Chemin de fer Froissy-Dompierre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

49° 55′ 24″ N 2° 43′ 45″ E / 49.923333333, 2.729166667 ()

P'tit train de la Haute Somme
CF Froissy - Dompierre
APPEVA
Image illustrative de l'article Chemin de fer Froissy-Dompierre
Locomotive Franco-Belge 040 KDL n°10 et son tender

Pays France
Type d'association loi 1901
Président Alain Blondin
Création APPEVA, en 1970
Train touristique, en 1971
Écartement de voie 600 mm
Ligne exploitée Froissy - Dompierre
Longueur 7 km
Site internet www.appeva.org

Le Chemin de fer Froissy-Dompierre (CFCD) est un chemin de fer touristique et historique, appelé P'tit train de la Haute Somme[1], créé et géré depuis 1971 par l'« Association Picarde pour la Préservation et l'Entretien des Véhicules Anciens » (APPEVA). Il est situé au hameau de Froissy sur le territoire de la commune de La Neuville-lès-Bray, non loin d'Albert dans la Somme.

L'APPEVA propose des circulations touristiques dans des trains constitués de matériel roulant ferroviaire à voie de 600 mm, sur une ligne de 7 kilomètres reconstruite sur la plateforme préservée du réseau ferré de l'ancienne sucrerie de Dompierre, issue des chemins de fer militaires de la Première Guerre mondiale. L'association présente de nombreuses pièces de matériel ferroviaire sauvegardées dans son Musée des chemins de fer militaires et industriels situé sur le site de la gare de départ de Froissy.

Offre touristique[modifier | modifier le code]

Circulation habituelle[modifier | modifier le code]

Un train tracté par la 040 no 8 Vulcan, franchit la D164 en direction de Dompierre.

Le P'tit train de la Haute Somme est exploité, d'avril à fin septembre, les dimanches et les jours fériés, et tous les jours en juillet et août. Il offre la possibilité de faire des promenades d'une heure et demie entre le musée ferroviaire de Froissy et le terminus de Dompierre[2]. Des journées vapeur sont régulièrement organisées[3].

En exploitation habituelle, une des trois locomotives à vapeur, utilisées pour les trains, circule du Musée à Cappy, où une motrice Diesel prend le relais pour le passage par le tunnel et la montée sur le plateau du Santerre jusqu'à Dompierre. Lors des événements, les trois locomotives à vapeur sont mises en fonctionnement, la plus puissante, la Franco-Belge offrant une circulation vapeur des trains de voyageur sur toute la ligne, qui pour des raisons d'exploitation est alors limitée à l'évitement du plateau.

Journées événements[modifier | modifier le code]

L'APPEVA organise régulièrement des journées événements spéciaux, notamment : le trail du P'tit train, en partenariat avec l'Albert Méaulte Aérospatiale Athletic Club (AMAAC) ; les Festivals vapeur ; la journée du patrimoine ou les journées spéciales trains photos[4].

Histoire[modifier | modifier le code]

Plan du réseau exploité par le MRL dans la Somme en 1923
Chemin de fer militaire allemand à voie de 60 de l'Argonne, vers 1915
Carte postale des ruines de Cappy en 1917, montrant une voie ferrée qui est peut-être celle mise en place par l'Armée française, aujourd'hui exploitée par le Chemin de fer Froissy-Dompierre

La ligne est initialement construite par l'Armée française dans le cadre de la Bataille de la Somme, afin de desservir le front. Il s'agit donc d'un chemin de fer de campagne, conçu suivant le système Péchot.

À la fin de la guerre il existe deux réseaux distincts, l'un autour de Roye[5], géré par l'armée française, et l'autre autour de Péronne, géré par les américains du 12e Engineers pour l'armée britannique.

Le Ministère des régions libérées (MRL) créé après la Première Guerre mondiale, pour remettre en état les régions dévastées et y rétablir une vie économique, rachète après l'Armistice les réseaux militaires à voie de 60 cm ainsi que le matériel qui se trouve sans emploi. Les réseaux sont restructurés par le MRL afin de faciliter leur utilisation civile et leur mise en service progressive. En 1919, le kilométrage exploité passe de 152 km au 31 mars à 3 346 km au 31 août.

