Christine Bard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Christine Bard
Image dans Infobox.
Christine Bard en 2016.
Fonctions
Présidente
Archives du féminisme
depuis
Professeure des universités
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse

Christine Bard (née en 1965) est une historienne française spécialiste de l'histoire des femmes, du genre, du féminisme et de l'antiféminisme.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire du Nord, Christine Bard étudie l'histoire à l'Université de Lille III puis prépare sa thèse, sous la direction de Michelle Perrot, à l'Université de Paris 7. Elle travaille sur l'histoire des féminismes en France entre 1914 et 1940[1]. Cette thèse, soutenue en 1993, est publiée sous le titre Les Filles de Marianne, chez Fayard.

En 1995, elle devient maîtresse de conférences en histoire contemporaine à l'Université d'Angers. Entre 2000 et 2005, elle est membre junior de l'Institut universitaire de France, puis nommée membre senior en 2020[2]. En 2004, elle devient professeure à l'Université d'Angers. Elle est membre du laboratoire TEMOS CNRS FRE-2015 (Temps, mondes, sociétés)[3] qui fait suite au Centre de Recherches Historiques de l’Ouest (CERHIO)[4]. Elle a été professeure invitée à l'Université de New York en 2018[5].

Thématiques de recherche[modifier | modifier le code]

Spécialiste de l'histoire de la France contemporaine (XIXe-XXe siècles), Christine Bard consacre ses recherches à l'histoire des femmes et du genre : histoire des féminismes, histoire de l'antiféminisme, histoire des sexualités, histoire du genre en politique, histoire des significations du vêtement, en particulier l'histoire et l'actualité du pantalon et de la jupe comme marqueurs de genre et enjeux politiques[6] ; enjeux historiographiques, mémoriels et archivistiques de l'histoire des femmes et du genre, transmission pédagogique à un public large[7]. Ses recherches ont fait l'objet de nombreuses conférences et publications.

Depuis 2004, elle dirige de nombreuses thèses sur un large spectre de l’histoire des femmes au XXe siècle : féminisme, jeunesse, sport, travail, médias, politique, sexualité vénale, vêtement, art, corps politique, folie[8].

Responsabilités scientifiques[modifier | modifier le code]

Christine Bard fédère les recherches interdisciplinaires sur le genre, à l'Université d'Angers et dans les Pays de la Loire. En 2002, elle organise le colloque Le Genre des territoires[9].

De 2008 à 2017, elle dirige la structure fédérative de recherche SFR Confluences, qui fédère les laboratoires en lettres, langues, sciences humaines, droit, économie et gestion de l'Université d'Angers[10].

Entre 2007 et 2011, elle co-anime l’axe « Genre, jeunes, identités sociales » du Centre d’histoire de Sciences Po. En 2012, le groupement d'intérêt scientifique (GIS) Institut du Genre est créé à l'initiative de l’Institut des Sciences Humaines et Sociales du CNRS. Christine Bard fait partie du premier conseil scientifique de cet institut[11].

Elle pilote le programme de recherche GEDI (Genre et discriminations sexistes et homophobes) (2014-2017) porté par la SFR Confluences et réunissant une centaine de membres[12]. Ce programme a donné naissance à un master Études sur le genre, ouvert en 2017 à l'échelle de l'UBL (Université Bretagne Loire)[13].

Elle participe au projet international SAVIE-LGBTQ (Savoirs sur l'inclusion et l'exclusion des personnes LGBTQ) porté par Line Chamberland (UQAM) à Montréal[14].

Chaque année depuis 2005, elle organise avec Yves Denéchère à l'Université d'Angers le cycle Histoire et mémoire des déportations[15].

Édition scientifique[modifier | modifier le code]

Elle crée en 2004 Musea, musée virtuel d'histoire des femmes et du genre, édité par l'université d'Angers[16]. Elle en dirige le comité scientifique. Elle a notamment conçu deux expositions : Femmes au masculin et Visages du suffragisme français.

Elle publie avec Annie Metz, sous la direction de Valérie Neveu le Guide des sources de l'histoire du féminisme, édité aux PUR en 2006 [17]. Ce guide est mis en ligne et actualisé sur le site des Archives du féminisme[18].

