Reptile humanoïde

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les reptiles humanoïdes sont des créatures représentées comme des reptiles à l'allure humaine. Ils sont connus sous différents noms : reptiliens, reptoïdes, dinosauroïdes, hommes-lézards, saurials, reptites, draconiens, voire dragons.

Le reptile humanoïde est une figure qui se retrouve dans différents mythes et légendes, ainsi que dans la culture populaire. Certains partisans de la théorie du complot pensent que ces créatures existent bel et bien et qu'elles œuvrent dans l'ombre dans le but de manipuler l'espèce humaine.

Mythologie[modifier | modifier le code]

On retrouve des reptiles humanoïdes dans les différents mythes et légendes, par exemple l’histoire de la fée Mélusine[1]. Ce sont souvent des créatures mi-humain et mi-serpent. On rencontre aussi des formes de dragons humanoïdes dans les cultures asiatiques. Bien que créature fantastique, le dragon est considéré comme un reptile. Les serpents, dragons ou autres noms pour désigner un même genre, ont toujours désigné des êtres de pouvoir (des dieux) ou des initiateurs, apportant quelque chose à l'homme présupposé inférieur ou soumis.

Science[modifier | modifier le code]

Photographie de maquette de dinosauroïde.
Dinosauroïde.

Une théorie scientifique émise en 1982 par le paléontologue Dale Russell, basée sur sa découverte, du premier crâne de sténonychosaure[2], évoque les reptiles humanoïdes, appelés aussi les dinosauroïdes. Selon sa théorie, l'espèce dominante sur la planète Terre aurait été une évolution des dinosaures, et non les humains (des mammifères), si les dinosaures n’avaient pas disparu[2].

Ufologie[modifier | modifier le code]

Brad Steiger est le premier ufologue à avoir parlé des extraterrestres de type reptilien dans son livre les Soucoupes Volantes sont hostiles en 1967.

Anton Parks a décrit la genèse des reptiliens Annunakis dans ses livres. Ils auraient fondé la civilisation de Sumer[3]. R.A. Boulay le rejoint dans son analyse[4].

Théorie du complot[modifier | modifier le code]

L’auteur David Icke a affirmé que des reptiliens changeurs de forme, issus d’une lignée hybride humains-reptiles tirant leur origine de l’ancienne Babylone, gouvernent notre planète en secret. L’auteur a popularisé le thème du reptile humanoïde. De plus cette espèce a la rumeur de se nourrir d'homme, dont elle puise sa force et son éternité. Le complot est donc une sorte d'invasion, une domination, dans le simple but de parfaire une nouvelle espèce.

L’auteur John Rhodes pense lui que les reptiliens sont issus du système de cavernes et galeries souterraines présentes sous la terre où les reptiliens se seraient réfugiés après une grande catastrophe[5].

Plusieurs auteurs, dont Fritz Springmeier et Don Bradley, les identifient aux Nephilims mentionnés dans le Livre d'Enoch et la Bible[6].

Les mythologies ufologiques et New-Age se réfèrent volontiers au mystérieux suédois Ole K. présenté comme l'auteur, le 8 janvier 2000, d'une très longue interview d'une reptilienne souterraine, nommée Lacerta, se proclamant représentante du premier peuple intelligent autochtone de la terre[7],[8]. Tout en nous assurant de ses intentions pacifiques, elle témoigne du profond mépris de son espèce pour les humains, nouveaux venus bricolés génétiquement pour rester stupides et ignorants mais vigoureux et habiles, par des aliens qui reviendront pour en faire des esclaves. Au milieu d'autres révélations menaçantes, elle dénonce également un complot de nos gouvernants, au profit d'une des quinze autres races extraterrestres se promenant incognito dans nos villes et nos campagnes.