Parmi ces lignes, qui servent notamment aux transports nécessités par la reconstruction, il faut noter :

Pendant toute cette période, le réseau de Péronne subit de nombreux aménagements pour desservir les localités à reconstruire, il connait son apogée en 1923. Mais dès 1921, des lignes non utilisées sont mises en adjudication pour dépose et des lots de matériel en surplus sont vendus. Le MRL afferma également les lignes ayant un intérêt civil, et, fin 1926 le MRL n'a plus d'activité ferroviaire à voie de 60. Une partie du réseau de la Somme est affermée le avec 20 locomotives et 800 wagons, mais, avec le progrès de la reconstruction et le développement de la traction automobile, l'exploitant cesse son exploitation courant 1928.

Désaffectées durant l’entre-deux-guerres, certaines sections du réseau sont reprises entre 1921 et 1926 par la « Sucrerie centrale du Santerre » (SCS), qui les structura en trois lignes :

  • Dompierre - Barleux
  • Dompierre - Chaulnes
  • Dompierre - Cappy,

avec une traction par les locomotives à vapeur type 040 T d'origine allemande, et un parc de wagons américains se composant de couverts pour le sucre, de citernes pour la mélasse et de tombereaux pour les autres transports. À partir du début des années 1940, des locotracteurs diesel remplacent les locomotives à vapeur pour la traction des trains sucriers.

Seule la ligne Dompierre - Cappy subsiste après 1953 et reste exploitée par la sucrerie jusqu'aux années 1970, en traction diesel. Menacée de disparition la ligne est remarquée par des amateurs qui créent l'APPEVA pour la sauvegarder, ils font circuler le premier train touristique le 13 juin 1971. Durant la saison touristique 1971, près de 5000 voyageurs sont transportés sur un trajet d'un kilomètre environ.

La ligne, est rachetée par l'APPEVA en 1974, lorsque la sucrerie abandonne l'exploitation ferroviaire, puis elle est progressivement reconstruite sur sa longueur actuelle, de 7 km environ, par les bénévoles de l'association, qui constituent également un musée préservant pour présenter l'important matériel sauvegardé. Une grande part, de la collection, est issue des matériels militaires des diverses armées qui se sont affrontées lors de la Première Guerre mondiale, il provient également de chemins de fer de carrières ou industriels. C'est la seule ligne de chemin de fer à voie de 60 cm dont l'origine remonte à la guerre de 1914-1918 et qui existe encore et soit en activité[6].

La ligne est jumelée avec une ligne touristique du Royaume-Uni, le Leighton Buzzard Light Railway.

Ligne Froissy Dompierre[modifier | modifier le code]

La ligne comporte un intéressant tunnel courbe de plus de 200 m de long à Cappy percé en 1927 par la SCS ainsi qu'un ensemble de double rebroussement en "Z", permettant à la ligne de rejoindre le plateau du Santerre. La ligne comprend également deux pont-rail construits par la SCS pour franchir notamment la route de Chuignes.

Plan de la ligne.

Matériel roulant ferroviaire[modifier | modifier le code]

Locomotives vapeur[modifier | modifier le code]

L'APPEVA dispose de neuf locomotives à vapeur, dont trois en état de marche, et certaines classées monument historique et de 24 locotracteurs. L'APPEVA pratique aussi des échanges avec d'autres associations, ainsi en 2009 la Decauville 030T est allée circuler au Royaume-Uni sur le Leighton Buzzard Light Railway

Locomotives vapeur utilisées pour les trains touristiques
Numéro CFCD Machine Constructeur Année Photo Puissance Numéro série Notes
5 030T DECAUVILLE Decauville 1916
020 T no 5 Decauville
50 ch. 1652 Type 17 Logo monument historique Classé MH (1987)[7]
7 040+T BORSIG "Geneviève" Borsig 1918
040 no 7 DFB
50 ch. 10334 Type DFB[8]
10 040+T KDL[9] Sté Franco-Belge 1945
040 no 10 KDL
250/300 ch. 2836 Type KDL 11 Logo monument historique Classé MH (1987)[10]
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir
Autres locomotives vapeur sauvegardées
Numéro CFCD Machine Constructeur Année Photo Puissance Numéro série Notes
3 030T DECAUVILLE Decauville 1928
030 T no 3 Decauville
50 ch. 1825 En présentation musée
4 040T KRAUSS Krauss 1917
040 T no 4 DFB
70 ch. 7373 / HF 1599 Type DFB[8]. En réserve
8 040+T VULCAN Vulcan-Werke 1925
040 no 8 Vulcan
150/180 ch. 3852 Locomotive provenant d'Allemagne.