Elle dirige la collection Archives du féminisme aux Presses universitaires de Rennes créée en 2006 (29 ouvrages parus au 10/12/2018)[19].

Elle est membre des comités de rédaction de la revue Clio. Femmes, Genre, Histoire de 1995 à 2005 et de la revue du centre d'histoire de Sciences Po Histoire@politique de 2007 à 2014[20].

Elle fait partie du comité scientifique de la revue Travail, Genre et sociétés[21].

Elle a dirigé avec la collaboration de Sylvie Chaperon le Dictionnaire des féministes France XVIIIe et XXIe siècles publié en février 2017, par les Presses Universitaires de France[22].

Engagements associatifs[modifier | modifier le code]

Elle crée en 2000, l'association Archives du féminisme[23], qu'elle préside. Les Archives du féminisme collectent et valorisent les archives des associations et militantes féministes. Les Archives du féminisme sont à l'origine de la création du Centre des archives du féminisme à la bibliothèque universitaire de Belle Beille à Angers, le [24].

Elle apporte son soutien à la cause féministe et LGBT[22].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Christine Bard est pacsée depuis 2001 avec Corinne Bouchoux, sénatrice (EELV) de Maine-et-Loire[25] de 2011 à 2017.

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Les Filles de Marianne. Histoire des féminismes. 1914-1940, Paris, Fayard, 1995.
  • Les Garçonnes. Modes et fantasmes des Années folles, Paris, Flammarion, 1998.
  • Les Femmes dans la société française au XXe siècle, Paris, Armand Colin, 2001, 2e édition revue, 2003, traduit en allemand : Die Frauen in der französischen Gesellschaft des 20. Jahrhunderts, Bonn, Böhlau Verlag, 2008.
  • Ce que soulève la jupe - Identités, transgressions, résistances, Autrement, 2010, traduit en suédois.
  • Une histoire politique du pantalon, Le Seuil, 2010, édition augmentée avec un post-scriptum en Points Seuil, 2014. Traduit en espagnol, en turc et en russe.
  • Le féminisme au-delà des idées reçues, Le Cavalier bleu, 2012.
  • Les insoumises. La révolution féministe, Le Monde, Collection Les Rebelles, 2013.
  • Christine Bard, Les garçonnes : mode et fantasmes des Années folles, (ISBN 978-2-7467-6287-9 et 2-7467-6287-0, OCLC 1275244246, lire en ligne).

Direction d'ouvrages[modifier | modifier le code]

  • Madeleine Pelletier (1874-1939). Logique et infortunes d'un combat pour l'égalité, Paris, Côté-Femmes, 1992, 209 p.
  • avec Nicole Pellegrin, Femmes travesties : un "mauvais" genre, Clio. Histoire, femmes et sociétés, no 10, 1999
  • Un siècle d’antiféminisme, préface de Michelle Perrot, Paris, Fayard, 1999, 484 p., traduit en espagnol : Un siglo de antifeminismo, Madrid, Biblioteca Nueva, 2000, 413 p.
  • avec Frédéric Chauvaud, Michelle Perrot, Jacques-Guy Petit, Femmes et Justice XIXe-XXe siècles, Rennes, PUR, 2002, 375 p.
  • avec Christelle Taraud, ProstituéEs, Clio, n° 17, 2003, 307 p.
  • Le Genre des territoires, Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2004, 348 p.
  • avec Christian Baudelot et Janine Mossuz-Lavau, Quand les femmes s’en mêlent. Genre et pouvoir, Paris, La Martinière, 2004, 382 p.
  • avec Annie Metz et Valérie Neveu, Guide des sources de l’histoire du féminisme, Rennes, PUR, collection « Archives du féminisme », 2006, 442 p. , prix Barbara Kanner Prize for scholarly excellence in bibliographical work (États-Unis)
  • avec Janine Mossuz-Lavau, Le Planning familial : histoire et mémoire, Rennes, PUR, collection « Archives du féminisme », 2007, 210 p.
  • Femmes et pouvoir, Histoire@Politique, no 1, mai 2007
  • avec Claire Andrieu, Femmes en résistance à Ravensbrück, Histoire@Politique, no 5, mai-août 2008
  • Les féministes de la deuxième vague, Rennes, PUR, Archives du féminisme, 2012
  • avec Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes : France, XVIIIe-XXIe siècle, Paris : PUF, 2017
  • avec Mélissa Blais et Francis Dupuis-Déri (dir.), Antiféminismes et masculinismes d'hier à aujourd'hui, PUF, 2019

