Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant les femmes ou le féminisme image illustrant la sexualité ou la sexologie
Cet article est une ébauche concernant les femmes ou le féminisme et la sexualité ou la sexologie.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC), était une association française de loi 1901, créée en avril 1973 dans le but de légaliser l'interruption volontaire de grossesse (IVG) en France[1]. Elle regroupait des militants du Planning familial, du Mouvement de libération des femmes et du Groupe information santé[2]. Le mouvement a été dissous en février 1975 après le vote de la loi Veil autorisant l'IVG, l'objectif du mouvement ayant été atteint[Note 1],[1].

Historique[modifier | modifier le code]

La lutte pour l'avortement a été facilitée avec l'apparition de la méthode de Karman, dite d'avortement par aspiration. Le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception (MLAC) est créé en 1973 après le manifeste des 331 médecins. C'est un mouvement mixte rassemblant médecins et non-médecins, voulant que l'avortement soit exercé à la simple demande de la femme et remboursé par la sécurité sociale, en tant qu'acte médical[3]. Ces deux objectifs seront les piliers de la loi Veil de 1975. Les archives du MLAC sont conservées au Centre des archives du féminisme à l'université d'Angers[4] qui en est propriétaire.

Objectifs[modifier | modifier le code]

En mars 1973, la Charte du MLAC est signée. Les objectifs cités sont : la diffusion d'une information sexuelle, la liberté de la contraception et la liberté de l'avortement[5]. Le mouvement veut créer des centres mettant à disposition des informations sur la contraception, la sexualité et l'avortement. Ces centres seront gérés par les usagers[6].

Organisation[modifier | modifier le code]

L'association s'organise autour d'un comité central et de comités locaux implantés dans toute la France (des groupes sont formés dans les hôpitaux, les universités ou encore dans les entreprises). Ils pratiquent des permanences et des avortements. Le mouvement est présent dans les moyennes et grandes villes. L'ouest et le massif central (de forte tradition catholique) contiennent très peu de comités. À l'inverse, Paris et ses banlieues sont très couverts[1]. Le bureau de l'association, à sa création, est composé de cinq membres :

Actes[modifier | modifier le code]

Le MLAC pratique :

  • L'interruption volontaire de grossesse,
  • L'apprentissage de la méthode de Karman[7]. Le mouvement donne une visibilité à ces actions et une couverture juridique aux pratiquants [6]. Le film Histoires d'A de Marielle Issartel et Charles Belmont contribue à faire connaître l'action du MLAC,
  • L'organisation de voyages collectifs vers Londres ou Amsterdam pour les femmes enceintes de plus de 12 semaines[3]. 248 femmes sur 338, regroupées au centre d’orthogénie de Bayeux, auront recours à cette pratique entre 1973 et 1974[6]. Les voyages s'arrêtent le 10 novembre 1974 lors de la discussion au parlement de la loi Veil.

Pour plus de visibilité, nous voyons par exemple le « Tour de France du MLAC »[6] à l'été 1974. Ce tour se fait dans un car avec des banderoles et des haut-parleurs. Le départ est organisé le 14 juillet au camp de Canjuers. Le 19 juillet, le car s'arrête à Romans et soutient une grève de femmes dans un atelier de chaussures. Le 25 juillet a lieu un arrêt à Besançon et un soutien est organisé autour des ouvrières de LIP. Ce tour de France s’achève le 16 août sur le plateau du Larzac.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Une partie du mouvement a cependant continué son activité pendant plusieurs années, notamment en faisant pression pour l’application de la loi dans les hôpitaux publics.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Michelle Zancarini-Fournel, « Histoire(s) du MLAC (1973-1975) », Clio, no 18,‎ , p. 24 (ISBN 2-85816-706-0, lire en ligne)
  2. « Chronologie - Contraception et IVG, 25 ans après la loi Veil », sur ladocumentationfrancaise.fr, La Documentation française,‎ (consulté le 7 mai 2014)
  3. a et b MONTREYNAUD, Florence, Le XXe siècle des femmes, Paris, Nathan, 1989
  4. Centre des archives du féminisme : [1], .
  5. BIBLIA, Pavard, Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française (1956-1979), Rennes, PUR, 2012, p.172.
  6. a, b, c et d Bibia Pavard, « Genre et militantisme dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Pratique des avortements (1973-1979) », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 29|2009, mis en ligne le 11 juin 2009. URL : http://clio.revues.org/9217 ; DOI: 10.4000/clio.9217
  7. GAUTHIER Xavière, Naissance d'une liberté: avortement, contraception : le grand combat des femmes au XXe siècle,Paris, R.Laffont, 2002

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Monique Antoine, Une histoire du M.L.A.C. - Le féminisme et ses enjeux, 27 femmes parlent, Paris : Edilig, 1988. - P. 243-249.
  • ARGHNIA, Naghette. - Le Mouvement pour la liberté de l'avortement et de la contraception [mémoire de maîtrise]. - Paris : s.n., 1999.
  • BIBIA, Pavard, Si je veux, quand je veux : contraception et avortement dans la société française (1956-1979), Rennes, PUR, 2012,
  • BIBIA Pavard, «Genre et militantisme dans le Mouvement pour la liberté de l’avortement et de la contraception. Pratique des avortements (1973-1979)», Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 29|2009, mis en ligne le 11 juin 2009. URL : http://clio.revues.org/9217 ; DOI: 10.4000/clio.9217 .
  • DEVREUX Anne-Marie et Ferrand-Picard Michèle, 1982, « La libération de l’avortement. Chronologie des événements et des prises de position», Revue française de sociologie, XXIII, juillet-septembre.
  • GAUTHIER Xavière, Naissance d'une liberté: avortement, contraception : le grand combat des femmes au XXe siècle, Paris, R.Laffont, 2002.
  • GUBIN, Éliane (dir.), Le Siècle des féminismes, Paris, les éditions de l'atelier, 2004.
  • LE NAOUR et VALENTI, 2003, Histoire de l’avortement, Paris, Le Seuil.
  • MONTREYNAUD, Florence, Le XXe siècle des femmes, Paris, Nathan, 1989.
  • ZANCARINI-FOURNEL, Michelle, «Histoire(s) du MLAC (1973-1975)», Clio. Histoire‚ femmes et sociétés [En ligne], 18|2003, mis en ligne le 08 février 2005. URL: http://clio.revues.org/624 ; DOI: 10.4000/clio.624

Lien externe[modifier | modifier le code]