Godfroy Langlois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Godfroy Langlois
God Lang 4606572992 1ba3b3d99f o.jpg
Godfroy Langlois
Fonction
Député de l'Assemblée nationale du Québec
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 61 ans)
BruxellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Parti politique

Godfroy Langlois ( - ) était un homme politique, un journaliste et un avocat québécois. Député provincial de Montréal-Saint-Louis, il était un ardent défenseur du Parti libéral du Québec.

Natif de Sainte-Scholastique, il fait ses études classiques au séminaire de Sainte-Thérèse, au collège de Saint-Laurent et à l'Université Laval à Montréal, où il étudie le droit.

Très tôt, il entre dans le barreau du Québec en 1886, mais s'oriente ensuite vers le journalisme. En 1890, il commence à publier L'Écho des Deux-Montagnes. Anticlérical, le journal est en difficultés et doit changer de nom en 1892 pour s'appeler La Liberté.

Langlois cesse de publier son journal et se joint à la rédaction de La Patrie, où il est rédacteur en chef de 1897 à 1903. Il travaille par la suite pour Le Canada et fonde Le Pays.

Après avoir présidé le Club national de Montréal, il est élu député libéral dans Montréal-Saint-Louis en 1904, 1908 et 1912 sous Simon-Napoléon Parent et Lomer Gouin. Il a travaillé à la légalisation des syndicats et a instauré diverses mesures libérales.

En 1914, il devient le représentant officiel du gouvernement québécois à Bruxelles, capitale de la Belgique. Il garde ce poste jusqu'au 6 avril 1928, date de son décès à l'âge de 61 ans.

Dans Mon encrier, Jules Fournier affirme que Langlois entretenait des liens solides avec la franc-maçonnerie. Son biographe, Patrice Dutil, établit clairement l'appartenance maçonnique de Godfroy Langlois.

Ouvrages publiés[modifier | modifier le code]

  • La République de 1848, 1897
  • Sus au Sénat, 1898
  • L'Uniformité des livres, 1908

Biographie[modifier | modifier le code]

  • Patrice Dutil, L'Avocat du Diable: Godfroy Langlois et le libéralisme progressiste dans le Québec de Wilfrid Laurier, Montréal, Éditions Robert Davies, .

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]