Incident de Marshall County

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marshallcounty(reconstitution).png

L'incident controversé de Marshall County, qui se déroula le 27 août 1979 dans la région de Red River Valley (Minnesota, États-Unis), est le seul cas connu de collision présumée entre un ovni et un véhicule de police.

Chronologie des événements[modifier | modifier le code]

L'accident survenu le 27 août 1979 au shérif-adjoint Val Johnson du poste de police de Marshall County, a fait l'objet d'un rapport rédigé par son collègue Everett Doolittle[1].

Johnson effectue une patrouille de routine sur la route nationale 5 à bord d'une Ford 1977 LTD de service. Vers 1 h 40 du matin, alors qu'il arrive aux abords de l'intersection avec la route nationale 220, le shérif aperçoit une forte lumière sur sa gauche, derrière une ligne d'arbres. La lumière étant trop puissante pour être de simples phares de voiture, Val Johnson pense qu'il s'agit, peut-être, d'un avion canadien de contrebande de drogue posé dans un champ. Voulant s'assurer de ce qui se passe mais sans aviser ses supérieurs de son initiative, il décide d'aller voir de plus près et tourne à gauche pour emprunter la route nationale 220. Aussitôt, la lumière fonce sur sa voiture et l'atteint en moins d'une seconde (alors que la ligne d'arbres était située à presque deux kilomètres de l'intersection des deux routes). Le témoin et son véhicule se retrouvent complètement englobés dans cette lumière puissante, Val Johnson entend son pare-brise craquer et sombre dans l'inconscience. A 2 h 19, il reprend conscience et ressent une douleur terrible aux yeux. Il arrive péniblement à demander de l'aide par radio. Aussitôt, l'agent Everett Doolittle est dépêché sur place. Quand il arrive, il découvre la voiture du shérif à moitie basculée dans le fossé longeant la route. Un des phares de gauche est brisé, le pare-brise est fêlé de haut en bas et présente trois impacts, deux des trois antennes radio du véhicule sont tordues et le capot présente une bosse circulaire. Le shérif se plaint d'une forte douleur aux yeux et semble complètement désorienté et choqué. Val Johnson sera évacué en ambulance vers l'hôpital Warren peu après. Un ophtalmologue de Grand Forks qui examina le témoin le lendemain diagnostiqua une brûlure interne de l'œil due à une exposition à une très forte source de lumière. La montre-bracelet du témoin, ainsi que l'horloge du véhicule présentèrent toutes les deux un retard de 14 minutes (alors que le shérif déclare les avoir réglées sur l'heure du poste de police vers 1 h 00 du matin). Enfin, la batterie du véhicule s'avéra être complètement vidée et ne put jamais être rechargée après cet incident[2].

Thèse officielle[modifier | modifier le code]

  • L'enquête officielle conclut que la voiture du policier avait été frappée par de la foudre en boule. Thèse renforcée par le fait qu'une ligne à haute tension se trouvait derrière la ligne d'arbres.

Arguments ufologiques[modifier | modifier le code]

  • La théorie de la foudre en boule explique les effets électriques (montres déréglées, batterie vidée) ainsi que la perte de conscience du shérif mais n'explique absolument pas les effets physiques subis par le véhicule (phare brisé, antennes tordues).
  • Différents experts proposèrent à Val Johnson d'avoir recours à des séances d'hypnose régressive pour essayer de faire remonter des souvenirs de l'incident mais ce dernier refusa systématiquement.
  • Val Johnson affirma que, depuis l'incident, une phrase lui revenait en tête constamment (de manière quasi-hypnotique) : je suis impliqué.

Enquête du CUFOS[modifier | modifier le code]

Venu examiner la voiture à la demande de l'association ovnilogique CUFOS (Center for UFO Studies), Meridan French, un spécialiste en pare-brise de la société Ford conclut que les fêlures de la vitre résultent de forces mécaniques d'origine inconnue[3] et non pas thermiques. Une fêlure semble avoir été faite à l'aide d'un marteau à tête en caoutchouc, une deuxième semble provenir de l'impact d'un objet très dur. De plus, des ingénieurs de la société Honeywell font remarquer que les antennes abîmées ne portent aucune trace d'impact physique ni d'exposition à une chaleur intense et s'étonnent qu'elle se soient pliées lors de la rencontre présumée avec un ovni. Hendry, un enquêteur du CUFOS exclut qu'un champ magnétique intense soit la cause des 14 mn de retard prises par l'horloge de la voiture et la montre de Johnson, car aucun champ magnétique notable n'a été décelé sur la voiture par un magnétomètre. Quant aux irritations oculaires de Johnson, elles sont d'autant plus surprenantes que les rayons ultraviolets sont entièrement filtrés par la couche de vinyle recouvrant le pare-brise et que les lunettes du policier le protègent intégralement des ultraviolets et que le reste de son visage n'a subi aucun coup de soleil[2].

L'ingénieur sceptique Philip J. Klass pour sa part, envisage deux explications :
- soit des extraterrestres ont endommagé à coups de marteau un des phares de la voiture puis le capot et le pare-brise, ont plié sans les casser les antennes, reculé de 14 mn la montre-bracelet de Johnson et l'horloge du cadran de bord de la voiture et enlevé ses lunettes à l'agent de police pour diriger une intense source de rayons ultraviolets dans ses yeux tout en évitant de viser le reste de son visage ;
- soit cette histoire n'est qu'une mise en scène[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Val Johnson UFO incident, sur le site crime-mystery.info.
  2. a, b et c VALJOHNSON, sur le site rr0.
  3. « I can only [conclude]... that all cracks were from mechanical forces of unknown origin ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]