Ouvrages collectifs[modifier | modifier le code]

  • avec la collaboration de F. El Amrani et Bibia Pavard, Histoire des femmes dans la France des XIXe et XXe siècles, Paris, Ellipses, 2013
  • avec Bibia Pavard dir., Femmes outsiders en politique, Parlement[s], no 19, 2013
  • avec G. Bertin et L. Guillaud, Figures de l'utopie, hier et aujourd'hui, Rennes, PUR, 2014
  • avec S. Steinberg (dir.), S. Boehringer, G. Houbre et D. Lett, Une histoire des sexualités, Paris, PUF, 2018

Expositions[modifier | modifier le code]

  • Visages du suffragisme français, exposition virtuelle sur Musea (avec Valérie Neveu), en ligne depuis le 1er décembre 2007
  • Femmes au masculin, exposition virtuelle sur Musea, depuis le 8 mars 2005

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bard, Christine, « Les féminismes en France : vers l'intégration des femmes dans la cité (1914-1940) », http://www.theses.fr/,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Institut universitaire de France, « Christine Bard », sur iufrance.fr (consulté le )
  3. « Chercheur.e.s », sur temos.cnrs.fr
  4. « Centre d'histoire de Sciences Po - L'activité scientifique », sur http://chsp.sciences-po.fr/node/68,‎ (consulté le )
  5. (en) « Prospective M.A. Students' FAQs », sur nyu.edu (consulté le ).
  6. Anne-Marie Sohn, « Jupe ou pantalon? », La quinzaine littéraire,‎
  7. Claudine Brelet, Béatrice Didier (dir.), Antoinette Fouque (dir.) et Mireille Calle-Gruber (dir.), Le Dictionnaire universel des créatrices, t. 1, Éditions des femmes, (ISBN 978-2-7210-0628-8 et 2-7210-0631-2, notice BnF no FRBNF43735144), p. 392Voir et modifier les données sur Wikidata
  8. « Christine Bard », sur http://www.theses.fr, (consulté le )
  9. « Christine Bard », sur http://www.fabula.org, (consulté le ).
  10. « Confluences », Confluences,‎ (ISSN 2262-6409, lire en ligne, consulté le ).
  11. « Conseil Scientifique 2012 - 2015 », sur http://institut-du-genre.fr, (consulté le ).
  12. « Genre et discriminations – Genre et discriminations sexistes et homophobes », sur gedi.hypotheses.org (consulté le ).
  13. « MASTER Études sur le genre », sur http://www.univ-lemans.fr, (consulté le ).
  14. « Savoirs sur l'inclusion et l'exclusion des personnes LGBTQ (SAVIE-LGBTQ) | Université Laval », sur vrrc.ulaval.ca (consulté le ).
  15. « Cycle Histoire et mémoire des déportations », sur http://www.univ-angers.fr (consulté le ).
  16. « MUSEA aujourd’hui - A propos », sur musea.univ-angers.fr (consulté le )
  17. Florence, Rochefort, « Christine Bard, Annie Metz, Valérie Neveu (dir.), Guide des sources de l'histoire du féminisme », Clio. Histoire‚ femmes et sociétés/,‎ (lire en ligne, consulté le )
  18. « Le guide des sources », sur http://www.archivesdufeminisme.fr (consulté le )
  19. « Presses Universitaires de Rennes  : Archives du féminisme », sur www.pur-editions.fr (consulté le )
  20. « Christine BARD », Le Cavalier Bleu,‎ (lire en ligne, consulté le )
  21. « À propos de Travail, genre et sociétés | Cairn.info », sur www.cairn.info (consulté le )
  22. a et b Christine Bard (dir.) et Sylvie Chaperon, Dictionnaire des féministes. France - XVIIIe et XXIe siècles, PUF, (lire en ligne)
  23. Archives du féminisme.
  24. Centre des archives du féminisme.
  25. Corinne Bouchoux : « Je suis une sénatrice lesbienne mais je ne dois pas être réduite à ça », Têtu, 25 mai 2012.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]