Parc Floral de la Source

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir parc floral et La Source.
Parc Floral de La Source
Image illustrative de l'article Parc Floral de la Source
La source du Loiret
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Commune Orléans
Quartier Orléans-la-Source
Altitude 100 m
Superficie 35 ha
Cours d'eau Loiret
Caractéristiques
Création 1963
Type arboretum, botanique, parc floral
Essences charmes, chênes, cèdres du Liban, séquoias, thuyas géants de Californie, cyprès chauves
Lieux d'intérêts source du Loiret, collection nationale d'iris et de clématites
Gestion
Fréquentation 109 182 (2010)
Protection Jardin remarquable
Lien Internet www.parcfloraldelasource.com
Accès et transport
Tramway A : Université-Parc Floral
Localisation
Coordonnées 47° 50′ 51″ N 1° 56′ 16″ E / 47.8475, 1.937778 ()47° 50′ 51″ Nord 1° 56′ 16″ Est / 47.8475, 1.937778 ()  

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Parc Floral de La Source

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Parc Floral de La Source

Géolocalisation sur la carte : Loiret

(Voir situation sur carte : Loiret)
Parc Floral de La Source

Géolocalisation sur la carte : Orléans

(Voir situation sur carte : Orléans)
Parc Floral de La Source

Le parc floral de la Source est un jardin français situé au Sud de la Loire, dans le quartier de La Source de la ville d'Orléans, le département du Loiret et la région Centre.

Le parc a été créé en 1963 par l’architecte et urbaniste français Louis Arretche[1], il constitue avec 109 182 visiteurs en 2010, le lieu le plus visité du Loiret[2].

La rivière Loiret prend sa source au cœur du parc.

Le site a obtenu le label « Jardin remarquable » du ministère de la Culture et du conseil national des parcs et jardins[3].

Géographie[modifier | modifier le code]

Le parc floral de la Source s'étend sur 35 hectares[4] à une altitude de 100 mètres environ. Il épouse la forme d’un site naturel et est composé d’espaces où se juxtaposent les mondes végétal, minéral et animal.

Sa situation géographique singulière, à la lisière entre le coteau de Sologne et la plaine du Val de Loire, donne à son paysage un relief particulier.

En son centre, après un parcours souterrain de plusieurs kilomètres, émerge la source du Loiret, résurgence karstique de la Loire.

Au rythme des saisons se succèdent les floraisons, d’abord dans les sous-bois puis dans les jardins ou le long des allées, renouvelant ainsi continuellement la physionomie du domaine.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terrain aurait été cédé en 510 aux moines de l'abbaye Saint-Mesmin de Micy par Clovis Ier. À partir de 1427, il appartient successivement à différents seigneurs et familles nobles.

Les premiers grands travaux du jardin, aménagé en jardin à la française, datent du début du XVIIIe siècle. Dans les années 1720, une glacière, une galerie bibliothèque, des statues, des bas-reliefs, une terrasse sont intégrés au jardin.

En 1959, la ville et le département acquièrent les 410 hectares du domaines ; 35 hectares sont réservés pour créer le parc, le reste permettant de créer le quartier de La Source afin de faire renaître l'université d'Orléans.

Le jardin voit le jour en 1963 et devient un parc de détente ainsi qu'une vitrine de l'activité horticole du département[4].

Organisation du parc[modifier | modifier le code]

Le parc floral comprend deux grandes parties : le plateau de Sologne et la plaine du Val de Loire.

Le plateau de Sologne[modifier | modifier le code]

Le plateau est le domaine d'une forêt semi-naturelle de charmes et de chênes. Il se raccorde à la plaine en contrebas par un coteau qui correspond à une ancienne terrasse fluviale de la Loire. Il comprend des enclos animaliers accueillant des espèces comme l'alpaga et le mouton d'Ouessant.

La plaine du Val de Loire[modifier | modifier le code]

Un papillon de la serre aux papillons exotiques

La plaine du Val de Loire a une vocation horticole et florale. Elle accueille le jardin d'iris, la roseraie du Miroir, la vallée des vivaces, le jardin de la Source, la serre aux papillons exotiques, le potager extraordinaire, le jardin des dahlias. On y trouve également des volières présentant des oiseaux de divers continents. On peut également observer la source du Loiret qui donne son nom au département.

Les jardins et équipements[modifier | modifier le code]

Le parc possède plusieurs jardins parmi lesquels le jardin de la source (fougères et rhododendrons), la roseraie, la serre aux papillons et son jardin tropical, le jardin de dahlias et le jardin de rocaille et ses prairies fleuries.

Le jardin d’iris présente une collection d'environ 900 variétés, classée collection nationale végétale spécialisée depuis 1996[5].

Une volière abrite des perroquets et des oiseaux exotiques.

Différents jeux pour enfants sont disponibles.

Manifestations[modifier | modifier le code]

L'entrée du village gaulois des Floralies internationales 1967

D'avril à octobre 1967, les Floralies internationales d'Orléans accueillirent 2 300 000 visiteurs. Le budget global était de plus d'un milliard de francs[6]. D'avril à octobre 1967, Orléans devint la capitale mondiale de l'horticulture : 330 exposants, 700 producteurs venus de 11 pays, 13 000 m² de serres construites spécialement abritèrent des expositions successives sur 35 hectares. Outre l'horticulture, les Floralies comportaient plusieurs attractions dont la reconstitution d'un village gaulois ainsi qu'un temple antique qui ont été détruits par la suite[7].

