Artemis (satellite)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Artémis (homonymie).
Maquette du satellite Artemis

Artémis (Advanced Relay and TEchnology MISsion) est un satellite de télécommunications expérimental de l'Agence spatiale européenne conçu en collaboration avec le Japon et lancé en 2001.

Mission[modifier | modifier le code]

Artemis est un démonstrateur qui doit tester plusieurs nouvelles technologies :

  • L'utilisation d'un moteur ionique.
  • Le rôle de relais entre d'une part les satellites en orbite basse (Envisat, Spot 4), les infrastructures orbitales européennes liées à la station spatiale internationale (ATV et Columbus), le satellite Adéos 2 développé en coopération avec le Japon et d'autre part les stations terrestres. Cette nouvelle technique permet aux satellites d'observation de transférer leurs données alors qu'ils ne sont pas en vue des stations de réception. La station au sol à Toulouse est ainsi en contact avec les satellites lorsque ceux-ci survolent la portion du globe comprise entre l'Inde et l'Amérique du sud.
  • Les liaisons entre satellites par laser : instrument Silex qui permettent de transférer des données avec un débit important sans consommer beaucoup d'énergie.
  • Les premiers composants du système de navigation par satellites européen EGNOS.

Lancement[modifier | modifier le code]

Lancé par une fusée Ariane 5 le 12 juillet 2001, le moteur chargé de placer le satellite sur orbite géostationnaire est victime d'une défaillance qui ne lui permit d'atteindre qu'une orbite de 17 000 km au lieu des 36 000 km visées.

Il fut reconfiguré à distance pour atteindre sa position souhaitée, par le biais d'une nouvelle procédure. D'abord par une série de mises à feu, utilisant la plus grande partie de son carburant, pour le mettre sur une orbite circulaire plus élevée. Puis par ses moteurs ioniques, prévus initialement seulement pour corriger son orbite, grâce à une trajectoire en spirale, qui lui a fait gagner 15 km par jour et atteindre, en 18 mois, son altitude de 36 000 km[1].

Remplacement[modifier | modifier le code]

Le satellite Artemis doit être remplacé par la constellation de satellites européens EDRS (European Data Relay Satellite)  : deux satellites portant une charge utile EDRS doivent être déployés sur la période 2014-2016 et un troisième doit venir compléter la couverture plus tard[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le satellite ARTEMIS sur son "orbite de travail".
  2. (en) « EDRS space network ready to go ahead », ESA,‎ 23 novembre 2012

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]