes[modifier | modifier le code]