Restauration en cours Logo monument historique Classé MH (1987)[11]

11 030T ORENSTEIN & KOPPEL Orenstein & Koppel 1915 100 ch. 8083 À restaurer
12 050T ORENSTEIN & KOPPEL Orenstein & Koppel 1917
050 T no 12 Orenstein & Koopel
195 ch. 8285 / HF 2085 À restaurer Logo monument historique Classé MH (1998)[12]
13 040T ORENSTEIN & KOPPEL Orenstein & Koppel 1918
040 T no 13 DFB
70 ch. 8627 / HF 2199 Type DFB. Prêt de l'AMTUIR. En présentation musée

La Krauss 040T DFB de 1917 a perdu son timbre à la fin de 2007. La prochaine locomotive vapeur à être remise en service par l'APPEVA est la 040 VULCAN de Vulcan-Werke (1925), les travaux ont commencé.

Quatre machines ont quitté le réseau début 2012 (020T HENSCHEL "Floralie", 020T NEUMEYER de 1922, 040T HENSCHEL DFB de 1917, 131T ALCO-COOKE de 1917)[13].

Locotracteurs diesel[modifier | modifier le code]

  • Locotracteur Coferna "Tatra" T 24 de 1941 (assure l'exploitation touristique en titulaire) ex SCS (Dompierre)
  • Locotracteur Coferna "Iveco" T 25 de 1941 (assure l'exploitation touristique en réserve) ex SCS (Dompierre)
  • Locotracteur Billard "Bourron" T 21 de 1937 ex Sablières de Bourron
  • Locotracteur Orenstein & Koppel T 22 de 1960
  • Locotracteur Plymouth T 23 de 1946 ex SCS (Dompierre en Santerre)
  • Locotracteur Socofer T 28 et 29 de 1968 ex Armée (le T 29 assure une partie des maneuvres et une partie des trains de travaux)
  • Locotracteur Etablissements Billard T 30 et 31 de 1958 ex armée (le T 31 assure une partie des trains de travaux)
  • Locotracteur Baldwin Locomotive Works T 33 de 1917 ex Ets Chambon à Durtol (donné à l'APPEVA)
  • Locotracteur Plymouth Locomotive Works T 34 et 35 de 1939 ex Cimentrie de Cantin (le T 34 assure une partie des trains de travaux, le T 35 est présenté dans le musèe.)
  • Divers locotracteurs industriels (Deutz, Simplex, Decauville) des années 1920-1930.

Voitures & wagons[modifier | modifier le code]

Voitures[modifier | modifier le code]

  • Baladeuses à bogies construites sur châssis Pershing ex-SCS (Dompierre): - En Service (4 exemplaires, entrent dans la composition des rames) (Petit modèle : VB 02 et 03 ; Grand modèle : VB 01 et 04)
  • Baladeuse à essieux sur châssis Decauville: - En Service (1 exemplaire, en réserve) (VB 11)
  • Voitures semi-ouvertes à bogies (dites "Baignoires"): Construction APPEVA sur châssis Pershing ex SCS. - En Service (2 exemplaires, entrent dans la composition des rames, ces voitures ne possédaient pas de toit de 1971 à 1998, d'où leur nom... (couvertent durant l'hiver 1998-1999)) (VD 01 et 02)
  • Voitures fermées à plate-forme centrale (dites "Rouges"): Construction APPEVA sur châssis Pershing ex SCS. - En Service (2 exemplaires, en réserve) (VF 03 et 04).
  • Voitures fermées à plate-forme d'extrémité (premier modèle) (dites "Vertes"): Construction APPEVA sur châssis Pershing ex SCS. - En Service (1 exemplaire, en réserve) (VF 111).
  • Voitures à portières latérales: Construction intégrale APPEVA sur modèle châssis Pershing. - En Service (2 exemplaires, entrent dans la composition des rames) (VF 01 et 02)
  • Voitures à plate formes d'extrémité (second modèle): Construction intègrale APPEVA sur modèle châssis Pershing. - En Service (2 exemplaires, entrent dans la composition des rames) (VF 11 et 12)
  • Voitures mixte-fourgon à plate forme d'extrémité: Construction APPEVA sur châssis Pershing ex SCS. - En Service (2 exemplaires, entrent dans la composition des rames) (VM 01 et 02)
  • Voiture à portières latatérales: Construction intégrale GIRAGR sur châssis de tombereau Decauville. - En Service (1 exemplaire, en réserve) (VF 21)