Autres manifestations : en 1996, voyage en chrysanthèmes et la ronde des fougères ; en 1998, la fête de l'iris ; en 1999, jardins du monde (30e salon du chrysanthème) et le salon international du dahlia et des fruits d’automne ; en 2000, 200 000 bulbes en fleur; en 2001, le parc de tous les enchantements et le monde des nains-ventés ; en 2003, chrysanthèmes recup’art ; en 2006, festival des oiseaux exotiques et orchidées[8] ; en 2007, le festival de l'iris[9].

Fréquentation[modifier | modifier le code]

Le parc a accueilli 109 182 visiteurs en 2010, ce qui en fait le lieu le plus visité du Loiret.

Données relatives aux fréquentations dans les parc et jardins[10]

Année Parc floral Loiret
2007 153 586  ?
2008  ? 173 500
2009 111 039 en augmentation 181 140
2010 en diminution 109 182 en diminution 174 050
2011 en augmentation 126 771 en augmentation 189 900
2012 en diminution 101 502 en diminution 159 400

Pratique[modifier | modifier le code]

L'entrée du site est située sur la route départementale 14. L'accès au parc est possible par l'autoroute A71 : sortie 2, Olivet - Orléans-la-Source ; par la route nationale 20, sortie Saint-Cyr-en-Val - Parc floral ; par le train : gares des Aubrais ou d'Orléans ; par la ligne A du tramway d'Orléans ou la ligne 20 du réseau de bus des transports de l'agglomération orléanaise, arrêt Université-Parc Floral. Les lignes 3, 5, 7 et 8 du réseau d'autocars interurbains du Loiret desservent le quartier d'Orléans-la-Source.

L'entrée au parc floral est payante : 6 € pour un adulte, 4 € pour un enfant de 6 à 16 ans, gratuit pour les moins de 6 ans. Un système d'abonnement valable un an est à 16,50 € pour un adulte. La fermeture des caisses a lieu une heure avant l'heure de fermeture du parc. Des formules d'abonnement et des tarifs de groupe sont proposés[11].

Le parc module ses horaires d'ouverture en fonction des saisons : du 20 mars au 4 octobre, de 10h à 19h ; du 5 octobre au 11 novembre, de 10h à 18h et du 12 novembre au 19 mars, de 14h à 17h. En été, des sessions nocturnes sont mises en place jusqu’à 21h30 avec fermeture des grilles à minuit. Le parc est fermé le 1er janvier et le 25 décembre[11].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Le parc floral de la Source, Rustica, coll. « Les plus beaux parcs et jardins de France »,‎ mai 2006, 94 p.
  • Anne-Marie Royer-Pantin, Orléans, le temps des jardins, Hesse, coll. « Les plus beaux parcs et jardins de France »,‎ 2005, 112 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. G. Cuny, « Parc floral fête l'été », sur www.loiret.com, Conseil général du Loiret,‎ 22 mai 2011 (consulté le 15 juin 2011)
  2. « Chiffres clés », sur www.tourismeloiret.com, Comité départemental de tourisme du Loiret,‎ 2011 (consulté le 13 juin 2011) : bilans touristiques : 2008, 2009, 2010 ; fréquentation des sites et monuments du Loiret ayant accueilli plus de 10 000 visiteurs : 2007, 2008, 2009, 2010
  3. Le parc floral de la Source sur le site du comité des parcs et jardins de France
  4. a et b « Parc floral de la Source », sur www.loiret.com, Conseil général du Loiret (consulté le 15 juin 2011)
  5. « Le parc floral de la Source, édition Rustica », sur www.conservatoire-jardins-paysages.com, Conservatoire des jardins et paysages,‎ décembre 2006 (consulté le 15 juin 2011)
  6. La fine fleur des floralies exposée à Saint-Marceau, La République du Centre, édition Orléans, 18 juillet 2008, p9.
  7. Serge Vassal, « Les Floralies internationales d'Orléans (avril-octobre 1967). Essai de bilan géographique. », Norois, no 62,‎ avril-juin 1969, p. 320-329 (lire en ligne)
  8. « Affiches des manifestations », sur www.conservatoire-jardins-paysages.com, Conservatoire des jardins et paysages (consulté le 15 juin 2011)
  9. Le Parc floral fête l'iris. Conseil général du Loiret, le 18 mai 2007.
  10. « Chiffres clés », sur www.tourismeloiret.com, Comité départemental de tourisme du Loiret,‎ 2011 (consulté le 13 juin 2011) : bilans touristiques : 2008, 2009, 2010, 2011, 2012 ; fréquentation des sites et monuments du Loiret ayant accueilli plus de 10 000 visiteurs : 2007, 2008, 2009, 2010
  11. a et b « Horaires et tarifs », sur www.parcfloraldelasource.com, Parc floral de la Source,‎ 2011 (consulté le 15 juin 2011)