Martien

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir Mars (planète).


Martien est un nom générique qui désigne plusieurs types de créatures imaginaires censées vivre sur Mars. Selon la version la plus répandue, les martiens, également nommés « petits hommes verts », sont des êtres à l'apparence vaguement humanoïde et repoussante, minces, avec une grosse tête et des yeux globuleux, généralement animés de mauvaises intentions envers l'espèce humaine. Le nom de martien est souvent devenu, à tort, synonyme d'extraterrestre dans la culture populaire.

Origines du folklore martien[modifier | modifier le code]

Durant l’Antiquité, la planète Mars fut associée aux divinités. C'est la découverte des « canaux martiens » en 1877 par l'astronome Giovanni Schiaparelli qui lança une série de légendes à propos d'une espèce extraterrestre intelligente vivant sur Mars, qui y aurait bâti un ouvrage artificiel[1]. Plus tard, l'astronome Camille Flammarion observe la planète Mars depuis un observatoire à Juvisy-sur-Orge et émet l'hypothèse que les canaux ont été construits par des martiens[1]. Suivant cette idée, Percival Lowell fait construire un observatoire à Flagstaff et observe ces fameux « canaux ». Il en compte des centaines et affirme qu'ils sont non seulement l'œuvre des martiens, mais aussi qu'ils ont été créés pour lutter contre la désertification de la planète en acheminant la glace des calottes polaires vers les terres équatoriales desséchées[1]. L'idée devient rapidement très répandue, il faut attendre 1909 et les travaux d'Eugène Antoniadi pour que l'on découvre que l'observation des canaux était due à la mauvaise qualité des instruments d'astronomie, mais l'idée de canaux construits par des martiens resta ancrée[1].

Communication avec les martiens[modifier | modifier le code]

En 1908, William Pickering propose d'utiliser d'immenses miroirs paraboliques pour focaliser la lumière émise par des lampes électriques sur la surface martienne, afin que les martiens nous aperçoivent. Francis Galton avait proposé d'utiliser des miroirs en 1892, d'autres de tracer des messages en lettres géantes dans les sables des déserts comme le Sahara. Dans les années 1890, des « flashs » à la surface de Mars sont interprétés comme étant des signaux de fumée émis par les martiens et en 1895, le New York Herald annonce que le mot Shajdai, - Dieu en Hébreu - est visible dans un dessin de la surface martienne réalisé en 1890[1]. Nikola Tesla intercepte des signaux en provenance de Mars en 1901 et propose la construction d'un poste radio interplanétaire pour dialoguer avec eux. En 1919, Guglielmo Marconi capta des émissions radios apparemment venues de l'espace. Il annonça qu'ils provenaient de la planète Mars. En 1924, l'armée et la marine américaine profitèrent d'un passage de Mars au plus proche de la Terre pour écouter d'éventuels signaux radios émis par les martiens[1].

Dans les années 1850, ceux qui pensaient que les martiens étaient médiums ou télépathes tentèrent de les contacter grâce au spiritisme[1]. La voyante Hélène Smith serait entrée en communication avec des martiens et décrivit très précisément les paysages de Mars, les martiens et la langue martienne[1].

En 1902, Carl Gustav Jung rédige la thèse Psychologie et pathologie des phénomènes dit occultes et décrit les transes médiumniques d'une jeune femme qui voyait de nombreux canaux et des martiens montés sur des machines volantes, expliquant ce cas par une dissociation de la personnalité.

Observations d'OVNI[modifier | modifier le code]

La Guerre des mondes[modifier | modifier le code]

Article détaillé : La Guerre des mondes.

La diffusion radiophonique d'une adaptation de La Guerre des mondes d'H. G. Wells en 1938 par Orson Welles déclencha une véritable hystérie collective, de nombreux auditeurs croyant que la Terre était réellement attaquée par des Martiens.

Les martiens dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

  • La Guerre des mondes, roman d'H. G. Wells paru en 1898, décrit l'invasion de la Terre par des Martiens montés sur des tripodes de métal.
  • Le prisonnier de la planète Mars et sa suite La guerre des vampires, romans de Gustave Le Rouge parus en 1908, imaginent le voyage d'un humain propulsé sur Mars grâce à l'énergie psychique de plusieurs milliers de fakirs.
  • Une princesse de Mars, roman d'Edgar Rice Burroughs paru en 1917, raconte l'histoire d'un capitaine qui découvre Mars habitée par des extraterrestres dont certains ont quatre bras et la peau verte.
  • Les chroniques martiennes, cycle de science-fiction de Ray Bradbury paru en 1950, décrit des Martiens confrontés à un cataclysme.
  • La Trilogie de Mars, série de trois romans de science-fiction de Kim Stanley Robinson chroniquant la colonisation et la terraformation de la planète Mars.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h « Folklore martien » (consulté le 11 août 2009)

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]