Wagons[modifier | modifier le code]

Le wagon tombereau Decauville L355 à Froissy le 23 mai 2010.
  • Fourgon à bogies Pershing ex Sucrerie Centrale du Santerre (Dompierre) - En Service (Lot de 21 à l'origine, 1 exemplaire au Musée et 12 exemplaires en service dont un en teinte bois verni)
  • Fourgon à bogies Pershing ex Sucrerie Centrale du Santerre (Dompierre), ex voiture à plates-formes d'extrémité, transformée en fourgon à vélos. - En service
  • Fourgon à essieux Decauville ex Sucrerie de Maizy (Aisne) - En service lors de trains marchandises.
  • Tombereau à bogies type "Class D" Clayton à bords abattants ex réseau MRL - En Présentation Musée.
  • Tombereau à essieux Decauville (bois ou mettalique) et Orenstein und Koppel (bois) ex industrie. - En service lors des trains marchandises.
  • Tombereau à bogies type "DFB" Linke-Hoffman. - A Restaurer
  • Tombereau à bogies Pershing ex SCS (Dompierre). - En service lors des trains marchandises.
  • Plate-forme à bogies Clayton Hudson. - En Service
  • Plate-forme à bogies "Modèle 1888 Système Péchot" De Dietrich ex armée française jusqu'en 1985. - En Service (Lot de 32, dont 23 en réserve, 7 en service lors des trains marchandises et 2 en présentation Musée)
  • Plate-forme à bogies "Modèle 1915" Decauville ex armée française jusqu'en 1985. - En service lors des trains marchandises.
  • Plate-forme à bogies Pershing ex SCS (Dompierre) - En Service
  • Citerne à bogies Clayton Hudson. - En service lors des trains marchandises.
  • Citerne à bogies, mariage châssis Pershing et citerne Clayton Hudson. - A Restaurer.
  • Citerne à bogies Pershing, reconstitution de l'APPEVA d'une des citernes de la sucrerie Ternyck de Coucy-le-Château. - En service lors des trains marchandises.
  • Wagon à bogies porte-grumes Clayton Hudson. - En Présentation Musée
  • Wagon grue à essieux construit par les Ets Aberlem à Noyon (Oise). - En Présentation Musée.

Matériel et Véhicules divers[modifier | modifier le code]

  • Divers wagonnets Decauville, COMESSA, ex-Cimenterie de Cantin, Carrière de pierre de Cappy.... - En service lors des trains d'animation.
  • Divers wagonnets de mine (berlines de charbon et de mineurs) ex HBNPC et Lorraine. - En service lors des trains d'animation.
  • Berlines à ballast ex HBNPC. - En service lors des trains de travaux.
  • Wagonnet de chantier à essieux construit par le CFCD en 1981. - En service lors des trains de travaux.

Musée[modifier | modifier le code]

Le Musée des chemins de fer militaires et industriels, situé à la gare de départ du hameau de Froissy, sur la commune de La Neuville-lès-Bray, regroupe une vaste collection de matériels à voie de 60 cm, locomotives à vapeur, locotracteurs et wagons, dans un bâtiment de 1 800 m² inauguré en 1996.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Site APPEVA page accueil lire (consulté le 30/08/2009).
  2. Site APPEVA page horaires des circulations lire (consulté le 30/08/2009).
  3. Site APPEVA page journée vapeur lire (consulté le 30/08/2009).
  4. Site APPEVA page Événements spéciaux lire (consulté le 30/08/2009).
  5. De Roye trois lignes partaient vers Ham et le département de l'Aisne, Noyon et le département de l'Oise et Montdidier. Ce réseau cessa toute activité en juillet 1922.
  6. Source : panneaux d'information du musée de Froissy & article de Willy Deleu.
  7. « Notice no PM80001567 », base Palissy, ministère français de la Culture
  8. a et b Deutsche Feldbahn
  9. Kriegsdampflokomotive
  10. « Notice no PM80001566 », base Palissy, ministère français de la Culture
  11. « Notice no PM80001565 », base Palissy, ministère français de la Culture
  12. « Notice no PM80001622 », base Palissy, ministère français de la Culture
  13. FROISSY La vente est allée bon train - Le Courrier picard - Aude Collina - 2 février 2012

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Un petit train dans la Somme, le chemin de fer touristique Froissy - Cappy - Dompierre », par Willy Deleu, La Vie du Rail, no 1347, 18 juin 1972.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]