Système de classification de Hynek

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La classification de Hynek est une méthode de classification des observations d'ovni. Elle a été proposée en 1972 par l'astronome américain J. Allen Hynek, dans son livre The UFO Experience: A Scientific Study[1].

Échelle originelle[modifier | modifier le code]

Le système est le suivant, du cas le plus banal au plus exceptionnel :

  • Lumières nocturnes (NL) : le ou les témoins voient juste une ou plusieurs lumières dans le ciel nocturne à plus de 150 mètres de distance, qui leur paraissent anormales.
  • Disques diurnes (DD) : le ou les témoins voient un ovni lointain. Contrairement à ce que le nom peut faire penser, l'ovni en question n'a pas forcément la forme d'un disque. On qualifie de DD tout ovni vu le jour à une distance supérieure à 150 mètres (Observation d'Antananarivo par exemple).
  • Radar-optique (RV) : l'ovni est vu à la fois en visuel et sur un ou plusieurs écrans radars, comme dans le cas de l'incident de Téhéran en 1976.
  • Rencontre rapprochée du 1er type (RR1) : le ou les témoins voient un ovni, quel qu'il soit, à moins de 150 mètres.
  • Rencontre rapprochée du 2e type (RR2) : l'ovni laisse des preuves matérielles, comme des traces au sol (Cas supposé de Trans-en-Provence en 1981 par exemple). Certains pensaient que les cercles de récolte entraient dans cette catégorie.[réf. nécessaire]
  • Rencontre rapprochée du 3e type (RR3)[2]: le ou les témoins voient un ovni et ses occupants, ou seulement les prétendus occupants d'un ovni sans ce dernier C'est cette classification qui a donné . La rencontre de Kelly-Hopkinsville et la rencontre de Valensole sont classées en RR3.[réf. nécessaire]

Apports ultérieurs[modifier | modifier le code]

D'autres ufologues [Lesquels ?] ont par la suite ajouté d'autres types :

* Rencontre Rapprochée du 4e type (RR4) : le ou les témoins prétendent avoir été enlevés par les occupants d'un ovni. Il y a deux types de rencontre RR4 :
    • Dans une « RR4 de classe 1 », les victimes sont non consentantes et peuvent éprouver une déformation grave de la réalité, des trous de mémoire, des symptômes caractéristiques du traumatisme du rapt tels que la crainte et l'inquiétude, des effets physiologiques comme la paralysie et une désorientation dans le temps et l'espace. Le cas de l'enlèvement Hill est le plus célèbre.
    • Les « RR4 classe 2 », bien que techniquement qualifiés d'enlèvement, sont des cas où le témoin suit volontairement l'entité.
  • Rencontre Rapprochée du 5e type (RR5) : le ou les témoins prétendent être entrés en communication avec les occupants d'un ovni. Parmi ceux-là, certaines personnes prétendant avoir vécu une RR5 sont considérés par certains être des affabulateurs. George Adamski et Claude Vorilhon, fondateur de la secte des Raéliens, prétendant avoir été contactés par des extraterrestres.
  • Rencontre Rapprochée du 6e type (RR6) : Un ou plusieurs témoins (ou animaux) sont tués par un ovni ou ses occupants. Les cas de mutilations de bétail qui ne trouvent pas d'explication rationnelle sont souvent imputés à une RR6.
  • Rencontre Rapprochée du 7e type (RR7) : Le ou les témoins ont un rapport sexuel avec les occupants d'un ovni, à l'intérieur ou à l'extérieur de celui-ci. Il y a deux types de rencontre RR7 :
    • Les « RR7 de classe 1 », où les victimes sont non consentantes et éprouvent des symptômes caractéristiques d'un viol.
    • Les « RR7 de classe 2 », où le témoin a un rapport sexuel consenti avec l'entité. Ces derniers cas sont rares et souvent qualifiés d'affabulation.

[réf. nécessaire]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Edition française : Les objets volants non identifiés mythe ou réalité ?, J'ai lu, 1979 (ISBN 2-277-51327-X)
  2. C'est cette classification qui est à l'origine du titre du film de Steven Spielberg Rencontres du troisième type

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]