Culture populaire[modifier | modifier le code]

On trouve les reptiles humanoïdes dans la culture populaire. En raison de l'aversion courante des gens pour les reptiles, ils sont souvent présentés de façon négative et comme des antagonistes, mais il existe quelques exceptions notables, où ils sont parfois présentés comme une espèce antique et souvent sage.[réf. nécessaire]

Littérature[modifier | modifier le code]

Robert Howard et Conan le Barbare[modifier | modifier le code]

Dans l’œuvre de Robert E. Howard, d’où le personnage de Conan est tiré, on trouve plusieurs hommes-serpents. Dans la nouvelle Le Royaume des chimères (The Shadow Kingdom, 1929), le royaume atlante, dirigé par le roi Kull, est infiltré par des hommes-serpents à l’apparence humaine. Lorsque le roi atlante les tue, cela annule le camouflage magique ; le visage devient flou un instant avant de révéler sa véritable nature, une tête de serpent qui apparaît. Dans la nouvelle de Conan Le Peuple du Cercle Noir (People of the Black Circle, 1934), Conan affronte un sorcier qui a le pouvoir de se transformer en serpent géant[9].

Harry Potter[modifier | modifier le code]

Dans la littérature, Harry Potter évoque le thème des reptiliens à plusieurs occasions :

H.P. Lovecraft[modifier | modifier le code]

Dans plusieurs nouvelles précédant le mythe de Cthulhu, en particulier La Cité sans nom et Celui qui hantait les ténèbres, on retrouve cette idée d’hommes-reptiles ayant plus ou moins cohabité avec la civilisation atlante après le départ des Grands Anciens. On les rencontre par la suite chez certains auteur du mythe comme August Derleth, où on apprend qu’ils auraient pour origine la contrée mythique de Valusia, idée empruntée à Robert E. Howard.

Edgar Rice Burroughs[modifier | modifier le code]

Le Cycle de Pellucidar d’Edgar Rice Burroughs raconte l’histoire d’une exploration de la terre creuse où vivent les Mahars. Il s’agit du peuple dominateur de Pellucidar, une espèce reptilienne descendant des anciens rhamphorhynchus de l’ère jurassique, qui a toujours la capacité de voler. Ce peuple est seulement composé de femelles qui ont acquis le pouvoir de se reproduire elles-mêmes par un procédé chimique. Elles vivent dans des cités souterraines et leurs esclaves sont des humains qui leur servent éventuellement de nourriture.

A.N.G.E. de Anne Robillard[modifier | modifier le code]

Dans ses romans québécois A.N.G.E., l'écrivain Anne Robillard met en scène les Reptiliens, qui dirigent la terre en gardant les humains dans l'ignorance. Vivant par le passé sous terre, ils sont forcés de remonter à la surface à cause de la pollution de la terre par les insignifiants humains. certaines branches de ce peuple forment des races dites pures, d'autres sont issues de croisements.

Article détaillé : A.N.G.E.#Les Reptiliens.

Bande dessinées[modifier | modifier le code]

Un super-vilain récurrent du comics Spiderman est l'homme-lézard, résultat d'une mutation accidentelle.

Les reptiliens sont également des personnages récurrent du comics Hellboy de Mike Mignola.

Séries télévisées[modifier | modifier le code]

Dans les séries télévisées américaines datant de 1983 et 2009 V et V (2009), des reptiles humanoïdes déguisés en humains envahissent la terre et la soumettent. Une résistance s’organise contre eux afin de sauver l'humanité.

Plusieurs épisodes de la série Doctor Who mettent en scène les Siluriens, une civilisation reptilienne qui peupla la planète avant les humains et qui hiberne dans le sous-sol depuis que ces derniers (qu'ils appellent les "singes") occupent la surface.

Dans les séries Star Trek : La Nouvelle Génération et Star Trek : Deep Space Nine, les Cardassiens sont un peuple de reptiles humanoïdes belliqueuse dont l’organisation et le comportement ne sont pas sans rappeler ceux de l'Allemagne nazie (expansion territoriale par la guerre, camps de concentration, police secrète).

Films[modifier | modifier le code]

Dans le film de Conan le barbare (John Milius, 1982), Conan affronte le culte du serpent qui est dirigé par Thulsa Doom, un changeur de forme homme-serpent, culte qui a étendu ses ramifications dans de nombreuses cités.

Dans Super Mario Bros., très libre adaptation d’une série de jeux vidéo, les descendants des dinosaures vivent dans une dimension parallèle à la nôtre – à la suite d’une grande catastrophe il y a 65 millions d’années – et ont acquis une forme humanoïde très ressemblante, quasi-humaine (au point de pouvoir de temps à autre s’infiltrer discrètement parmi les humains).

Le film Zathura : Une aventure spatiale (Zathura: A Space Adventure), qui est un film dérivé de Jumanji, met en scène les Zorgons, créatures reptiliennes bipèdes attirée par la chaleur car elles sont de sang froid.

