Église Sainte-Ségolène

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Église Sainte-Ségolène
Image illustrative de l’article Église Sainte-Ségolène
Présentation
Culte Catholique romain
Type Église paroissiale
Rattachement Évêché de Metz
Début de la construction XIIIe siècle
Fin des travaux XIXe siècle
Style dominant Néo-gothique
Protection Logo monument historique Classé MH (1981, abside, crypte)
 Inscrit MH (1981, église)
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Moselle
Ville Metz
Coordonnées 49° 07′ 17″ nord, 6° 10′ 49″ est

Géolocalisation sur la carte : Metz

(Voir situation sur carte : Metz)
Église Sainte-Ségolène

Géolocalisation sur la carte : Moselle

(Voir situation sur carte : Moselle)
Église Sainte-Ségolène

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Église Sainte-Ségolène

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Église Sainte-Ségolène

L’église Sainte-Ségolène est un édifice de culte catholique, situé place Jeanne-d’Arc sur la colline Sainte-Croix, dans le quartier de l’Ancienne Ville à Metz. L’édifice fait l’objet d’un classement partiel et d’une inscription au titre des monuments historiques depuis le [1]. Il est classé en totalité depuis le 4 avril 2013.

Contexte historique[modifier | modifier le code]

Plusieurs édifices se sont succédé à l’emplacement de l’église actuelle. Une première chapelle est construite entre 800 et 830[2],[3] dans le quartier d’Aiest habité par de très nombreux vignerons[4]. Une mention de l’église figure de nouveau en 912, dans un cartulaire de l’abbaye de Gorze. Le culte de Sainte Ségolène, une albigeoise ayant vécu au VIIe siècle, arrive très tôt en Lorraine. De la construction primitive, il ne reste qu’une crypte, sous le chœur de l’église actuelle[2] . Au XIIIe siècle, le quartier s’urbanise et l’édifice carolingien se révèle trop petit. On décide donc d'édifier une église plus spacieuse.

Construction et aménagements[modifier | modifier le code]

La nouvelle église, plus vaste, est édifiée dès 1250, dans le style gothique, en même temps que la cathédrale Saint Etienne[2]. De cet édifice, il reste le chœur, les deux absidioles, et les trois premières travées de la nef (cl. M.H.). L’église Sainte-Ségolène est construite en pierre de Jaumont. L’église fut agrandie entre 1470 et 1500 par l’ajout d’un porche gothique flamboyant. Lors des travaux de 1850, on a découvert des restes de fresques des XIIIe au XVIe siècles, qui ont disparu en 1898[4]. D’importants travaux furent en effet entrepris entre 1896 et 1898[5], sous la direction de l’architecte Conrad Wahn. Ils modifièrent totalement l’aspect de l’église : seuls le chœur et les trois premières travées furent conservés en l’état. La nef fut agrandie, la cour supprimée, le porche et le clocher du XVe siècle furent détruits et remplacés par une façade harmonique, comportant trois portails et deux tours à flèches jumelles[6]. L’élégante façade, de style néo-gothique, est inspirée de l’église Sainte-Élisabeth de Marbourg. La statuaire des portails est l’œuvre du sculpteur français Dujardin, déjà connu pour ses sculptures sur la cathédrale Saint-Étienne de Metz. Le portail central, doté d’une porte de bronze, est l’œuvre d’Eugène Vallin de Nancy (1903).

L’inauguration du nouvel édifice eut lieu en 1898[4]. À l’intérieur, le style est caractéristique du gothique messin du XIIIe siècle, style que l’on retrouve à la basilique Saint-Vincent, ou dans les parties basses de la nef de la cathédrale. Des éléments intéressants de l’ancienne église sont encore présents : piliers, fenêtres, chœur à une travée, nefs latérales terminées par des absidioles[4]. Les chapiteaux de l’arc ogif du chœur sont d’une facture remarquable.

Mobilier[modifier | modifier le code]

Deux statues du XVe siècle représentent saint Ferréol et saint Ferjeux, fondateurs de l’église de Besançon au IIIe siècle. Une statue en bois stuqué du XVIe siècle représente sainte Ségolène (cl. MH).

Vitraux[modifier | modifier le code]

L’église possède de nombreux vitraux, dont une précieuse crucifixion et quelques médaillons zoomorphes datant du XIIe siècle. La scène de crucifixion de l’absidiole dédiée à la Vierge (chapelle de la Vierge), au nord, est le plus ancien vitrail de Lorraine. De style rhénan, il représente le Christ en croix, entouré de la Vierge et de saint Jean-Baptiste. La croix, ornée de rinceaux, est encadrée par les symboles archaïsants de la lune et du soleil. D’autres pièces datent du XIIIe siècle, les vitraux des donateurs messins Jean Bataille et son épouse du XVe siècle (c. 1459) —, d’autres vitraux du sont du XVIe siècle et dans le chœur des vitraux du verrier messin Laurent-Charles Maréchal, posés entre 1848 et 1855.

Orgue[modifier | modifier le code]

Orgue construit par la manufacture Dalstein-Haerpfer de Boulay, en 1898. Instrument agréable à jouer, à l’acoustique remarquable. Malheureusement en très mauvais état, faute d’une restauration complète, car l’instrument n’en a en effet jamais subie depuis sa construction

Grand orgue Récit expressif Pédale
Montre 8' Principal 8' Principalbass 16'
Flûte 8' Salicional 8' Bombarde 16'
Viole de gambe 8' Salicional 16' Contrebasse 16'
Dolce 8' Flûte bouchée 8' Soubasse 16'
Cornet 8' Nazard 2 2/3' Octavbass 8'
Bourdon 8' Flûte octaviante 4' Violoncelle 8'
Bourdon 16' Voix céleste 8' Flûte 4'
Praestant 4' Bafson et Hautbois 8'
Rohrflûte 4' Voix humaine 8'
Plein jeu 2 2/3' Trompette harmonique 8'
Doublette
Clairon 4'
Trompette 8'
Basson 16' Tremolo pour G.O.

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Georges Boulangé, « Notes archéologiques. Peintures murales de Sainte-Ségolène. », L’Austrasie, 1853, pp. 197-201.
  • Ernest de Bouteiller, « Restauration de l’église de Sainte-Ségolène », L’Austrasie, 1856, pp. 121-126.
  • A. Huguenin, « Notice historique sur l’église Sainte-Ségolène de Metz » dans les Mémoires de la Société d’archéologie et d’histoire de la Moselle, Rousseau-Pallez, Metz, 1859, 66 p.
  • Charles-Henri Burtin, « Notice historique sur l’église Sainte-Ségolène », Vœu national, 13 avril 1883.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Notice no PA00106834, base Mérimée, ministère français de la Culture
  2. a, b et c Journées européennes du patrimoine 19 et 20 septembre 2009 — 8. Église Sainte-Ségolène, dans Metz Magazine, hors série no 3, 2009, p. 5.
  3. Bibliothèque nationale de Paris : Ms latins 268 ; Évangéliaire de l’Église messine au IXe s. ; folio 145
  4. a, b, c et d Église Sainte-Ségolène sur le site de la mairie de Metz. Consulté le 10 octobre 2009.
  5. http://www.persee.fr/doc/bulmo_0007-473x_1969_num_127_1_7094
  6. Niels Wilcken, Metz et Guillaume II : l’architecture publique à Metz au temps de l’empire allemand (1871-1918), Serpenoise, [détail de l’édition], pp. 114-115