Madeleine Lazard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Madeleine Lazard a été assistante puis maître-assistant à l’Université Paris Sorbonne-Paris IV, avant de devenir professeur à Paris III. Elle a également enseigné à la faculté des Beaux-Arts à Téhéran (de 1949 à 1951) ainsi qu’à l’université de Californie à Los Angeles (en 1961-1962). Madeleine Lazard est, aujourd'hui professeur émérite de littérature de l'Université Sorbonne Nouvelle - Paris 3. Madeleine Lazard est aussi Présidente honoraire de la Société d'étude du XVIe siècle et Présidente de la Société internationale des amis de Montaigne. Elle est chevalier des Arts et Lettres, officier des Palmes académiques, et citoyenne d’honneur de la ville de Brantôme.

Madeleine Lazard s'est intéressée, notamment, à la situation de la femme à l'époque de la Renaissance. Elle dresse un état très complet de la condition féminine au XVIe siècle. Elle décrit les réussites de certaines femmes (épouses, veuves, prostituées, courtisanes, paysannes, ouvrières, femmes de lettres et femmes de cour) tout en démontrant le côté exceptionnel de ces femmes lettrées et le lot commun de l'ensemble de la population féminine. Madeleine Lazard remet en cause l'idée d'une Renaissance moderne favorable à la femme cultivée. Elle dépeint les parcours de certaines d'entre elles, comme Louise Labé, Marie de Gournay, la reine Margot ou Catherine de Médicis.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Pantagruel, Gargantua, Paris, Hachette, 1977; nouvelle édition 1994.
  • La Comédie humaniste au XVIème siècle et ses personnages, Paris, PUF, 1978.
  • Rabelais et la Renaissance, Paris, PUF, Que sais-je?, 1979.
  • Le Théâtre en France au XVIème siècle, Paris, PUF, 1980.
  • Autour des hymnes de Ronsard, Paris, Champion, 1984.
  • Images littéraires de la femme à la Renaissance, Paris, PUF, 1985.
  • Avec L. Zilli, Le Laquais de P. de Larivey, Critiques, 1987.
  • Michel de Montaigne, Paris, Fayard, 1992 ; deuxième édition 2002. (prix d'Aumale de l'Académie française ; Prix Nouveau Cercle Interallié 1992).
  • Avec Jean Cubelier de Beynac, Marguerite de France, reine de Navarre et son temps, Agen, Centre Matteo Bandello, 1994.
  • Rabelais l'humaniste, Paris, Hachette; 1993 ; deuxième édition sous le titre Rabelais, 2002.
  • Pierre de Bourdelle, seigneur de Brantôme, Paris, Fayard, 1995.
  • Agrippa d’Aubigné, Paris, Fayard, 1998.(prix Bordin de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres).
  • Les Avenues de Fémynie : les femmes et la Renaissance, Paris, Fayard, 2001 (prix Mgr Marcel de l’Académie française ; prix Marianne).
  • Louise Labé Lyonnoise, Paris, Fayard, 2004.
  • Colette, Paris, Gallimard, 2008.
  • Pierre de l'Estoile, Registre-Journal du règne d'Henri III (avec Gilbert Schrenck) édition critique, Genève, Droz, tomes I à VI, 1992 à 2003 (prix Saintour de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres)
  • Un homme singulier, Charles Baudelaire, Paris, arléa, 2010.

Autres[modifier | modifier le code]

  • Joyeusement vivre et honnêtement penser. Mélanges offerts à Madeleine Lazard, Choix d'articles réunis par Marie-Madeleine Fragonard et Gilbert Schrenck, Paris, Champion, 2000, 339 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]