Dans le film Enemy Mine (Wolfgang Petersen, 1985), les humains sont en guerre contre un peuple extraterrestre, les Dracs.

Jeux de société[modifier | modifier le code]

Donjons et dragons[modifier | modifier le code]

Il existe différents peuples de reptiles humanoïdes dans le jeu de rôle Donjons et Dragons, comme les hommes-lézards, les troglodytes, les saurials, les kobolds ou encore les yuan-tis.

Warhammer[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Homme-Lézard.

Une race de reptiles vaguement humanoïdes, appelée Hommes-Lézards, est présente dans le jeu Warhammer. Dans cette version, ils sont l'une des races les plus anciennes de l'univers du jeu, ayant été la première race créée et favorite par les Anciens, d'antique créatures qui ont façonnée la planète pour la rendre vivable. À ce titre, ils ont servi pendant des années avec dévotion les desseins des Anciens, les aidant à guider les autres espèces comme les Elfes, les Nains ou les Humains.

L'émergence du Chaos entraîna cependant la chute des Anciens, et leur départ. Après cela, les Hommes-Lézards parvinrent à repousser le Chaos au dernier moment grâce à l'aide précieuse des Elfes, mais ils furent en grande partie tués dans le procédé, et avaient perdu la lumière des Anciens. Ils choisirent de demeurer dans leurs jungles, laissant aux autres races le soin de protéger le monde du Chaos, tandis qu'eux tentaient tant bien que mal d'interpréter les souhaits des Anciens.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Les Argoniens sont l'un des nombreux peuples jouables cohabitant dans Tamriel, le monde de la série The Elder Scrolls. Ils sont originaires de la province des Marais Noirs, qu'ils appellent Argonia.
  • Les Reptites sont un peuple d'humanoïdes-reptiles présents dans Chrono Trigger. À l'époque préhistorique (65 000 000 av. J.-C.), les humains préhistoriques mènent une lutte contre les Reptites, espèce dominante à cette époque. Ceux-ci sont exterminés lorsque Lavos, parasite planétaire géant, arrive sur Terre tel un météore (allusion à la théorie de la disparition des dinosaures causée par l'impact d'un météore).
  • Lizardman est personnage jouable dans plusieurs volets de la série de jeux de combat Soul Calibur.
  • On trouve de nombreux draconiens dans le monde de Warcraft, qui sont en fait des humanoïdes ayant une apparence de dragon mais plus petit et se déplaçant sur deux pattes, ils sont généralement au service des dragons plus puissants (Onyxia entre autres…).
  • Dans Risen, l'île de Faranga est menacée par un peuple de sauriens venus des profondeurs de la terre.
  • Les slegs sont des reptiles aux formes humanoïdes dans le jeu vidéo Turok.
  • Les Gorgs sont des reptiles humanoïdes possédant une technologie spatiale avancée dans le jeu Nexus: The Jupiter Incident et constituent les principaux adversaire dans le chapitre 3 et 4 du jeu.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean d’Arras, M. Perret (trad.), Livre de Mélusine, éd. Stock-plus, 1979. Une autre adaptation en français moderne : Louis Stouff, Mélusine : roman du XIVe siècle, publié pour la première fois d'après le manuscrit de la bibliothèque de l'Arsenal, avec les variantes des manuscrits de la Bibliothèque nationale, Slatkine, 1976, reprod. en fac-sim. de l'éd. de Dijon, 1932.
  2. a et b (en) Jeff Hecht, « Smartasaurus – If they hadn't been wiped out in a global catastrophe 65 million years ago, could dinosaurs have evolved intelligence? », sur cosmosmagazine.com,‎ 9 juillet 2007 (consulté le 18 mars 2013).
  3. Anton Parks, Le secret des étoiles sombres, éditions Nenki.
  4. R.A. Boulay, Flying Serpents and Dragons: The Story of Mankind's Reptilian Past, Book Tree, ISBN 978-1-885395-38-2
  5. Le site de John Rhodes consacré à l’étude des reptiliens
  6. [1]
  7. l'interview de Ole K.
  8. Dossier reptiliens de Patrick Delsaut
  9. Les chroniques Némediennes, La part du Lion, Chrysagon

Liens externes[modifier | modifier le code]