Pièce florale

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Diagramme floral)
Aller à : navigation, rechercher
Les pièces florales d'une fleur de Pommier

Les pièces florales sont les différentes parties de la fleur, organe de reproduction des Angiospermes. Les principales pièces florales sont :

Les différentes pièces florales[modifier | modifier le code]

Morphologie de la fleur d'Oxalis acetosella. 1: pétale, 2: sépale, 3: anthère, 4: stigmate, 5: ovaire, 6: fruit, 7: graine.
Les différentes pièces florales

On trouve deux types de pièces florales : les pièces stériles et les pièces fertiles.

  • Les pièces stériles comprennent le pédoncule, la bractée (ou les bractées) et le périanthe. Le périanthe (du grec : peri = autour et anthos = fleur) est constitué des sépales et des pétales.

Le pédoncule définit l'axe de la fleur.

L’ensemble des sépales constitue le calice souvent vert. Ils sont les pièces les plus externes et protègent les fleurs en bouton.

Les pétales forment la corolle très souvent colorée.

Il est à remarquer que si les sépales et les pétales sont identiques, on les appelle alors tépales ; la tulipe en est un exemple.

Si les pétales (respectivement les sépales) sont libres entre eux, on parle de dialypétalie (exemple : la fleur de Piment) (respectivement dialysépalie) et s’ils sont soudés, il y a gamopétalie (exemple : la Campanule) (respectivement gamosépalie).

Dans le cas particulier des Poacées (autrefois appelées Graminées) et des Cypéracées, les bractées sont réduites et non colorées et on parle de glumes et de glumelles.

  • Les pièces fertiles sont regroupées en androcée (du grec : andros = homme, oïkia = maison) pour l'ensemble des pièces mâles c’est-à-dire les étamines et en gynécée (gunê = femme) pour l'ensemble des pièces femelles que sont les carpelles.

Pièces florales et morphologie de la fleur[modifier | modifier le code]

Les pièces florales s’organisent plus ou moins régulièrement autour d’un axe floral. Il existe deux types de symétries florales :

  • les fleurs actinomorphes (aktinos = rayon) ou régulières ont un centre de symétrie, tel le bouton d’or,
  • les fleurs zygomorphes (zygos = couple) ou irrégulières ont une symétrie bilatérale, telle la sauge.


Remarque : chez certaines astéracées (autrefois appelées composées) dites radiées telles que la marguerite ou le tournesol, les fleurs du centre sont actinomorphes tandis que les fleurs en périphérie sont zygomorphes (fleurs ligulées).

Chez les astéracées liguliflores (pissenlit) : toutes les fleurs sont zygomorphes ligulées.

Chez les astéracées tubuliflores (bleuet) : toutes les fleurs sont actinomorphes.

Diagramme floral[modifier | modifier le code]

Exemple de diagramme floral :
1 = axe de l'inflorescence, 2 = bractée, 3 = bractéoles, 4 = sépales, 5 = pétales, 6 = étamines, 7 = gynécée

Un diagramme floral est une représentation schématique de l'organisation des pièces florales d'une fleur. Il a été défini par John Henry Schaffner en 1916[1].

Il permet d'identifier facilement la famille d'une plante.

On représente les différentes pièces florales en position anatomique comme pour une coupe transversale de la fleur de l'extérieur vers l'intérieur (les numéros correspondent au dessin ci-contre) :

  • 1 = l'axe de l'inflorescence, correspondant au pédoncule floral (s'il est absent, on le dessine en pointillés) toujours représenté en haut : avec la bractée, il définit l'axe de la fleur,
  • 2 = la bractée (si elle est absente, on la dessine en pointillés) toujours représenté en bas : avec le pédoncule, elle définit l'axe de la fleur (ce qui est important pour les fleur zygomorphes),
  • 3 = les bractéoles (si elles sont présentes),
  • 4 = les sépales dessinés en forme de croissants de lune évidés,
  • 5 = les pétales dessinés en forme de croissants de lune pleins,
  • 6 = les étamines,
  • 7 = le gynécée dessiné en coupe transversale.

Sur les autres projets Wikimedia :

Formule florale[modifier | modifier le code]

Une formule florale est une description simplifiée de l'organisation des pièces florales d'une fleur.

Sont indiqués :

  • le nombre et l'identité des pièces (S = sépale,P = pétale, E = étamine et C = carpelle),
  • le nombre de cycle par verticille,
  • la fusion ou non des pièces,
  • le type de symétrie de la fleur,
  • la position de l'ovaire (infère ou supère).

Origine des pièces florales[modifier | modifier le code]

Les pièces florales sont considérées comme des feuilles modifiées qui, pour les pièces florales fertiles, sont repliées sur elles-mêmes si on observe les organes reproducteurs (étamines et ovaires).

Récemment, un complexe de gènes à boite MADS a été identifié. C'est la combinaison de l'expression de ces différents gènes qui définit l'identité des différents verticilles floraux. Une mutation dans l'un des gènes de ce complexe entraine un phénotype homéotique, c'est-à-dire le remplacement d'un verticille par un autre. On parle ici d'une homéose florale (Cf. article William Bateson).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) John Henry Schaffner, « A General System of Floral Diagram », Ohio Journal of Science, vol. 16, no 8,‎ juin 1916, p. 360-366 (ISSN 0030-0950, lire en ligne)

Références[modifier | modifier le code]

  1. Schaffner 1916

Voir aussi[modifier | modifier le code]