Vol Lufthansa 181

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Vol 181 Lufthansa)
Aller à : navigation, rechercher
Vol 181 de la Lufthansa
Arrivée à l'aéroport Konrad Adenauer le 18 octobre 1977 avec l'équipe du GSG 9 et les otages.
Arrivée à l'aéroport Konrad Adenauer le 18 octobre 1977 avec l'équipe du GSG 9 et les otages.
Caractéristiques de l'accident
Date 13 octobre 1977-18 octobre 1977
Caractéristiques de l'appareil

Le vol 181 de la Lufthansa est un vol qui a été détourné le 13 octobre 1977 par quatre pirates de l'air se revendiquant du Front populaire de libération de la Palestine.

Le vol[modifier | modifier le code]

Le 13 octobre 1977 à 11 heures, le vol Lufthansa LH181, le Landshut décolle de Palma de Majorque pour Francfort avec 86 passagers et cinq membres d'équipage à bord. Le commandant de bord est Jürgen Schumann, avec comme copilote Jürgen Vietor.

Le détournement[modifier | modifier le code]

Environ 30 minutes après le décollage, le vol survole Marseille. Quatre pirates, deux Palestiniens, le chef du commando Zohair Youssif Akache, alias capitaine martyr Mahmud (23 ans), et Suhaila Sayeh (22 ans), et deux Libanais, prennent le contrôle de l'appareil et ordonnent de mettre le cap sur Larnaca à Chypre.

Rome[modifier | modifier le code]

Par manque de carburant, l'avion effectue une escale à Rome en Italie. Agissant de concert avec le groupe Fraction armée rouge (RAF) qui avait enlevé l'industriel ouest-allemand Hans-Martin Schleyer cinq semaines plus tôt, le commando exige la libération de dix membres de la RAF détenus à la prison de Stuttgart-Stammheim ainsi que de deux Palestiniens détenus en Turquie et une somme de 15 millions de $ US. L'avion décolle à 17 h 45.

Larnaca[modifier | modifier le code]

Le Landshut atterri à Larnaca à 20 h 28. Un représentant de l'Organisation de libération de la Palestine, l'OLP, tente sans succès de persuader Mahmoud de libérer les otages. L'avion est ravitaillé et Schumann décolle à 22 h 50 pour Beyrouth. Cependant cet aéroport signale à l'appareil qu'il est fermé et Mahmoud décide qu'ils iraient à Damas qui refuse à son tour l'autorisation d'atterrissage tout comme ensuite Bagdad et le Koweït. L’avion se dirige alors vers Bahreïn.

Bahreïn[modifier | modifier le code]

L'avion étant à cours de kérosène, Bahreïn accepte d'ouvir l'aéroport à l'avion qui y atterrit le vendredi 14 octobre à 1 h 52. Après le ravitaillement le Landshut décolle pour Dubaï.

Dubaï[modifier | modifier le code]

En approchant de Dubaï, l'autorisation d'atterrissage leur est signifiée. En survolant l'aéroport, les pilotes remarquent que la piste était bloquée par des camions et des voitures de pompiers. À court de carburant, Schumann informe la tour qu'il atterrirait de toute façon et à 5 h 40 il effectue un atterrissage sur la piste principale dégagée. Les terroristes demandent à la tour d'être ravitaillés en eau, nourriture, médicaments et journaux. L'avion reste sur la piste à Dubaï jusqu'au lundi 17 octobre à 0 h 20, heure à laquelle il décolle pour Salalah au sultanat d'Oman.

Aden[modifier | modifier le code]

L'autorisation d'atterrissage à Salalah ayant été une fois de plus refusée, l'avion met le cap sur Aden, au Yémen du Sud qu'il atteint à la limite de leur réserve de carburant [réf. souhaitée]. La piste étant également bloquée par des véhicules, l'avion effectue un atterrissage d'urgence sur une bande sablonneuse parallèle aux pistes. Le commandant Jürgen Schumann reçoit l’autorisation de Mahmoud de descendre de l'appareil afin d'inspecter l'état de l'appareil en vue d'un décollage ultérieur. À son retour, Jürgen Schumann, âgé de 37 ans, est froidement assassiné [réf. nécessaire]. L'avion est ravitaillé à 6 heures et le copilote Vietor Jürgen parvient laborieusement à décoller pour la capitale de la Somalie, Mogadiscio.

Mogadiscio[modifier | modifier le code]

À 6 h 22, heure locale, le Landshut fait un atterrissage à l'improviste et parfait à Mogadiscio. Mahmud annonce à Vietor qu'il était libre de quitter l'avion car il n'avait pas l'intention de re-décoller. Cependant Vietor choisit de rester à bord. Le corps de Schumann est jeté sur le tarmac. Un ultimatum est fixé à 16 h 00 et, si les prisonniers ne sont pas libérés à cette l'heure, le commando fera exploser l'avion. Sous la menace, le gouvernement ouest-allemand accepte de libérer les prisonniers, mais annonce au commando que leur transfert à Mogadiscio prendrait plusieurs heures, aussi le commando accepte de prolonger l'heure limite de l'ultimatum à 2 h 30 le lendemain matin.

L'assaut et la libération des otages[modifier | modifier le code]

Les passagers et le personnel navigant de l'avion ont été libérés le 18 octobre 1977 à 2 h 7 par des membres du GSG 9 ouest-allemand associés à des commandos somaliens et à des soldats du Special Air Service britannique. Lors de l'assaut, quatre otages furent légèrement blessés, trois membres du commando tués et la dernière preneuse d'otages, Suhaila Sayeh, légèrement blessée.

Quelques heures plus tard, les ex-otages se sont envolés pour l'aéroport de Cologne-Bonn, où ils ont atterri dans l'après-midi de mardi 18 octobre.

L'avion[modifier | modifier le code]

L'avion détourné est un Boeing 737-230 Adv qui portait le nom de la ville de Landshut en Bavière. Il a été remis en service par Lufthansa après une vérification approfondie quelques semaines plus tard. En 1985, il a été vendu à une compagnie de transport brésilienne. En janvier 2008, la compagnie brésilienne TAF Linhas Aéreas a cessé d'utiliser l'appareil à cause de graves dommages. Le nom de Landshut est encore utilisé par Lufthansa aujourd'hui, actuellement sur un Airbus A330.

Conséquences[modifier | modifier le code]

La nouvelle de la libération des otages a été suivie par la mort des membres de la RAF Andreas Baader, Gudrun Ensslin et Jan-Carl Raspe. Seule Irmgard Möller, autre militante de la RAF, a survécu à ses blessures. L'enquête officielle conclura à des suicides. Le témoignage d'Irmgard Möller appuie la thèse des assassinats. Le 19 octobre, le corps de Hans-Martin Schleyer a été retrouvé dans le coffre d'une voiture dans une rue de Mulhouse. Une autopsie a révélé qu'il avait été tué la veille.

Le détournement au cinéma[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :