Tramway de Pithiviers à Toury

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir TPT.
Tramway de Pithiviers à Toury
Ligne de Pithiviers à Toury
Locomotive 030T Blanc Misseron TPT 3-5 au départ de la gare du musée de Pithiviers
Locomotive 030T Blanc Misseron TPT 3-5 au départ de la gare du musée de Pithiviers
Historique
Mise en service 1893 – 1908
Fermeture 1964
Concessionnaires AMTP (à partir de 1966)
Caractéristiques techniques
Longueur 30,613 km
Écartement Voie étroite (600 mm)
Pente ou rampe maximale 10 ‰
Trafic
Trafic marchandises, betterave sucrière, voyageurs
Schéma de la ligne
Schéma de la ligne
LSTR
Ligne d'Étampes à Beaune-la-Rolande vers Beaune
ABZrg LSTRq
Ligne des Aubrais - Orléans à Malesherbes vers Les Aubrais-O.
uKBHFa
DST
Pithiviers
STRrg umKRZu STRrf
LSTRq ABZrf uSTR
Ligne des Aubrais - Orléans à Malesherbes vers Malesherbes
LSTR uSTR
Ligne d'Étampes à Beaune-la-Rolande vers Étampes
uSKRZ-G2u
RD 928
uHST
Orme
uABZlf uABZq+l uSTRlg
uxABZlf uABZlg uSTR
Musée des transports de Pithiviers
uexSTR uSTRlf uSTRrf
uexHST
Bitry
uexBHF
Guigneville
uexBHF
Torville
uexBHF
Grigneville - Guignonville
uexHST
Guignonville
uexBHF
Châtillon-le-Roi
uexBHF
Izy
uexBHF
Bazoches-les-Gallerandes
uexHST
Gueudreville
uexBHF
Outarville
uexHST
Arconville
uexHST
Brandelon
uexABZlf uexKDSTr
Sucrerie de Toury
LSTRq uxmKRZ STRlg
Ligne de Paris à Toulouse vers Paris
uexKBHFe
BHF
Toury
LSTR
Ligne de Paris à Toulouse vers Orléans
Plan du réseau des chemins de fer d'intérêt local du Loiret en 1928, montrant l'implantation de la ligne (en double trait)

Le tramway de Pithiviers à Toury (TPT) est une ancienne ligne de chemin de fer reliant les communes de Pithiviers dans le département du Loiret et de Toury dans le département d'Eure-et-Loir. Un musée des transports a été créé à Pithiviers autour d'un tronçon de ligne préservé.

Historique[modifier | modifier le code]

Ouverte en 1893 et concédée à la société Decauville qui souhaitait établir l'efficacité de ses chemins de fer « portables », la ligne principale reliait en une trentaine de kilomètres (exactement 30,620 km lors de l'ouverture[1]) les deux localités et desservait plusieurs embranchements.

Il existait un trafic voyageurs, par train puis par autorail Crochat. Ce service s'est achevé en 1952.

La proximité de zones de culture des betteraves entraîna un important trafic marchandise vers les sucreries de Pithiviers et Toury.

Cette activité sera la raison d'être de la ligne après la suppression du trafic voyageur. La desserte des sites s'effectuait au moyen d'environ 50 km d'embranchements, longueur variant selon les saisons. Différents producteurs pouvaient investir de façon à faire installer une voie ferrée rejoignant leur exploitation.

Le transport des marchandises a cessé après la saison betteravière en novembre 1964.

Matériel[modifier | modifier le code]

Locomotives à simple expansion[modifier | modifier le code]

  • 2-1, Decauville, 021T
  • 2-2, Decauville, 021T
  • 3-1, Decauville, 030T
  • 3-2, Decauville, 030T
  • 3-3, Decauville, 030T
  • 3-4, Decauville, 030T
  • 3-5, Blanc Misseron, 030T, (282)1902
  • 3-6, Orenstein & Koppel, 030T (8083) 1915
  • 3-10, Hunslet,230T
  • 3-11, Hunslet,230T
  • 3-20, Alco Cooke, 131T, (57148)1917
  • 3-21, Alco Cooke, 131T, (57092)1917
  • 3-22, Alco Cooke, 131T, (57131)1917
  • 3-23, Alco Cooke, 131T, (57156)1917
  • 4-1, Humboldt (1250) 1916
  • 4-2, Shwarkopf (6724) 1918
  • 4-3, Henschel (15545)1917
  • 4-4, Krauss (7463) 1918
  • 4-5, Henschel (15270)1918
  • 4-10, Franco Belge, Raismes, 040T
  • 4-11, Franco Belge, Raismes, 040T
  • 4-12, Franco Belge, Raismes, 040T (2843)1944
  • 4-13, Franco Belge, Raismes, 040T (2844)1944
  • 4-14, Franco Belge, Raismes, 040T (2836)1944
  • 4-15, Franco Belge, Raismes, 040T
  • 5-1, Borsig, 050t
  • 5-2, Schwarkopf, 050t (6744) 1917
  • 5-3, Orenstein & Koppel, 050T (8285)1917

Locomotives compound système Mallet[modifier | modifier le code]

  • 22-1, Orenstein & Koppel
  • 22-2, Decauville
  • 22-3, Decauville
  • 22-4, Decauville
  • 22-5, Orenstein & Koppel (1769)1905
  • 22-6, Orenstein & Koppel
  • 22-7, Orenstein & Koppel

Locomotive Mallet simple expansion[modifier | modifier le code]

  • 33-1, Decauville, 030-030, puis 030-030T

Le musée des transports de Pithiviers[modifier | modifier le code]

À la fermeture du TPT, diverses démarches furent entamées par la FACS et l'AMTUIR en vue de préserver un tronçon de ligne, les installations et plusieurs locomotives. Grâce à un accueil favorable du Conseil général du Loiret, l'exploitation a pu commencer le 23 avril 1966, ainsi que l'ouverture du musée des transports de Pithiviers dans les locaux de l'ancien dépôt.

Les circulations se firent sur un tronçon de 3,2 km entre Pithiviers et les Ormes. Il fut par la suite prolongé vers le bois de Bellébat. L'association du musée des transports de Pithiviers (AMTP) gère le musée et le petit réseau.

Matériel préservé[modifier | modifier le code]

Matériel moteur[modifier | modifier le code]

Numéro TPT Nom Machine Constructeur Année Puissance Numéro série Photo Statut Détenteur Notes
3-5 Le Minihic 030T Blanc-Misseron 1902 282
Blanc-Misseron 030T n°5 de l'AMTP
En service AMTP ex Tramway Paramé-Rothéneuf
Logo monument historique Classé MH (1992)[2]
3-6 030T Orenstein & Koppel 1915 140 ch. 8083 APPEVA A restaurer.
3-20 131T Alco-Cooke 1916 120 ch 57148
Alco-Cooke 131T n°9 à l'APPEVA
A réviser Tacot des Lacs War department light railways.
Logo monument historique Classé MH (1987)[3]
3-22 131T Alco-Cooke 1916 120 ch 57131
Alco-Cooke 131T n°22 de l'AMTP
AMTP War department light railways.
Logo monument historique Classé MH (1992)[4]
3-23 Mountaineer 131T Alco-Cooke 1917 120 ch 57156
Locomotive Mountaineer à Tan-y-Bwlch
En service Ffestiniog Railway War department light railways.
4-12 Pithiviers 040T Franco-Belge 1945 250/300 ch 2843
Franco-Belge 040T n°12 de l'AMTP
En service AMTP Type KDL[5]. Logo monument historique Classé MH (1992)[6]
4-13 040T Franco-Belge 1945 250/300 ch 2844 Attente de restauration CFVO Type KDL.
4-14 040T Franco-Belge 1945 250/300 ch 2836
Franco-Belge 040T n°10 de l'APPEVA
En service APPEVA Type KDL. Logo monument historique Classé MH (1987)[7]
5-3 050T Orenstein & Koppel 1917 195 ch. 8285/HT 2085
050 T Orenstein & Koppel N°12 de l'APPEVA
APPEVA A restaurer. Logo monument historique Classé MH (1998)[8]
22-5 020-020T Orenstein & Koppel 1905 1769 CFT-HR En restauration.
Logo monument historique Classé MH (1999)[9]
AT1 020 Crochat 1922
Crochat 020 n°AT1 de l'AMTP
En service AMTP Automotrice pétroléo-électrique.
Logo monument historique Classé MH (1996)[10]
AT3 020 Decauville-Crochat 1926 STTST Automotrice pétroléo-électrique[11],[12].

Matériel remorqué[modifier | modifier le code]

Au musée des transports de Pithiviers[modifier | modifier le code]

Les matériels suivants sont conservés au musée des transports de Pithiviers :

  • Une voiture V6 du tramway de Pithiviers à Toury de 1892 reconstruite en 1942 et sauvée par M. Guillemont en 1976 chez un ferrailleur de Pithiviers ;
  • Trois baladeuses type Royan sur châssis de couvert Clayton du TPT :
    • B 171, ex K71
    • B 174, ex K74
    • B 106, ex D7
  • Deux baladeuses de type Calvados sur châssis de couvert Clayton du TPT :
    • B 273, ex K 73
    • B 275, ex K 75 ;
  • Un fourgon pour trains de betteraves TPT à deux essieux de 1931 ex TPT Dk53 ;
  • Un couvert Decauville à deux essieux de 1911 ex TPT k30 ;
  • Un couvert Baume & Marpent à deux essieux de 1903 ex TPT (à restaurer) ;
  • Deux couverts à bogies Clayton du TPT.

Dans d'autres lieux[modifier | modifier le code]

Le wagon-tombereau Decauville L355 à Froissy le 23 mai 2010.

Au chemin de fer touristique du Tarn, trois couverts TPT :

  • Le K3 Decauville de 1898, sauvé par M. Bary puis vendu à M. Guillemont ;
  • Un Baume & Marpent de 1903, sauvé par M. Elambert président de l'AMTP, alors qu'il était dans une ferme à Châtillon-le-Roi ;
  • Un fourgon betterave de 1931 type DK sauvé par M. Elambert président de l'AMTP, il était chez un privé à Torville.

Au train de Rillé :

  • Un couvert Pershing sauvé par des amateurs du TPT ;
  • Une draisine à bras.

Au tacot des Lacs :

  • Un couvert Pershing, sauvé par M. Mourot à Estouy ;
  • Un Baume & Marpent de 1903, transformé en remorque agricole sauvé par M. Mourot ;
  • Un fourgon betterave de 1931, DK59, transformé en remorque agricole et sauvé par M. Mourot (mis sur bogies) ;
  • 20 tombereaux à deux essieux dont trois sont transformés en voiture et trois en baladeuse ;
  • un plat M7
  • cinq tombereaux Clayton dont deux transformés en voiture ;
  • Deux bogies (ex voiture TPT ex Cap Ferret).

Au musée provençal des transports de La Barque :

Par ailleurs, sont conservés,

On peut également citer :

  • une caisse de voiture TPT à Boynes sûrement ferraillée ;
  • un couvert un Baume & Marpent de 1903, K15, anciennement au lieu dit La Tuilerie et se trouvant maintenant au dépôt de L'APEMVE ;
  • une caisse de couvert Pershing, anciennement à Escrennes et se trouvant maintenant au dépôt de L'APEMVE.

Infrastructure[modifier | modifier le code]

Le tramway desservait différents arrêts (en italique, arrêts n'autorisant que montée ou descente des voyageurs sans bagage) :

  • Pithiviers
  • Orme
  • Bitry
  • Guigneville
  • Torville
  • Grigneville - Guignonville
  • Guignonville
  • Châtillon-le-Roi
  • Izy
  • Bazoches-les-Gallerandes
  • Gueudreville
  • Outarville
  • Arconville
  • Brandelon
  • Toury

Les gares de Torville, Izy et Bazoches existent toujours ainsi que les grues hydrauliques de Beaulay et Trétinville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

48° 10′ 29.15″ N 2° 14′ 36.68″ E / 48.1747639, 2.2435222