Laure Murat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Murat.
Laure Murat
Naissance
Paris, Drapeau de la France France
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Genres

Laure Murat, née en à Paris, est une historienne et écrivain française[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Membre de la maison Murat, Laure Murat est une cousine du 8e prince Murat, et la fille de Napoléon Murat, producteur de films, et d'Inès d'Albert de Luynes, qui a écrit quelques ouvrages.

Autodidacte, elle ne passe son doctorat (en histoire, à l'École des hautes études en sciences sociales) qu'en 2006[2]. Son champ d'études s'étend à l'histoire de la culture, l'histoire de la psychiatrie, les gender studies.

Elle est actuellement professeure au « Département d'études françaises et francophones » (Department of French and Francophone Studies) de l'université de Californie à Los Angeles (UCLA)[3].

Œuvres[modifier | modifier le code]

- Prix Goncourt de la biographie 2001
- Prix de la Critique de l'Académie française 2001[5]
  • Passage de l’Odéon : Sylvia Beach, Adrienne Monnier et la vie littéraire à Paris dans l’entre-deux-guerres, Paris, Éditions Fayard, coll. « Histoire de la pensée », 2003, 368 p. (ISBN 978-2-213-61662-9)
  • « Proust, Marcel, 46 ans, rentier » in La Revue littéraire, no 14, 2005 (ISSN 1766-9693)[6]
  • La loi du genre : une histoire culturelle du troisième sexe, Paris, Éditions Fayard, coll. « Histoire de la pensée », 2006, 464 p. (ISBN 978-2-213-62042-8)
  • L'homme qui se prenait pour Napoléon : pour une histoire politique de la folie, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Hors Série Connaissance », 2011, 382 p. (ISBN 978-2-07-078664-0)[7],[8]
- Prix Femina essai 2011
  • Relire : enquête sur une passion littéraire, Paris, Éditions Flammarion, coll. « Essais littéraires », 2015, 304 p. (ISBN 978-2-08-134728-1)
  • Flaubert à la Motte-Picquet, Paris, Éditions Flammarion, coll. « Essais littéraires », 2015, 96 p. (ISBN 978-2-08-134776-2)
  • Ceci n'est pas une ville, Paris, Éditions Flammarion, coll. « Essais littéraires », 2016
Sous le pseudonyme d'Iris Castor
  • Iris Castor et Zrinka Stahuljak, Zoé, la nuit, Paris, Éditions J.-C. Lattès, coll. « Thrillers », 2010, 240 p. (ISBN 978-2-7096-3024-5)[1]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Philippe-Jean Catinchi, « Laure Murat, exploratrice », sur Le Monde des livres, (consulté le 14 octobre 2011)
  2. Présentation sur le site de l'UCLA
  3. « Laure Murat », sur http://www.french.ucla.edu/ (consulté le 14 octobre 2011)
  4. Alain Bottéro, in Neuropsychiatrie : Tendances et Débats, n°21, 2003, « "L'Homme qui se prenait pour Napoléon", de Laure Murat : l'Histoire en délires », sur http://www.neuropsychiatrie.fr (consulté le 14 octobre 2011)
  5. René Rémond, « Discours sur les prix littéraires. Séance publique annuelle », sur http://www.academie-francaise.fr, (consulté le 27 juin 2013)
  6. Pierre Assouline, « Proust surpris chez Jupien », sur http://passouline.blog.lemonde.fr, (consulté le 14 octobre 2011)
  7. Élisabeth Roudinesco le Monde des Livres, « "L'Homme qui se prenait pour Napoléon", de Laure Murat : l'Histoire en délires », sur http://www.lemonde.fr, (consulté le 14 octobre 2011)
  8. Geneviève Brisac Sens Public, « "Écrire une histoire. Lecture de "L’homme qui se prenait pour Napoléon" de Laure Murat" », sur http://www.sens-public.org, (consulté le 10 novembre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]